Overblog Follow this blog
Administration Create my blog
January 4 2013 6 04 /01 /January /2013 23:40

Baptême

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.


Verset clé


« C'est pourquoi, laissant les premiers principes de la doctrine de Christ, tendons à la perfection, ne posant pas de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, et de la foi en Dieu, De la doctrine des baptêmes, de l'imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel » (Hébreux 6:1-2).



Comme l’indiquent les deux premiers versets d’Hébreux chapitre 6, l’imposition des mains est l’une des doctrines fondamentales du christianisme. Il s’agit, pour l’Église de Dieu, d’une doctrine essentielle. Elle témoigne de l’action de Dieu au travers d’êtres humains faillibles et imparfaits, mais cependant choisis et mis à part pour accomplir Sa volonté. Des cinq premiers livres de Moïse jusqu’au livre de l’Apocalypse, cette cérémonie est utilisée par les serviteurs de Dieu afin d’en ordonner d’autres ou de déléguer une certaine autorité, selon ce qui convient à Dieu. Il s’agit d’une demande formelle adressée à Dieu pour l’obtention de bénédictions spécifiques, de dons ou pour des délégations d’autorité - comme cela est le cas lors des ordinations de ministre ou lors de baptêmes par exemple. Par le biais de la cérémonie de l’imposition des mains nous recevons le don du Saint Esprit.


Exemples tirés de l’Ancien Testament


Lorsque l’Éternel Dieu emmena les enfants d’Israël hors d’Égypte, Il demanda à Aaron et à ses successeurs d’imposer les mains sur certains des animaux sacrificiels. Il s’agissait d’une action symbolisant le transfert du péché vers l’animal qui devait être sacrifié (Lire Lévitique 8:14-23 et Nombres 8:10-14). Cette cérémonie prenait également place lors du Jour de l’Expiation.


« Aaron appuiera ses deux mains sur la tête du bouc vivant, et confessera sur lui toutes les iniquités des enfants d'Israël, et toutes leurs rébellions en tous leurs péchés; il les mettra sur la tête du bouc, et l'enverra au désert par un homme exprès » (Lévitique 16:21).

 

Cette cérémonie ordonnée par Dieu servait à montrer aux Israélites non repentants que leurs péchés devaient être expiés. Ils étaient alors symboliquement placés sur un bouc envoyé dans le désert. Ceci bien sûr pointait à Jésus Christ, puisque que par lui seul nous pouvons recevoir le pardon. « Non seulement cela; mais nous nous glorifions même en Dieu, par notre Seigneur Jésus-Christ, par lequel nous avons maintenant obtenu la réconciliation » (Romains 5:11). Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin de sacrifices d’animaux. Ces exemples ne servent qu’à démontrer de quelle manière Dieu utilisa l’imposition des mains dans l’Ancien Testament.


Dans un autre exemple tiré du livre de la Genèse, nous apprenons de quelle manière Israël (Jacob) a béni ses deux petits-fils, Ephraïm et Manassé. « Et Israël avança sa main droite, et la mit sur la tête d'Éphraïm, qui était le cadet, et sa main gauche sur la tête de Manassé. Il posa ainsi ses mains de propos délibéré, car Manassé était l'aîné » (Genèse 48:14). De toute évidence, ce ne sont pas les mains de Jacob qui firent d’Éphraïm et de Manassé le grand peuple qu’ils étaient destinés à devenir. Ce fut en effet plutôt l’œuvre  de l’Éternel Dieu. Notre Père céleste a simplement utilisé les mains de Jacob comme moyen par lequel Il accorda Ses bénédictions à ces deux garçons, Éphraïm et Manassé.


Exemples tirés du Nouveau Testament


Jésus fit lui-même usage de l’imposition des mains. Un exemple se trouve en Matthieu, lorsque Jésus accueille de petits enfants auprès de lui. « Alors on lui présenta de petits enfants, afin qu'il leur imposât les mains, et qu'il priât; mais les disciples les reprenaient. Mais Jésus dit: Laissez les petits enfants, et ne les empêchez point de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. Et leur ayant imposé les mains, il partit de là » (Matthieu 19:13-15). Par ce simple geste, le Messie donna l’exemple à l’Église aujourd'hui de veiller à ce que même les petits enfants puissent recevoir la bénédiction de Dieu. Par imposition des mains, il a béni ces petits enfants.

 

Dans le même temps, il y a un certain nombre d’exemples dans les écrits apostoliques de personnes qui furent ordonnées à certains postes d’autorité par le biais de l’imposition des mains. L’un des premiers exemples de ce type se trouve dans le livre des Actes, lorsque sept hommes furent choisis par les apôtres. Ces derniers prièrent pour ces sept hommes et imposèrent les mains sur eux afin de les ordonner comme diacre. « Cette proposition plut à toute l'assemblée; et ils élurent Étienne, homme plein de foi et du Saint-Esprit, et Philippe, et Procore, et Nicanor, et Timon, et Parménas et Nicolas, prosélyte d'Antioche; Et ils les présentèrent aux apôtres, qui, en priant, leur imposèrent les mains » (Actes 6:5-6). Un autre exemple en Actes est celui de Barnabas et Saul. « [L]e Saint-Esprit leur dit: Mettez à part pour moi Barnabas et Saul, en vue de l'œuvre à laquelle je les ai appelés. Alors ayant jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains, et les firent partir » (Actes 13:1-3).


Dieu utilise l’imposition des mains afin d’oindre du Saint Esprit Ses véritables ministres. Timothée ne décida de son propre chef un jour de se proclamer ministre de Dieu. Cette autorité lui fut donnée par l’imposition des mains de la part de Paul. « C'est pourquoi je te rappelle de rallumer le don de Dieu qui t'a été communiqué par l'imposition de mes mains » (2 Timothée 1:6). Paul lui-même avait reçu l’autorité de déclarer Timothée ministre. Il avait reçu cette autorité de Dieu par l’imposition des mains de la part des apôtres et des anciens qui l’avaient précédé. Comme nous le constatons, cette autorité remonte aux douze apôtres, qui furent appelés et ordonnés par Jésus Christ lui-même. Il faut cependant être prudent avant d’imposer les mains sur une personne afin de l’ordonner ministre. Paul nous met en garde : « N'impose les mains à personne avec précipitation, et ne participe point aux péchés d'autrui, conserve-toi pur toi-même » (1 Timothée 5:22).

 

L’imposition des mains est également utilisée à des fins de guérison. « Quand le soleil fut couché, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies, les lui amenèrent; et il les guérit en imposant les mains à chacun d'eux » (Luc 4:40). L’apôtre Paul imposa aussi les mains sur le père de Publius pour le guérir. « Et il se rencontra que le père de Publius était au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie. Paul entra chez lui; et ayant prié, il lui imposa les mains, et le guérit » (Actes 28:8). Pour les malades, Dieu donne ce commandement : « Quelqu'un est-il malade parmi vous? qu'il appelle les Anciens de l'Eglise, et que ceux-ci prient pour lui, en l'oignant d'huile au nom du Seigneur » (Jacques 5:14). L’huile est symbolique de l’Esprit Saint de Dieu. Ce ne sont pas les mains du ministre qui sont spéciales ou saintes. Nulle huile n’a des pouvoirs mystiques particuliers. Dieu Lui-même guérit par son Saint Esprit. De plus, notons que lorsque Dieu recommande aux malades d’appeler les « Anciens de l'Église », Il établit ainsi une hiérarchie et un ordre d’action par lequel peut s’accomplir une guérison miraculeuse.


L’imposition des mains et le baptême


L’imposition des mains doit être effectuée après le baptême afin que les nouveaux baptisés reçoivent le Saint Esprit. « Cependant, les apôtres qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean, Qui étant descendus, prièrent pour eux, afin qu'ils reçussent le Saint-Esprit. Car il n'était encore descendu sur aucun d'eux; mais ils avaient été seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors les apôtres leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit » (Actes 8:14-17).


L’apôtre Paul, bien que Jésus Christ lui-même se soit révélé à lui, ne reçu cependant le Saint Esprit que lorsque Ananias lui imposa les mains. « Ananias sortit donc, et étant entré dans la maison, il imposa les mains à Saul, et lui dit: Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui t'est apparu dans le chemin par où tu venais, m'a envoyé pour que tu recouvres la vue, et que tu sois rempli du Saint-Esprit » (Actes 9:17). Immédiatement, Paul reçu le Saint Esprit et fut baptisé. Normalement, le baptême vient en premier, puis arrive ensuite la réception du Saint Esprit par l’imposition des mains. Dans le cas de Paul, ce fut l’inverse. Il s’agit dans ce cas d’une exception à la règle.

 

Plusieurs années après sa conversion, comme il était en visite à Ephèse, Paul trouva des personnes qui avaient été baptisés du baptême de Jean le Baptiste. Ils n’avaient jamais entendu parler du Saint Esprit. Paul leur enseigna de manière plus approfondie la vérité en ce qui concerne la repentance et le baptême. Quand ils eurent entendu ces choses, ils se firent de nouveau baptiser au nom du Seigneur Jésus Christ. Paul leur imposa les mains, et ils reçurent ainsi le Saint Esprit.


« Pendant qu'Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l'Asie, vint à Éphèse. Il y trouva quelques disciples et leur dit: Avez-vous reçu le Saint-Esprit, lorsque vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n'avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint-Esprit. Et il leur dit: Quel baptême avez-vous donc reçu? Ils répondirent: Le baptême de Jean. Alors Paul dit: Il est vrai que Jean a baptisé du baptême de la repentance, en disant au peuple de croire en Celui qui venait après lui, c'est-à-dire, au Christ Jésus. Ce qu'ayant entendu, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Et après que Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit descendit sur eux, et ils parlaient diverses langues, et prophétisaient » (Actes 19:1-6).


Pierre et Jean furent envoyés à Samarie parce que les apôtres à Jérusalem avaient appris que certains y avaient reçu la vérité de Dieu et avait été baptisé. Cependant, ils n’avaient pas reçu le Saint Esprit. Lorsque Pierre et Jean leur imposèrent les mains, ils reçurent immédiatement le Saint Esprit. Si vous vous êtes réellement repenti d’avoir briser les commandements de Dieu et que vous avez accepté Jésus Christ comme étant le Fils de Dieu, vous aussi devriez être baptisé et recevoir l’imposition des mains afin d’obtenir l’Esprit de Dieu. Ensuite, Dieu vous guidera et vous fortifiera par son Saint Esprit. Il convaincra votre cœur et votre esprit, et vous aidera à prendre des décisions afin que votre vie soit agréable à Dieu. « Mais vous recevrez la puissance du Saint-Esprit, qui viendra sur vous; et vous me servirez de témoins, tant à Jérusalem que dans toute la Judée, et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre » (Actes 1:8).


Conclusion


La doctrine de l’imposition des mains est toujours d’actualité pour l’Église de Dieu aujourd’hui. Il s’agit de l’une des doctrines fondamentales du christianisme et elle ne devrait pas être négligée. Dieu travaille encore aujourd’hui à travers son Église et par Son Saint Esprit. « C'est pourquoi je te rappelle de rallumer le don de Dieu qui t'a été communiqué par l'imposition de mes mains » (2 Timothée 1:6). En tant que membres de l’Église de Dieu, puissions nous utiliser à bon escient le don du Saint Esprit que nous donna Dieu. Amen!

 

 

The Church of God - Publishing House- Salem, West Virginia

 

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Baptême-Baptism
write a comment
January 3 2013 5 03 /01 /January /2013 23:58

Baptême

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

En Éphésiens 4:5, nous lisons qu’il y a « un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême. »  Le but de cette étude est de décrire avec précision quelle est la SEULE forme de baptême enseignée dans les Écritures, et ainsi de s’opposer aux opinions et aux traditions d’hommes ou d’Églises.

 

Nous invitons tout d’abord le lecteur à porter une attention particulière au terme « baptême » lui-même. Ce terme nous vient du Grec « baptizo » qui signifie plonger, immerger ou submerger.  Celui qui baptise en accord avec les enseignements bibliques se doit de plonger intégralement sous l’eau le candidat au baptême. Il s’agit, comme nous allons le voir, de la pratique de l’Église primitive et de l’enseignement des apôtres.

 

Le chapitre 6 de l’Épître de Paul aux Romains est souvent appelé le chapitre du baptême. Au verset 1, Paul pose une question d’une extrême importance que de toute évidence peu semble comprendre dans le christianisme aujourd’hui. Peut-être êtes vous de ceux qui aimeraient croître « dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. » Cette étude est donc pour vous. Paul demande : « Que dirons-nous donc? Demeurerons-nous [nous qui avons été baptisé et sommes désormais enfants de Dieu] dans le péché, afin que la grâce abonde? ». Ceci est extrêmement important!  Devrions-nous continuer à violer la loi de Dieu après avoir reçu le baptême, après bénéficié du pardon par la grâce immense de Dieu? Après tout, le péché EST précisément cela : la transgression de la loi de Dieu (veuillez lire 1 Jean 3:4). Qu’en est-il de la réponse de Paul en Romains 6:2 ? « Nullement! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore en lui? » Autrement dit, comment pouvons nous être mort (de manière figuré) par le baptême comme cérémonie de paiement de la pénalité associée à la transgression de la loi de Dieu (péché), et continuer à transgresser cette même loi de Dieu (continuer dans le péché) ? C’est cette même transgression qui causa en premier lieu cette pénalité de mort (Romains 5:12 ; Genèse 2:17).

 

La foi et la repentance précède le baptême comme nous pouvons le constater en Actes 2:38 et en Actes 18:8, ainsi qu’en Marc 16:16 et en Actes 22:16. Par conséquent, les petits enfants ne peuvent en rien bénéficier divinement du baptême puisqu’ils n’ont jamais péché. De plus, ils ne peuvent ni se repentir, ni croire en Jésus. Le baptême d’enfant n’a pas sa place dans la Bible. Il s’agit d’une tradition d’hommes.

 

Jésus nous donna l’exemple même de ce que doit être le baptême. À ce sujet il est écrit : « Et quand Jésus eut été baptisé, il sortit aussitôt de l'eau » (Matthieu 3:16). Jésus est notre exemple. Nous nous devons de marcher dans ses pas afin d’être sauvé et d’avoir la vie éternelle.

 

Le Saint Esprit dirigea Philippe sur le chemin désert qui descend de Jérusalem à Gaza où il trouva un homme assit sur son chariot. Philippe prêcha à cet homme au sujet du Christ. Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l’eau. L’eunuque dit alors à Philippe : « Voici de l'eau, qu'est-ce qui m'empêche d'être baptisé? Et Philippe lui dit: Si tu crois de tout ton cœur, cela t'est permis. Et l'eunuque répondant, dit: Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Et il commanda qu'on arrêtât le chariot; et ils descendirent tous deux dans l'eau, Philippe et l'eunuque; et Philippe le baptisa » (Actes 8:26-39). Ce baptême se fit sous la direction du Saint Esprit et il exigea que les deux hommes descendent dans l’eau, exactement comme Jésus l’avait fait lui-même fait.

                       

Le baptême est une doctrine qui demande une stricte discipline

 

Une saine doctrine est habituellement en lien à une stricte discipline. Lorsque l’une existe, nous retrouvons habituellement l’autre. Le terme « doctrine » signifie aussi « enseignement » [grec « didaskalia »] (2 Timothée 3:16). La Bible nous dit qu’il « faut que [n]ous naissi[ons] de nouveau » (Jean 3:7). Il s’agit des paroles même de Jésus à Nicodème. Vous devez croire en Jésus Christ et avoir le désir sincère de ne plus pécher, et ensuite vous pouvez vous faire baptiser. Il s’agit en quelque sorte d’un nouveau bail sur la vie. « Et l'image correspondante, le baptême (lequel n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience devant Dieu) nous sauve maintenant par la résurrection de Jésus-Christ » (1 Pierre 3:21).

 

Lorsque vous êtes baptisé, c’est afin d’être lavé du péché qui a possession de vous. Paul, sur le chemin de Damas, fut jeté à terre par le Seigneur Jésus. Il fut aveuglé par la lumière et la vérité venant du ciel. Il fut conduit jusqu’à la ville de Damas et y réalisa combien il était affreusement pécheur. Depuis le commencement, il avait œuvré contre la vérité. Ananias vint à lui et lui déclara : « Et maintenant, que tardes-tu? Lève-toi, sois baptisé ET LAVÉ DE TES PÉCHÉS […] » (Actes 22:16)  Laissez l’Éternel vous laver du péché : « Quand vos péchés seraient comme le cramoisi, ils seront blanchis comme la neige; quand ils seraient rouges comme le vermillon, ils deviendront comme la laine » (Ésaïe 1:18). Nous devons être lavés du péché. Nous devons reconnaître que nous avons péché et nous devons cesser de pécher. Souvenez-vous, le péché est la transgression de la loi de Dieu (lire 1 Jean 2:3-5; 3:4).  « Lave-moi parfaitement de mon iniquité, et nettoie-moi de mon péché! […] lave-moi et je serai plus blanc que la neige » (Psaume 51:2-9).

 

On ne peut baptiser de n’importe quelle manière. Ce doit être fait selon ce que la Bible enseigne : d’une manière appropriée et dans une perspective correcte. L’exercice d’une stricte discipline en termes de doctrine, était l’un des points forts de l’Église de Dieu au premier siècle. Ce DEVRAIT toujours être l’un de ses points forts aujourd’hui. Lorsque l’Église envoya Philippe évangéliser à Samarie, plusieurs crurent et furent baptisés (nés du baptême d’eau). LireActes 8:5-13.

Lorsque nous sommes baptisés, nous sommes « ensevelis avec lui par le baptême; en lui aussi [nous sommes] ressuscités, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts » (Colossiens 2:12). 

 

« Car, comme le corps est un, quoiqu'il ait plusieurs membres; et que, de ce corps unique, tous les membres, quoiqu'ils soient plusieurs, ne forment qu'un corps, il en est de même de Christ. Car nous avons tous été baptisés par un même Esprit, pour être un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres; et nous avons tous été abreuvés d'un même Esprit » (1 Corinthiens 12:12-13).

 

Avant que Jésus ne monte au ciel, il déclara aux apôtres : « Et il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez l'évangile à toute créature. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé; mais celui qui ne croira point sera condamné » (Marc 16:15-16). Jésus nous donna un exemple de ce qu’est le baptême et de la manière dont il doit être accompli. Si qui que ce soit n’a qu’un peu d’eau aspergé sur la tête, ou même versé sur la tête, alors il n’est pas baptisé. Nous prions tout un chacun de suivre les instructions de Jésus, de se repentir, d’être baptisés, et d’avoir une relation divine à Dieu.

 

L’ordonnance du baptême est à l’image de la mise au tombeau et de la résurrection du Christ. Il mourut et fut enseveli, mais il ressuscita du tombeau. Il en est de même pour celui qui est baptisé. Il meurt aux péchés du monde, il est enterré et il ressuscite pour marcher, lui aussi, dans une vie nouvelle (Romains 6:4). Il descend dans le tombeau fait d’eau et il en ressuscite, de la même manière que le fit Jésus lorsqu’il nous donna l’exemple du baptême selon la Bible, et plus tard quand il s’en alla littéralement au tombeau et en ressuscita.

 

La pleine signification du baptême nous est donnée dans le passage suivant des Écritures : « Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, nous avons été baptisés en sa mort? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous marchions, nous aussi, dans une vie nouvelle. Car si, lui devenant semblables dans sa mort, nous avons été faits une même plante avec lui, nous le serons aussi à sa résurrection »  (Romains 6:3-5).

 

Dans le tombeau fait d’eau, c’est là où nous nous débarrassons du vieil homme charnel pécheur. Nous revêtons un nouvel homme, ayant un cœur nouveau. Si vous avez seulement été aspergé d’eau, ou ayez eut une quelconque forme de baptême similaire, alors vous n’êtes pas sauvés. « Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit détruit, et que nous ne soyons plus asservis au péché » (Romains 6:6).

 

Nul ne peut fournir une quelconque preuve biblique qui justifie l’aspersion comme pratique baptismale. Il n’a y nul passage où l’on apprenne qu’une personne soit justifié en Christ par simple aspersion. Pas une seule fois la Bible ne mentionne un baptême de nouveau-né.

 

Lorsque nous sommes baptisés, nous le sommes au nom du Seigneur Jésus Christ. Il est celui qui mourût pour nos péchés et il est important que nous soyons baptisé en son nom.

 

À premier examen, il semblerait qu’il n’y ait que trois passages, dans les Actes des apôtres, qui témoignent de l’usage du Nom de Jésus en lien au baptême. Un examen plus complet et plus attentif des Écritures révèle qu’il existe réellement neuf passages de ce type.

 

1) Il fut demandé aux Juifs lors de la Pentecôte de baptiser « au nom de Jésus-Christ » (Actes 2:38).

 

2) Les Samaritains furent « baptisés au nom du Seigneur Jésus » après que Philippe eût prêché concernant « le royaume de Dieu et le nom de Jésus-Christ » (Actes 8:12-16).

 

3) Les Gentils appartenant à la maisonnée de Corneille furent « baptisés au nom du Seigneur » (Actes 10:48). « Que toute la maison d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié » (Actes 2:36).

 

4) Paul fut baptisé au nom du Seigneur Jésus Christ, comme nous le lisons en Romains 6:3. Lorsque Paul y écrit, « Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, nous avons été baptisés en sa mort? », il s’inclut lui-même avec les fidèles à Rome.

 

5) Les instructions suivantes furent donnés aux fidèles de l’Église de Dieu à Rome : « Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, nous avons été baptisés en sa mort? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous marchions, nous aussi, dans une vie nouvelle. Car si, lui devenant semblables dans sa mort, nous avons été faits une même plante avec lui, nous le serons aussi à sa résurrection » (Romains 6:3-5).

 

6) En 1 Corinthiens 1:12-13, nous lisons : « Je veux dire que, parmi vous, chacun dit: Pour moi, je suis disciple de Paul; et moi, d'Apollos; et moi, de Céphas; et moi, de Christ. Christ est-il divisé? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou avez-vous été baptisés au nom de Paul? »

 

Qui fut crucifié pour les Corinthiens? JÉSUS CHRIST! En quel nom furent-ils baptisés? Celui de JÉSUS CHRIST! Le contexte de ce passage ne permet nulle autre réponse, parce qu’à moins qu’ils aient été baptisés au Nom de Jésus, l’argument de Paul est illogique et n’a aucun sens.

 

Paul nous décrit encore certains pécheurs en 1 Corinthiens 6:9-11 : « Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous abusez point; ni les impurs, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les larrons, ni les avares, ni les ivrognes, ni les médisants, ni les ravisseurs n'hériteront le royaume de Dieu. Or c'est là ce qu'étaient quelques-uns de vous; mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus, et par l'Esprit de notre Dieu. »  Nous constatons ainsi dans ce passage que les Corinthiens furent baptisés au Nom de Jésus.

 

7) De la même manière, les Galates furent baptisés au nom de Jésus. Veuillez lire Galates 3:27.  « Car vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. »

 

8) Les croyants à Éphèse « furent baptisés [par Paul] au nom du Seigneur Jésus » (Actes 19:5).

 

9) Les Colossiens furent « ensevelis avec lui [Jésus Christ] par le baptême » (Colossiens 2:12). La même expression est utilisée en Romains 6:3-4 (voir 5) plus haut), passage dans lequel il est clairement dit que les croyants furent « baptisés en Jésus-Christ. »

 

Nous venons de citer les neuf passages où le Nom de Jésus est utilisé en lien au baptême. Il y a cependant bien d’autres manières encore dont les Écritures supportent cette pratique scripturale.

 

Les paroles de Jésus rapportés en Matthieu 28:19 et étant supposé être une formule baptismale « Allez donc et instruisez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », sont originellement « Allez donc et instruisez toutes les nations, les baptisant en mon nom ». Eusèbe de Césarée, surnommé par certain « Père de l’histoire ecclésiastique », fut un auteur prolifique qui vécut aux environs de 265 à 340 de notre ère. Il témoigne de cette vérité en ne citant jamais ce verset tel qu’il apparaît désormais dans nos versions contemporaines de la Bible, mais il termine toujours le verset par les mots suivants : « en mon nom ». Ceci démontre que les mots soulignés dans le verset ci-dessus sont un ajout tardif aux Écritures. Même si, à l’encontre de toute probabilité, il était fait mention du Père, du Fils et du Saint-Esprit dans le manuscrit original, cela ne suffit pas à justifier la pratique baptismale trinitaire comme les exemples trouvés dans les Actes des Apôtres en témoignent. En Matthieu 28:19, les mots Père, Fils et Saint Esprit peuvent tout aussi bien être compris comme correspondant au titre de Seigneur Jésus Christ contenu dans le livre des Actes (Jésus, le Fils, fut fait Seigneur par le Père et oint du Saint Esprit).

 

Lisons avec attention ce que nous enseigne l’apôtre Pierre lors de ce merveilleux sermon qu’il donna le jour de la Pentecôte. Ce sermon était à l’attention des Juifs dévots afin qu’ils réalisent qu’ils avaient crucifié Jésus de Nazareth, le Messie et le Sauveur du peuple, cinquante jours auparavant. Pierre, dans ce sermon énergique, affirme : « Que TOUTE la maison d'Israël sache donc AVEC CERTITUDE que Dieu a FAIT SEIGNEUR et CHRIST ce Jésus que vous avez crucifié » (Actes 2:36).

 

« Et il n'y a de salut en aucun autre; car sous le ciel il n'y a pas un autre NOM, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12).

Après qu’une personne se soit faite baptiser, elle doit recevoir l’imposition des mains de la part d’un ministre, afin d’obtenir le don du Saint Esprit. Lire Actes 8:17.

 

 

The Church of God - Publishing House- Salem, West Virginia

 

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Baptême-Baptism
write a comment