Overblog
Follow this blog Administration + Create my blog
April 24 2014 5 24 /04 /April /2014 12:16

There is different ways to translate Psalm 45:6 and to understand Hebrews 1:8 in connection with this Old Testament passage as a result. This can be seen in the picture below, a screenshot from five different translations and their footnotes taken from Bible Gateway. 


Psalm 45-6

 



Hebrews 1:8 is not about the Messiah (or Christ), Yeshua, being God at all. This is about the Davidic king sitting on God's throne. Remember, this an excerpt from Psalm 45:6.

Yes, the KJV renders it as "Thy throne, O God, is for ever and ever: the sceptre of thy kingdom is a right sceptre" (Psalm 45:6). But as written in the Cambridge Bible for Schools and Colleges:





"In view of these difficulties it is necessary to consider whether the words are correctly translated. Various other renderings have been proposed, taking Elohim as the subject or predicate of the clause instead of as a vocative. (a) God is thy throne: i.e. thy kingdom is founded upon God. In support of this are quoted such phrases as “Jehovah is my refuge and my fortress” (Psalm 91:2), or, “The eternal God is thy dwelling-place” (Deuteronomy 33:27). But the expression, to say the least, would be a strange one. (b) Thy throne is God, i.e. divine. But though Hebrew uses substantives as predicates in a way which our idiom does not allow, this particular instance seems scarcely admissible. (c) Thy throne [is the throne of] God (R.V. marg.). It is a disputed point whether this rendering is grammatically legitimate; but good authorities decide in the affirmative. It gives an excellent sense, and if the text is to be retained is the most satisfactory explanation of it. The theocratic king occupied the earthly throne of Jehovah as His representative (1 Chronicles 28:5; 1 Chronicles 29:23), ruling by His power (1 Kings 3:28), and in His Name; and the justice of this king’s government (6 b, 7) stamps him as a worthy representative of Jehovah." 

 


Jesus Christ is not God and never was, but he is the Messiah, appointed by God in the kingly office of ruler on God's behalf.


 

Praise be to God, His Father and Our Father.


In Jesus Christ's name.

Share this post
Repost0
December 12 2013 5 12 /12 /December /2013 16:07

Hebrew Yahveh

 

If you’ve ever ventured to do any sort of Biblical research or so much as looked up a word in a concordance, you’ve more than likely stumbled upon the Hebrew word elohim (אלהים). There is a great deal of misinformation being spread about this word. The goal of this article is to clear up the confusion about elohim and reveal its origin, meaning, and usage in the Hebrew Scriptures.

 

For those who don’t have the slightest clue what elohim means, we will start by defining it according to the Strong’s Concordance:

 

Strong’s H430 – אֱלֹהִים

 

[1] (plural)

a)rulers, judges

b)divine ones

c)angels

d)gods

[2] (plural intensive – singular meaning)

a)god, goddess

b)godlike one

c)works or special possessions of God

d)the (true) God

e)God

 

As you can see, elohim is used of everything from false gods to mighty men, but most often it is used of YHWH, the God of Yisra’el. It is the plural form of eloah (אֱלוֹהַּ) and makes its debut in the Hebrew Bible in Genesis 1:1, which reads:

 

Literal English: In-beginning he-created God, the-heavens and the-earth.

 

In this verse (and many others) elohim is modified by a singular verb (this case, bara). Due to this fact, a myriad of Trinitarian apologists have used this as an argument for their erroneous assumption that YHWH is “3 in 1. Their all-time favorite “proof text” for this argument is Genesis 1:26which reads:

 

Then God said, ‘Let usmake man in ourimage, after ourlikeness…’

 

Since elohim refers to himself in the plural “us” and “our”, Trinitarians jump to the conclusion that there must be a plurality in YHWH, thus proving the trinity to be true. This, however, shows how ignorant they are of the Hebrew language. No Hebrew grammarian would dare make such an asinine claim! YHWH is refered to over 20,000 times in the Tanakh with singular pronouns. Not to mention the hundreds of passages speaking of the uniqueness of YHWH (there are too many to quote here) and most importantly, the Sh’ma (Deuteronomy 6:4).

 

The passages which YHWH elohim speaks of himself in plural number a measly four. That’s right, only four. Those are: Genesis 1:26, 3:22, 11:7, and Isaiah 6:8. Although, YHWH is not the only singular being in Scripture to have been given a title of plurality. Here are a few examples among many:


1. Behemoth (plural of behemah, “beast”) is modified by the singular verb yokhalhe eats” in Job 40:15. Behemoth, though plural, is one creature and an extremely mighty creature at that (Job 40:16-24).

 

2. King Artaxerxes of Persia, in his follow-up letter to the Jews, said “the letter which you sent to us has been plainly read before me” (Ezra 4:18). Artaxerxes is one man, a mighty man, a king.

 

3. YHWH said to Mosheh, “I will make you a god to Pharaoh” in Exodus 7:1. The word for “god” is elohim. Mosheh was a man, not an army, yet he was given the title of elohim.

 

4. The father if the Hittites called Avraham his lord (adoni) and elohim (mighty one) in Genesis 23:6. Was Avraham more than one? No.

 

5. The pagan deities Ba’al, Dagon, and Chemosh are all called elohim (Judges 6:31, 1 Samuel 5:7, Judges 11:24), though we know they are individually only one god, not a pantheon or “Godhead”.

 

This concept of assigning a plural pronoun such as “we” to a single entity is the “Majestic Plural”. It is used to ascribe glory and honor to the one (or thing) to which it is mentioning. Not only is it used of mighty beasts, kings, and gods, but it’s also used of non-sentient nouns. One example is Genesis 4:10. When Cain slew Abel, the Hebrew literally says “your brother’s bloods cry up from the ground”. This is to show the severity of Cain’s actions. Likewise, in Ezekiel 25 YHWH says that because the Philistines took vengeance (verse 15) he will execute vengeance upon them (verse 17). However, YHWH’s vengeance in verse 17 is plural; denoting that the vengeances he inflicts will be much more severe and complete.

 

The renowned Hebraist, Wilhelm Gesenius remarked in page 399 of his work Gesenius’ Hebrew Grammar concerning the Majestic Plural:

 

That the language has entirely rejected the idea of numerical plurality in אֱלֹהִים(whenever it denotes one God), is proved especially by its being almost invariably joined with a singular attribute (cf. § I32 h), e.g. אֱלֹהִים צַדִּֽיק ψ 710, &c. Hence אֱלֹהִים may have been used originally not only as a numerical but also as an abstract plural (corresponding to the Latin numen, and our Godhead), and, like other abstracts of the same kind, have been transferred to a concrete single god (even of the heathen).”

 

There you have it. Whenever elohim is referring to a singular God (e.g. YHWH) it is abundantly clear that the idea of there being a plurality or a “uni-plurality” (as the Trinitarians put it) is totally foreign to the Hebrew language. Such claims are merely cheap tactics meant to circumvent and explain away the text rather than address it head on. So once again the central truth of Scripture stands firm:

 

Listen Yisra’el! YHWH your God, YHWH is ONE.


Isaiah 43:10 - You are My witnesses, declares יהוה, And My servant whom I have chosen, so that you know and believe Me, and understand that I am He. Before Me there was no El formed, nor after Me there is none.

Share this post
Repost0
December 12 2013 5 12 /12 /December /2013 15:09

Hebrew Yahveh

 

Sh’ma Yisra’el YHWH eloheinu YHWH echad.

Listen Israel! YHWH your God, YHWH is one.

 

This verse, Deuteronomy 6:4 is the central creed of Judaism and the most important commandment according to our Messiah Yeshua (Jesus Christ) (Read Mark 12:28-29). There has been a great deal of controversy surrounding this verse ever since the Binity (later the Trinity) became the accepted Christology in Christendom in the 3rd century AD.

 

The point of contention is the Hebrew word echad. Binitarians, Trinitarians and Modalists alike argue that the Hebrew word echad, in this immediate context, denotes a “uni-plurality” (multiple personas in one entity), but is this truth or merely biased assumption? For clarity’s sake, we will examine the hundreds of occurrences of echad in the Torah (around 400 in all) and the many ways they are used in the Hebrew text.

 

This is what we read in the entry for echad found in Genesius’ Hebrew and Chaldee Lexicon:

 

Echad-part-1.png

Echad-part-2.png

Echad-part-3.png

 

Below you will find listed and will be given a link to every verse in the Torah that contains the word echad.  Each verse is color coded to match its function and usage in the Hebrew text. Since the numerical usages of echad are vast and self-explanatory, we will be focusing primarily on the few verses left to interpretation by Binitarians, Trinitarians and Modalists.

 

Legend:

Echad as an ordinal

Echad as a numeral

Echad as a unity

Questionable

 

Genesis 1:5, 9, 2:11, 21, 24, 3:22, 4:19, 8:5, 13, 10:25, 11:1, 6, 19:9, 21:15, 22:2, 26:10, 27:38, 44-45, 29:20, 32:8, 22, 33:13, 34:16, 22, 37:9, 20, 40:5, 41:5, 11, 22, 25-26, 42:11, 13, 16, 19, 27, 32-33, 44:28, 48:22, 49:16.

 

Exodus 1:15, 8:31, 9:6-7, 10:19, 11:1, 12:18, 46, 49, 14:28, 16:22, 33, 17:12, 18:3-4, 23:29, 24:3, 25:12, 19, 32-33, 36, 26:2, 4-6, 8, 10-11, 16-17, 19, 21, 24-26, 27:9, 28:10, 17, 29:1, 3, 15, 23, 39-40, 30:10, 33:5, 36:9-13, 15, 18, 21-22, 24, 26, 29-31, 37:3, 8, 18-19, 22, 39:10, 40:2, 17.

 

Leviticus 4:2, 13, 22, 27, 5:4-5, 7, 13, 17, 6:3, 7, 7:7, 14, 8:26, 12:8, 13:2, 14:5, 10, 12, 21-22, 30-31, 50, 15:15, 30, 16:5, 8, 34, 22:28, 23:18-19, 24, 24:5, 22, 48, 26:26.

 

Numbers 1:1, 18, 41, 44, 2:16, 28, 6:11, 14, 19, 7:3, 11, 13-16, 19-22, 25-28, 31-34, 37-40, 43-46, 49-52, 55-58, 61-64, 67-70, 73-76, 79-82, 85, 8:12, 9:14, 10:4, 11:19, 26, 13:2, 23, 14:15, 15:5, 11-12, 15-16, 24, 27, 29, 16:15, 22, 17:3, 6, 28:4, 7, 11-13, 15, 19, 21-22, 27-30, 29:1-2, 4-5, 8-11, 14-16, 19, 22, 25, 28, 31, 3436, 38, 31:28, 30, 34, 39, 47, 33:38, 34:18, 35:30, 36:3, 8.

 

Deuteronomy 1:2-3, 23, 4:42, 6:4, 12:14, 13:12, 15:7, 16:5, 17:2, 6, 18:6, 19:5, 11, 15, 21:15, 23:1624:5, 25:5, 11, 28:7, 25, 55, 32:30.

 

Each one of the verses listed in blue uses echad as the numeral one or eleven (one + ten), so there’s no point in splitting hairs over them. Similarly, the green verses use echad as the ordinal one (i.e., first), which cannot possibly denote a unity. The orange verses use echad ambiguously, while the red verses clearly denote a unified whole; these last two groups will be the subject of our investigation.

 

Genesis 2:24

So, as we see, there is no other Elohim (Mighty One) aside from YHWH. He is the only true Elohim, aside from him there is no other. Notice the constant usage of singular pronouns (I, he, himme). YHWH only refers to himself in plural pronouns when he is speaking to his malakhim (angels) (Genesis 1:26, 3:22, 11:7; Isaiah 6:8), every other time (about 20,000 times) he refers to himself in singular pronouns. And the reason for it is that he is one and ONLY one. That is the plain and simple reading of the text. Other explanations have to bypass the text and ignore the grammar altogether.


Genesis 29:14, Judges 9:2, and 2 Samuel 19:12 all use basar (בשר) to mean one’s kindred or flesh and bone. The Trinitarian assumption is that if man and woman are echad in marriage, therefore three beings can all be echad, yet still maintain independently the attributes of each being “fully God” without being three gods.


The problem with this line of reasoning is that man and woman, though echad in purpose, are still two separate beings. A husband is not his wife and vice-versa. Husband and wife are neither “co-equal” nor “co-eternal”. They are one family. A man and woman come together to make a child, which is their flesh and bone.

 

Genesis 11:1

What do we know from this verse? At one point in time everyone spoke the same language, not a “uni-plurality” of languages. Otherwise, verse 7 makes no sense. You simply can’t confuse their language if they speak different languages.

 

Genesis 11:6

Here YHWH is speaking to his malakhim (messengers or angels) about those building the tower at Babel. The people are am echad(one people) united in purpose and are of shaphah achat (one lip), meaning that they speak one language, not a unified multiplicity of languages. Therefore, YHWH says to his malakhim in the next verse: “Come, let us go down, and there confuse their language”. They spoke one singular language. There are some who would use the “us” of verse 7 to support a belief in a “uni-plural Godhead,” when it is instead a majestic plural.

 

Genesis 27:44

Here again echad has the masculine plural imsuffix. Contrary to popular belief, this does not make echad plural. Once again, this is a majestic plural; a numerically plural noun receives a plural suffix, verb, and adjective. Since yom (day) in this verse is in the plural form and echad (one) modifies yamim, therefore echadmust take on the plural suffix.

 

Genesis 29:20

The same principle holds true for this verse. Echadim(ones) is modifying k‘yamim (as-days); As Gesenius noted: This grammatical structure is equivalent to “a few days”. A grammatically plural adjective is modifying a plural noun.

 

Genesis 34:16

After Shechem the Hivite raped Jacob’s daughter Dinah (Genesis 34:1-2), the sons of Jacob deceitfully agreed to a treaty of sorts with S’khem and his people (Genesis 34:13-16); that, if they would all receive circumcision then Jacob and his people would dwell therein with Shechem and become l’am echad (one people). In context, this is not a “uni-plurality”, rather numerically one (Genesis 34:20-23). In layman’s terms, they would assimilate into one another, making a new nation.

 

Exodus 24:3

This is one of only three times in the Torah that echadis unambiguously used as a unified whole. However, it does not indicate a literal unity in persons, rather a unity in voice. For, “all the people answered with one voice, and said, ‘All the words which YHWH has spoken we will do’ ”. Each person had their own mouth and their own tongue, and they were not speaking with one mouth and one tongue.

 

Exodus 26:11

YHWH commands Moses to make fifty bronze clasps, to put the clasps into the loops, and to “couple the tent together that it may be one.” This is clearly not a quantity, rather a literal unified whole. Although it is not “uni-plural”, because the two curtains are to literally become one giant, interconnected curtain.

 

Deuteronomy 6:4

Finally, we come to the central verse for which this word study revolves around. The question is, does the word echad leave room for a “uni-plurality” or should we understand it to be an absolute singularity? Seeing that only 3 of about 300 or more verses in Torah clearly denote a unity, it would no doubt be a stretch of imagination to believe this echadto mean a “uni-plurality”, much less a trinity.

In fact, there is a great number of verses from the Tanakh that show the clear, absolute, and indisputable singularity of YHWH:

 

Deuteronomy 32:12

Literally: YHWH alone he-is-guiding-him and-there-is-no with-him El-of foreigner.

  

Deuteronomy 32:39

Literally: see-you! now that I, I he and-there-is-no Elohim with-me I, I-am-putting-to-death and-I-am-making-alive I-transfixed and-I, I-shall-heal and-there-is-no from-hand-of-me one-rescuing.

 

2 Kings 19:19

Literally: and-now YHWH Elohim-of-us save-you-us! please! from-hand-of-him and-they-shall-know all-of kingdoms-of the-earth that you YHWH Elohim to-alone-of-you.

 

Isaiah 43:10-11

Literally: you witnesses-of-me averment-of YHWH and-servant-of-me whom I-choose so-that you-shall-know and-you-shall-believe to-me and-you-shall-understand that I he to-faces-of-me not he-was-formed El and-after-me not he-shall become. I, I YHWH and-there-is-no from-apart-from-me one-saving.

  

Isaiah 44:6,8

Literally: thus he-says YHWH king-of Israel and-one-redeeming-of-him YHWH-of hosts I first and-I last and-from-apart-from-me there-is-no Elohim. Must-not-be you-are-being-afraid and-must-not-be you-are-fearing ?-not from-then I-announced-you and-I-told and-you witnesses-of-me ?-there-is Eloah from-apart-from-me and-there-is-no rock no I-know.

  

Isaiah 45:21-22

Literally: tell-you! and-bring-close-you! indeed they-shall-be-consulted together who-? he-announced this from-aforetime from-then he-told-her ?-not I YHWH and-there-is-no further Elohim from-apart-from-me El righteous and-one-saving there-is-no except-me. Face-about-you! to-me and-be-saved-you! all-of limits-of earth that I El and-there-is-no further.

 

Hosea 13:4

Literally: And-I YHWH Elohim-of-you from-land-of Egypt and-Elohim except-me not you-shall-know and-one-saving there-is-no unless-I.

 

Malachi 2:10

Literally: ?-not father one to-all-of-us ?-not El one he-created-us for-what-reason we-are-being-treacherous man in-brother-of-him to-to-profane-of covenant-of fathers-of-us.

 

So, as we see, there is no other Elohim (Mighty One) aside from YHWH. He is the only true Elohim, aside from him there is no other. Notice the constant usage of singular pronouns (I, he, himme). YHWH only refers to himself in plural pronouns when he is speaking to his malakhim (angels) (Genesis 1:26, 3:22, 11:7; Isaiah 6:8), every other time (about 20,000 times) he refers to himself in singular pronouns. And the reason for it is that he is one and ONLY one. That is the plain and simple reading of the text. Other explanations have to bypass the text and ignore the grammar altogether.

Share this post
Repost0
November 5 2013 3 05 /11 /November /2013 10:39

Hebrew Yahveh

 

Unless otherwise noted, all scripture quotations are from the King James Version.

 

The subject of the true sonship of God, and the relation existing between Jesus and God, has long been a question of contention. A lack of definite knowledge of the true Word of God is always responsible for a wrong understanding of this most vital subject.

 

It is believed that the ancient Babylonians and Assyrians were the first people to formulate a trinity. This influence was also found in Egypt, Greece, and Rome in the centuries preceding and surrounding Jesus Christ’s birth.

 

In his book written in 1992 and titled Egyptian Religion, Siegfried Morenz wrote: “The Trinity was a major preoccupation of Egyptian theologians” and he goes on to add “Three gods are combined and treated as a single being, addressed in the singular. In this way the spiritual force of Egyptian religion shows a direct link with Christian theology”.

 

In this short essay, we won’t go into great length to prove the pagan origin of the Trinity, as it is a well proven fact among historians and it may be easily verified idea of a Trinity or a triune God is not foreign to most of the pagan religions. One can only wonder how one cannot question the Trinity doctrine knowing such a fact. Christendom, ignoring the Scriptures, borrowed a lot of practices and beliefs from already existing pagan religious system.

 

The concept of a triune God then became the teaching of the Trinity in the early Roman Catholic Church and was, in its early development, one of the main points of doctrine to be discussed at the infamous Council of Nicaea held in 325 A.D. Later on, and as the doctrine continued to develop after the Council of Nicaea, the Trinity of Papal Rome became eventually known as God the Father, God the Son, and God the Holy Spirit. Although in details they may differ, most Christian denominations today hold to some form of the Trinity doctrine. Mind you, there is no Trinity (and no "binity" as some teach) mentioned in the Bible.

 

The Roman Catholic Church has picked up many of the Babylonian mysteries. The doctrine of the Trinity is such a teaching. These Babylonian teachings flowed into many of the Pagan religions and are also in so-called Christian religions to this very day. The Papacy has in some of its churches, as for instance, in the monastery of the Trinitarians of Madrid, an image of the triune god, with three heads on one body. How such an abomination can be reconciled with the two first commandments contained in Exodus 20? “Thou shalt have no other gods before me. Thou shalt not make unto thee any graven image, or any likeness of any thing that is in heaven above, or that is in the earth beneath, or that is in the water under the earth.” (Exodus 20:3-4). It is worth noting that the doctrine of the Trinity led to such abomination as the Catholics who believe teach that Mary is the Mother of God, and that Jesus was God upon earth.

  

Arius on the Council of Nicaea

 

Arius, a noted theologian and profound teacher of his day, believed just as the Scriptures teach on the question of the Trinity. His point of contention with the apostate Church of his time was the doctrine of the sonship of Jesus, the first step toward what was to become known as the Trinity. We cannot deny the infallible Word of God, and “at the mouth of two or three witnesses”, the LORD says, every word must be confirmed.

 

Richard Rubinstein in his book written in 1999 and titled When Jesus Became God states that Arius was “a successful minister” and that “he was greatly admired for his personal purity as well as for his preaching” (page 53).

 

It is known that Arius did preach, as stated in Richard Rubinstein’s book, that ““There was when he [Jesus] was not,” meaning that he was not eternal, like God. Rather than asserting that Jesus was divine by nature, Arius emphasized that he had earned his “adoption” as Son and his “promotion” to divine status through moral growth and obedience to God. The priest did accept the idea, current throughout the East, that Christ was “preexistent”—that God had conceived him before time began and used him to create the universe. But it was not clear wether Arius believed this literally, or wether he meant that God merely had foreseen Jesus' coming before his birth to Mary” (page 55). Arius professed, in accord with the Scriptures: that the Father and the Son are two distinct individuals; that the Father alone is God in the proper sense; that Jesus was created and as such cannot be the Almighty God and the Creator of all things. For such a belief, Arius was excommunicated and banished of Alexandria, the city were he was preaching as a minister. In a letter to one of his powerful friend and most fervent supporters, Bishop Eusebius of Nicomedia, in which he was criticizing his persecutors for teaching that “as the Father is, so is the Son”, Arius wrote: “We are persecuted because we say that the Son had a beginning, but that God was without beginning. That is really the cause of our persecution; and likewise, because we say that He is created from nothing. And this we say because He is neither part of God, nor of any subjacent matter. For this we are persecuted; the rest you know” (Quasten, Patrology, 1950).

 

In Nicaea, 325 A.D., Arius and his supporters were finally expelled for refusing the new creed and rules. Others, because of fear signed, but had their tongues in their cheeks. Arius was banished by Constantine. But not all was settled, by any means. Arius had many supporters and there were great numbers of saints that refused to accept anything but the Holy Scriptures. They knew that the ideas purported at the Council of Nicaea were totally contrary to the Bible and what the Bible set forth. They held their ground and some of the ministers after returning home changed their minds and were sorry that they had signed the Nicene Creed. These people continued “earnestly to contend for the faith that was once delivered to the saints” (Jude 3).

 

Thence acceptance of the Scriptural testimony concerning Jesus Christ was termed as Arianism. It prevailed for a long time against the opposition of worldly bishops and the emperor who were at the start of what is known nowadays as the Roman Catholic Church and other so-called Orthodox Churches. Catholicism was born at this first ecumenical council. Each council held thereafter was held in creating another false doctrine and creed favouring tradition to truth, and making up ideologies contrary to the Word of God. After the Protestant Reformation, in the 15th century, there was a renewed interest in discovering biblical truths. All those who refused the doctrine of the Trinity and taught as the Bible says about Jesus Christ were labelled as “Arian.”

 

The Catholic Church on the Trinity

 

The Roman Catholic Church and other so-called Orthodox Churches bitterly opposed the teaching of Arius. In fact, the Catholic Church teach that the virgin Mary was the mother of God, that Jesus is actually God upon earth. According to this same Church, when Jesus ascended back to heaven, Peter took His place on earth, and thus began the succession of popes from St. Peter onwards. The popes claim to represent God on earth. Hence, the Catholics, all along in every period, considered the pope somehow God. The opposing powers which Daniel said would think to change times and laws and to wear out the saints of the Most High, persecuted Arius who died poisoned by his opponents because he dared to oppose them on the question of the Trinity.

 

More than one hundred texts in the New Testament speak definitely of Jesus being the Son of God. On the occasion of His baptism, the Father in heaven spoke, saying, “This is my beloved Son, in whom I am well pleased; hear ye him” (Matthew 17:5). When Jesus ascended to heaven, we learn from Mark that He “sat on the right hand of God” (Mark 16:19). The vision given our beloved Stephen, at the event of his death as a martyr, cannot be doubted by the mind held in tune by the blessed Holy Spirit. He exclaimed: “Behold, I see the heavens opened, and the Son of man standing on the right hand of God” (Acts 7:56). The foregoing scriptures were surely some of the main ones used by Arius against his opponents in setting forth his contention on the deity of Jesus. He was indeed led by Heaven, and obtained boldness to stand against the powers that were arrayed against God’s truth. Yet, Arius did not limit the power of Jesus, as some do, but believed the words of the Son, that “All power is given unto me in heaven and in earth” (Matthew 28:18).

 

Many texts set forth the beautiful harmony existing between the Father and Son, making them one. In John 17, we read: “Holy Father, keep through thine own name those whom thou hast given me, that they may be one, as we are.” Several times in this chapter similar expression are used.

 

The Oneness of God and Jesus

 

In the beginning, when God set forth the marriage institution and declared the relationship that should exist between the two, the husband and the wife, He said, “And they shall be one flesh.” The same conditions of oneness existing between the Father and Son are declared to exist between man and wife. They are to be one in purpose, one in object, and harmony and unity should exist between them. God, the heavenly Father, and Jesus Christ, His Son, are one (John 10:30, 38). They are one in purpose, but they are two separate, individual beings.

 

Jesus Called God

 

Paul speaks of Jesus thus: “God was manifest in the flesh, justified in the Spirit, seen of angels, preached unto the Gentiles, believed on in the world, received up into glory” (I Timothy  3:16).

 

As the light in the lampstand gave “light over against it” (Exodus 25:37), so Scripture illuminates and explains Scripture. Let’s for instance take a look at Exodus 3, the beginning of the chapter. We learn, verse 2 that “the angel of the Lord appeared unto him [Moses] in a flame of fire out of the midst of a bush”, then in verse 4, we read: “God called unto him out of the midst of the bush, and said, Moses, Moses”. Was it really God speaking to Moses? No, it was the angel of the LORD speaking on behalf of God as confirmed in Acts 7:35. Another Scriptures should help to better understand passages in which Jesus is seemingly declared to be God. In Exodus 4:16 we read concerning Moses: “And he shall be thy spokesman unto the people: and he shall be, even he shall be to thee instead of a mouth, and thou shalt be to him instead of God”.  Jesus, a created being and the Word of God made flesh, is also God’s spokesman, and an even more powerful one than Moses could ever have been (Deuteronomy 18:18). Jesus should surely be to us “instead of God”, as He was for the apostles and His first disciples.

 

But let’s remember that Jesus himself never claimed to be God. Accused by the Pharisees to take upon himself authority only belonging to God and thus “making himself equal with God” (John 5:18, see also John 10:31-36), Jesus made it clear that he was not God, but rather the Son of God. “Say ye of him, whom the Father hath sanctified, and sent into the world, Thou blasphemest; because I said, I am the Son of God?” (John 10:36). We should better take heed as Jesus is the Christ, the Son of God. Acceptance or rejection of this statement determines our eternal destiny. “And this is the record, that God hath given to us eternal life, and this life is in his Son. He that hath the Son hath life; and he that hath not the Son of God hath not life” (1 John 5:11-13, see also Acts 8:37).

 

Indeed, “to us there is but one God, the Father, of whom are all things, and we in him; and one Lord Jesus Christ, by whom are all things, and we by him.” (1 Corinthians 8:6). That which Arius confessed is still confessed by the Church of God and the servants of God.

 

Some may object that such a belief may lower Jesus Christ, but Trinitarian and other Binitarians actually forget what Jesus himself was teaching concerning God the Father, and by doing so they do not show the same respect as Jesus, the Christ, showed to the Father, His Father and our Father, His God and our God (John 20:17). Who had ever seen or heard supposed “evangelists” preaching, or supposed Christians praying and was not surprised to not even hear them mentioning God, the Father, in their sermons or prayers? It is very common in modern day Christianity. By doing so, not only, do they disrespect the Father, but they do not even follow Christ’s teachings as Jesus said “I can of mine own self do nothing: as I hear, I judge: and my judgment is just; because I seek not mine own will, but the will of the Father which hath sent me” (John 5:30). Are not Christians supposed to be followers of Christ?

 

The Trinity doctrine and all its variants are actually the equivalent of breaking the first of the Ten Commandments, “Thou shalt have no other gods before me” (Exodus 20:3), which the Roman Catholic Church and its daughters are in fact eagerly doing and which Jesus Christ would have never done.

 

The “Trinity Verses”

 

Some like to present as proof of a Trinity some verses where the three “persons” of a Trinity are supposedly presented. Generally, they may start by using the supposed baptismal formula of Matthew 28:19. In some of his writings, Eusebius (260-340), a so-called “Church Father” and Bishop of Caesarea quotes Matthew 28:19. This man known as “the Father of Church History” never quotes the verse as it is found in our Bibles today. The verse always ends with the words “in my name.” In Book III of his famous work Ecclesiastical History, in Chapter 5 and Section 2, we read “But the rest of the apostles, who had been incessantly plotted against with a view to their destruction, and had been driven out of the land of Judea, went unto all nations to preach the Gospel, relying upon the power of Christ, who had said to them, “Go ye and make disciples of all the nations in my name.” Once again, in another of his writings, Oration in Praise of Emperor Constantine, in Chapter 16 and Section 8, we read: “What king or prince in any age of the world, what philosopher, legislator or prophet, in civilized or barbarous lands, has attained so great a height of excellence, I say not after death, but while living still, and full of mighty power, as to fill the ears and tongues of all mankind with the praises of his name? Surely none save our only Savior has done this, when, after his victory over death, he spoke the word to his followers, and fulfilled it by the event, saying to them, “Go ye and make disciples of all nations in my name.” The notes and commentaries found in the very Catholic Jerusalem Bible agree. We read concerning so-called the baptismal formula: “This formula is probably a reflection of the liturgical usage established later in the primitive community. It will be remembered that Ac [the book of Acts] speaks of batising ‘in the name of Jesus’, see Ac 1:5f. The attachment of the baptized person to all three persons of the all three persons of the Trinity will have been made explicit later.” All of these lead us to believe that the Trinitarian baptismal formula is not to be found in the original manuscript the way it was written by Matthew. Eusebius took part to the infamous council of Nicaea in which it was to be decided whether Christ was God or a creation of God. He never used the Trinitarian formula, but always quoted Matthew 28:19 as reading “in my name.” If the Trinitarian formula had existed, it would have certainly be used by early Trinitarians to defend their doctrine. Obviously, the Trinitarian formula was added later and is not to be found in the earliest manuscripts. If Matthew 28:19, as we find it in our Bibles today, is a truthful rendering of the original manuscripts, how do we explain the disobedience of the apostles. They never baptized using this formula. All new disciples were baptized in the name of the Lord Jesus Christ, thus corroborating the verse as it is quoted by Eusebius in his works. Furthermore, and without mentioning it and going in to much detail explaining that it is not in fact a proper baptismal formula, as it may be acknowledged by reading the Book of Acts, suffice it to say that this verse does not demonstrate that God, Christ, and the Holy Ghost constitute a Trinity or a triune God and that the three are equal in substance, power and eternity. The listing of three people such as Tom, Dick and Harry in a same text of any sort does not make those people a three in one being.

 

Another passage frequently used may be found in 1 John 5:7-8 and is called the Comma Johanneum by some Bible scholars. It read “For there are three that bear record in heaven, the Father, the Word, and the Holy Ghost: and these three are one. And there are three that bear witness in earth, the Spirit, and the water, and the blood: and these three agree in one.” In this quote from the Scriptures, the words underlined were added to some Greek manuscripts and do not belong to the original manuscript. Ardent Trinitarians agree that this underlined part was not found in the earliest Greek manuscripts. The Roman Catholic Church even admits it in a footnote in its own version of the Scriptures, the New Jerusalem Bible. The footnote goes on to say: “The words in italics [making reference to the words we underlined above in this tract]” are “not in any of the early Gk MSS [Greek Manuscripts], or in any of the early translations, or in the best MSS of the Vulg. [The Vulgate, a 4th century Latin translation of the Scriptures] itself” and “are probably a gloss that crept into the text”. A Trinitarian scholar, Henry Alford (1810-1871), in his writings, even bluntly states that this addition to the Scriptures was omitted by all Greek Manuscripts previous to the beginning of the 16th century. Such an unreliable text certainly cannot be used to prove a Trinity.

 

Conclusion

 

To conclude, we should agree that Jesus is not God in an absolute sense, and certainly not God the Son as the Trinitarians would like us to believe. Jesus is consistently called the Son of God. Contrary to the Nicene Creed which teaches that Jesus Christ is “begotten, not made”, the Church of God believes, as set forth in the Scriptures, that Jesus is God’s first creation (Colossians 1:15; Revelation 3:14) and that he is the only begotten Son of God, born of the virgin Mary. God, the Father, is the only Almighty God, before him there is no other gods (Exodus 20:3). The Father is the Creator of all things.

 

Such belief does not in any way diminished Jesus Christ, who as the Son of God rightly deserves to sit on the right hand of God ((Mark 16:19, see also Acts 7:56). Jesus Christ is our Lord, he had been appointed to such a position by God. “God hath made the same Jesus, whom ye have crucified, both Lord and Christ” (Acts 2:36). He has been exalted and at the warring phase of its second return, he will be declared to be “KING OF KINGS, AND LORD OF LORDS” (Revelation 19:16). Nobody, other than Jesus, the Christ, will ever deserve to wear such titles.

 

Let’s follow Christ’s example and be faithful to the apostolic teachings. The Word of God, the Scriptures, is the final authority, as it has been to all who belong to this wonderful Church purchased by Jesus Christ and His precious blood. Amen.

Share this post
Repost0
July 11 2013 5 11 /07 /July /2013 21:55

 

This theological documentary, produced by the Restoration Fellowship, filmed by Mark Dockery, and edited by Paul Millunzi, tries to bring difficult theological understanding about the nature of Jesus of Nazareth down to earth.

The video has clips from world-recognized scholars, as well as some unknown skilled examiners of biblical theology and Christology.

The "man on the street" aspect of Dockery's documentary keeps the interest of those who view the presentation. Dockery includes significant ecumenical material, with a view to erasing lines of hostility that separate Christians from the Jewish and Islamic communities. While there is a long way to go to accomplish this, the presentation is a necessary first step in accomplishing that goal.

DVDs of The Human Jesus ($12) are available from Atlanta Bible College at 800-347-4261 or 678-833-1839.
Share this post
Repost0
April 17 2013 4 17 /04 /April /2013 16:13

 


 


The greek grammar for two persons. If you wanted to make it clear in Koine Greek that you are referring to two persons, and not one, ask yourself how would you say it?

Also consider the Greek at John 20:17, one definite article with four following nouns with possessives for the one and same person, God the Father. "The Father of me and Father of you and God of me and God of you." This is not the construction which Thomas used at John 20:28.

One Person:
The Lord and God of me
or
The Lord of me and God of me

Two Persons:
The Lord of me and the God of me

My Lord - He who has seen ME
and
My God - has seen THE FATHER

He who has seen ME - My Lord
has seen THE FATHER - My God

Share this post
Repost0
April 17 2013 4 17 /04 /April /2013 15:41

 


 
Share this post
Repost0
May 19 2012 7 19 /05 /May /2012 12:32

Hebrew Yahveh

 

1. The Bible says that God cannot be tempted.

“Let no man say when he is tempted, I am tempted of God: for God cannot be tempted with evil, neither tempteth he any man.” – James 1:13

What happened to Jesus in Matthew 4:1?

“Then was Jesus led up of the Spirit into the wilderness to be tempted of the devil.” – Matthew 4:1

 

2. The True God is One God.

“Hear, O Israel; The Lord [Jehovah] our God is one Lord [Jehovah]” – Mark 12:29 – the words of Jesus.

 

3. The One True God sent Jesus the Messiah.

“And this is life eternal, that they might know thee the only true God, and Jesus Christ, whom thou hast sent.” – John 17:3

 

4. Jesus prays to his God the Father.

“And Jesus lifted up his eyes, and said, Father, I thank thee that thou hast heard me.” – John 11:41

 

5. Only God the Father is omniscient.

“But of that day and hour knoweth no man, no, not the angels of heaven, but my Father only.” – Matthew 24:36

 

Church of God (7th Day) – Salem Conference

http://www.churchofgod-7thday.org/

Pour nous contacter en français

edd7jour@gmail.com

Share this post
Repost0
April 19 2012 5 19 /04 /April /2012 23:06

Hebrew Yahveh

 

L'un des résultats de l'interdiction de prononcer le nom de Dieu, c'est que sa prononciation en a été obscurcie. Pour près de mille ans, le nom de Dieu ne fut pas utilisé quotidiennement pour le culte, et aujourd'hui, la question se pose de savoir comment le prononcer. Parmi les suggestions les plus fréquentes, nous retrouvons Yahvé ou Jéhovah. Mais pourquoi donc cette confusion, et quelle est la vrai prononciation du nom?

 

Le problème avec la prononciation du nom est inhérent à l'hébreu, langue dans laquelle les voyelles et les consonnes sont retranscrites avec deux ensembles distincts et séparés de symboles. Les consonnes sont retranscrites par des lettres et les voyelles par des points et des tirets. Par exemple, le mot yeled יֶלֶד, « enfant » s'écrit avec les consonnes yldילד  et les voyelles e e ֶֶ . Lorsque l'on parle du nom de Dieu, l’on croit généralement que les voyelles en furent remplacées systématiquement par les voyelles du mot Adonaï (Seigneur). Ainsi, les érudits contemporains ignorent délibérément les voyelles d’YHVH qui se trouve de fait dans le texte hébreu des Écritures et tentent, par toutes sortes de spéculations et d'arguments externes au texte, d'en retrouver les voyelles « originales ». En conséquence, ces érudits en viennent à des conclusions différentes en ce qui concerne la prononciation originale du nom. L'une des théories les plus populaires est celle selon laquelle le nom se serait prononcé Yahvé. Il y a virtuellement un consensus académique autour de cette proposition. Néanmoins, ce consensus ne se base pas sur des preuves définitives. L’Anchor Bible Dictionnary explique: « La prononciation de yhwh comme Yahvé est une conjecture académique. »1 Si « Yahvé » est une supposition hasardeuse, que sait-on vraiment de la manière dont se prononce le nom? Et qu'en est-il de l'argument selon lequel les voyelles d’YHVH dans le texte hébreu sont en réalité les voyelles d'Adonaï comme de nombreux érudits le prétendent? 

 

Contrairement à ce qui est communément cru à ce sujet, le nom YHVH lui-même n'a pas été supprimé des Écritures. En fait, les consonnes qui composent YHVH apparaissent quelques 6828 fois dans le texte hébreu des Écritures. Qu'en est-il des voyelles? S'agit-il réellement des voyelles d'Adonaï? Pour comprendre ce problème, nous devons considérer une ancienne pratique des scribes hébreux qui se nomme Kere-Qetiv, « ce que l'on lit (Qere) et ce que l'on écrit (Ketiv) ». Un Qere-Ketiv advient lorsqu'un mot est retranscris dans les Écritures d'une certaine manière (Ketiv), mais qu'une note marginal au texte biblique indique qu'il devrait être lu comme s'il était écrit d'une autre façon (Qere). Par exemple, en Genèse 8:17, nous trouvons le mot הוצא hotsie (« emporter »). Dans les manuscrits bibliques, ce mot est marqué au dessus d'un petit cercle indiquant au lecteur qu'il doit se référer à une note marginale. Cette note en marge du texte indique « היצאקרי »  « lire comme haytze ». Ainsi, הוצא hotsie est retranscris dans les Écritures comme comportant un Vav, mais la note marginale indique que ce mot devrait se lire comme היצא haytze avec un Yod. Comme cela est vrai dans la plupart des cas de Qere-Ketiv, la note marginale ne change pas le sens du verset puisque hotsie et haytse signifie tous les deux « emporter, retirer ». Pourquoi donc lire un mot d'une manière différente à la façon dont il fut retranscris si cela ne change pas le sens du texte? Apparemment de nombreux Qere-Ketivs trouvent leur origine dans les comparaisons qu’établirent les scribes du Temple entre deux ou trois anciens manuscrits des Écritures. Les scribes trouvèrent de légères différences entre ces manuscrits et décidèrent de conserver une forme du mot dans le texte même des Écritures et d'inscrire l'autre forme de ce même mot en marge du texte. La signification du Qere-Ketiv, lorsque l'on en vient à la question du nom divin, c'est que le Ketiv, la forme écrite dans le texte même des Écritures, est toujours écrite avec les voyelles du Qere, la manière dont devrait être lu le mot. Dans l'exemple précédant, le mot est écrit הַוְצֵא avec les consonnes de hotsie הוצא mais les voyelles de haytse 2היצא  ! L'argument fréquent, concernant la prononciation du nom de Dieu, consiste à affirmer qu’YHVH possède les consonnes du nom mais les voyelles d'Adonaï. Ceci est présenté comme un fait établi dans tout cours d'introduction à l'hébreu biblique et dans toute discussion académique autour du nom.

 

Il y a deux problèmes avec le consensus académique. Le premier problème est que dans tous les autres cas de Qere-Ketiv, le mot lu différemment qu'il n'est écrit dans le texte est marqué d’un cercle dans les manuscrits bibliques. Ce cercle indique au lecteur qu'il doit se référer à une note marginale affirmant pour ce mot qu’il faudrait le « lire de telle ou telle manière ». Ainsi dans le cas du nom divin, nous pourrions espérer qu'il se trouve un cercle au dessus du mot YHVH avec une note marginal indiquant « lire comme Adonaï ». Mais une telle note n'existe pas! YHVH apparaît 6828 fois dans le texte hébreu des Écritures mais n'est jamais identifié comme un Qere-Ketiv, que ce soit par un cercle ou une annotation marginale d’un scribe. En réponse à cela, les spécialistes concernés insistent pour affirmer que dans le cas d’YHVH il s'agit d'un soi-disant Qere Perpetuum. Ils affirment que lorsqu'un mot est toujours lu différemment de la manière dont il est écrit, alors les scribes omettent de le notifier. Il est vrai que dans certains cas, le scribe omettra la note mentionnant le changement. Mais dans ces autres cas de Qere Perpetuum, la remarque du scribe apparaîtra parfois et sera omise dans d'autre cas afin de ne pas surcharger le texte. Cependant, nul part dans les Écritures ne trouve-t-on de cas de Qere Perpetuum pour lequel un mot écrit d'une certaine manière et devant être lu d'une autre façon se trouvera toujours sans note d'un scribe. Si nous devions appliquer la règle du Qere Perpetuum à YHVH, il s'agirait d'un cas unique de Qere-Ketiv puisque que l'on ne trouve jamais de note affirmant « lire comme Adonaï » ; pas une seule fois sur les 6828 fois qu'apparaît le mot une telle note ne peut être trouvée.

 

Le deuxième problème avec l'affirmation selon laquelle YHVH possède les voyelles d'Adonaï, c'est qu'en réalité ce n'est pas le cas! Les voyelles d'Adonaï אֲדׁנָי sont A-O-A (hataf patach - cholam - kamats). Le nom YHVH est au contraire écrit יְהוָה avec les voyelles e---A (sheva - no vowels - kamats). Maintenant, dans tous les autres cas de Qere-Ketiv, le Ketiv, écrit dans le texte même des Écritures, possède précisément les voyelles du Qere, alors que le Qere lui-même est écrit sans voyelles en marge du manuscrit biblique. Mais les voyelles d’YHVH sont clairement différentes des voyelles d'Adonaï! YHVH est écrit YeHVaH יְהוָה, avec les voyelles d'Adonai cela aurait cependant dû être Yahovah יֲהוָֹה!

 

Comment se fait-il que le consensus académique ignore cette preuve factuelle! Jusqu'à très récemment les imprimeurs du texte des Écritures ont librement modifié le nom YHVH. Dans de nombreuses impressions des Écritures hébraïques, YHVH est écrit avec absolument aucune voyelle, tandis que dans d'autres impressions il est en fait écrit comme Yahovah avec les voyelles d'Adonaï. Néanmoins, lorsque l'on vérifie dans les plus anciens manuscrits des Écritures, nous constatons qu’YHVH est écrit YeHVaH. C'est de cette façon qu'est écrit YHVH dans les manuscrits de Ben Asher (Codex d’Alep et Codex de Léningrad) qui présente le texte complet le plus précis des Écritures. Les impressions modernes qui reproduisent de manière la plus exacte ces manuscrits anciens, tels que la Biblia Hebraica Stutgartensia (BHS), et que l’Hebrew University Bible Edition (HUB) contiennent également la forme YeHVaH. Aujourd'hui nous n'avons plus nécessairement besoin de nous référer à ces impressions puisque les manuscrits bibliques importants ont été publiés sous la forme d'éditions lithographique avec des photographies reproduisant réellement les pages des manuscrits eux-mêmes. Sur ces photographies, il est clairement visible que le nom YHVH est écrit à plusieurs reprises comme YeHVaH et non pas avec les voyelles d'Adonaï, ce qui donnerait alors YaHoVaH.

 

Avant de considérer ce qu'il en est des voyelles de YeHVaH tels qu'elles se trouvent dans le texte des Écritures, nous devons brièvement considérer le consensus académique concernant Yahvé. Comme cela a été déjà mentionné, les spécialistes bibliques ne tiennent pas compte des voyelles d’YHVH telles qu'elles se trouvent dans les manuscrits bibliques et s'intéressent à des sources extérieures au texte afin d'essayer de reproduire la prononciation original du nom. La source principale utilisée pour cela est celle des écrits de Théodoret de Cyr, un soi-disant Père de l'Église qui vécut au 5ème siècle de notre ère. Concernant le nom YHVH, Théodoret écrit:

 

« Les Samaritains l'appelle IABE alors que les Juifs l'appelle AIA. »4  

 

La forme AIA (prononcé A-Yah) indique que les Juifs appelaient Dieu par la forme abrégé de Son nom יָהּ Yah telle qu’elle apparaît de nombreuses fois dans les Écritures. La forme Yah suit l'ancienne pratique qui consiste à prendre la première et la dernière lettre d'un mot pour en faire une abréviation. Ainsi, la première et la dernière lettre d’YHVH nous donnent l'abréviation Yah.5 Mais comment les Juifs ont-ils obtenu AIA à partir de Yah? L’une des caractéristiques de l’hébreu tardif consiste en l’usage intensifié de l’Aleph prothétique. L’Aleph prothétique est un aleph ajouté au début des mots afin d’en faciliter la prononciation. Par exemple en hébreu postbiblique, le mot biblique communément utilisé תְמוֹל t’mol devient etmol אֶתְמוֹל avec un Aleph prothétique.6 Le e- de etmol facilite tout simplement la prononciation du mot. L’Aleph prothétique existait au temps biblique et ainsi les formes *rba (quatre) et *tsba (doigt) étaient prononcées arba et etsba à l’époque même de la Bible. Mais à l’époque postbiblique, l’Aleph prothétique est devenu une pratique courante et pouvait être ajouté à n’importe quel mot. Ainsi AIA est tout simplement Yah auquel s’ajoute l’Aleph prothétique en début de mot afin d’en faciliter la prononciation. Théodoret de Cyr nous apprend que les Juifs de son temps appelaient Dieu par le nom A-Yah.  

 

À l’époque de Théodoret, la prononciation du nom avait supposément été bannie parmi les Juifs à la suite d’un décret d’Abba Saül. À cause de cela, les érudits bibliques donnent un poids supplémentaire à la prononciation du nom par les Samaritains telle que rapportée par Théodoret. Celui-ci affirme que les Samaritains prononçaient le nom de YHVH comme IABE (prononcé Ya-bi). Maintenant, si nous devions traduire cela de nouveau en hébreu nous obtiendrons quelque chose de similaire à יֲבֶּה Yabeh. Cet exemple démontre quels sont quelques-uns des problèmes qu'il y a à vouloir utiliser des transcriptions grecques afin de reconstruire une prononciation hébraïque. Premièrement, nous devons prêter attention au fait que le grec ancien n'a pas de son H au milieu des mots. Ainsi, le premier H dans YHVH, quelque soit la voyelle qui lui soit attachée, serait supprimer en grec. Deuxièmement, le grec ne possède pas un son similaire au W ou au V. Ainsi donc, la troisième lettre du nom divin serait supprimée ou distordue en grec. Finalement, les voyelles du grec ancien étaient très différentes des voyelles du système d'écriture hébraïque. L'hébreu biblique possède neuf voyelles qui n'ont pas de correspondance exacte en grec. Par exemple, le Sheva vocal en hébreu (prononcé comme un i court dans « vite ») n'a pas d'équivalent en grec ancien. Ainsi, quoique qu'ait entendu Théodoret de Cyr de la part des Samaritains, son intention de transcrire ce nom en grec était sans espoir.

 

Qu'en est-il de la forme IABE? La plupart des érudits bibliques affirment que le B dans IABE est une distorsion de l'hébreu Vav et que le premier He de YHVH a disparu puisque le grec n'a pas de son tel que le H au milieu d'un mot. En conséquence, la plupart des érudits traduisent alors en retour le Samaritain IABE en hébreu par Yahvé יֲהְוֶה. Il s'agit de la « conjecture académique » dont parle l’Anchor Bible Dictionnary. La raison pour laquelle il est donné autant de crédit à cette prononciation, c'est parce que l'on assume que les Samaritains n'étaient pas encore sous le coup du décret des rabbins et savaient encore comment prononcer le nom du temps de Théodoret. Mais s'agit-il de la meilleure explication pour le mot samaritain IABE? Il se trouve que les anciens Samaritains appelaient Dieu יָפֶה Yafeh, signifiant celui qui est magnifique. Maintenant, en hébreu samaritain, la lettre Pe est souvent remplacée par un B. Ainsi, ce qui arriva probablement, c'est que les Samaritains racontèrent à Théodoret que Dieu est appelé Yafeh, « celui qui est magnifique », mais, avec leur prononciation altérée de l'hébreu, il lui a semblé qu'ils disaient Yabe. Cette hypothèse semble être supportée par le fait que les Samaritains ont de fait adopté le décret interdisant de prononcer le nom, peut-être même avant les Juifs. Au lieu de prononcer le nom YHVH, les Samaritains appellent Dieu שְׁמָא shema. Maintenant, concernant shema, il est habituellement compris qu'il s'agit d'une forme araméenne d'hashem signifiant « le nom », mais nous ne pouvons pourtant que constater la similarité existante entre le samaritain shema et l'ashema des païens, qui selon 2 Rois 17:30 était l'un des dieux adorés par les Samaritains lorsqu'ils s'installèrent tout d'abord en terre d'Israël au 8ème siècle avant notre ère.7 Ainsi, dès 700 avant notre ère, les Samaritains en appelait à Ashema et non pas à YHVH.

 

Le consensus académique s'appuie sur une deuxième preuve pour supporter la supposée prononciation de Yahvé/ IABE. Ils font remarquer le lien existant entre le nom YHVH et la racine HYH « être ». Ce lien est explicitement exprimé en Exode 3:13-14, passage dans lequel nous lisons:

 

« (13) Et Moïse dit à Dieu: Voici, j'irai vers les enfants d'Israël, et je leur dirai: Le Dieu de vos pères m'a envoyé vers vous; mais s'ils me disent: Quel est son nom? Que leur dirais-je? (14) Alors Dieu dit à Moïse: Ehyeh Asher Ehyeh (Je suis ce que je suis). Puis il dit: Tu diras ainsi aux enfants d'Israël: Ehyeh m'a envoyé vers vous » (Exode 3:13-14).

 

Ainsi, Moïse demande à YHVH quel nom il doit donner aux Israélites lorsqu'ils vont s'enquérir de Dieu. YHVH répond à Moïse qu'il devra leur dire qu'il fut envoyé par Ehyeh, qui est un verbe issu de la racine verbale HYH, être, signifiant « je suis ». Immédiatement après avoir déclaré de Lui-même qu'il est Ehyeh Asher Ehyeh, YHVH va plus loin expliquant que Son nom éternel est YHVH:

« (15) Dieu dit encore à Moïse: Tu diras ainsi aux enfants d'Israël: YHVH, le Dieu de vos pères, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob m'a envoyé vers vous. C'est là mon nom éternellement; c'est là ma commémoration dans tous les âges » (Exode 3:15).

 

Mais comment le nom YHVH peut-il être connecté au verbe HVH, être? En hébreu les lettres Vav ו et Yod י sont des lettres faibles qui sont parfois interchangeable. Par exemple, le mot yeled יֶלֶד (enfant) est une variante de valad וָלָד dans laquelle le Yod habituel est remplacé par un Vav. Nous trouvons un remplacement similaire dans la racine HYH être. Le temps présent du verbe HYH être est הׂוֶה hoveh (Ecclésiastes 2:22) avec le Yod remplacé par un Vav. Ce type de remplacement semble advenir tout spécialement dans les noms. Ainsi en hébreu Ève est appelé חַוָּה Chavah, « parce qu'elle fut la mère de tous les vivants (חָי chay) » (Genèse 3:20). Dans le nom d'Ève, le Yod de chay חָי est donc remplacé par le Vav de Chavah חַוָּה. Nous ne devrions pas en conclure que Vav et Yod sont toujours interchangeable, mais plutôt que lorsqu'une racine hébraïque possède un V/Y, parfois l'autre lettre peut apparaître et prendre sa place. Ce n’est donc pas un problème d’un point de vue linguistique pour le nom YHVH d’être dérivé du verbe HYH être. Ainsi YHVH se présente Lui-même à Moïse comme Elyeh Asher Elyeh (Je suis ce que je suis), une allusion voilée à Son nom YHVH tel qu'il est présent dans le verset suivant.

 

Utilisant Exode 3:14-15, les spécialistes modernes de l'hébreu soutiennent que le nom YHVH doit être le piel ou une autre forme du verbe HYH, être. En d'autres termes, ils comprennent YHVH comme un simple verbe signifiant « celui qui fit être toutes choses ». Maintenant, ces érudits affirment que la forme piel ou hifil d’YHVH est Yahvé יֲהְוֶה. Néanmoins, cette explication est extrêmement problématique. La raison en est liée au système verbal hébreu. L'hébreu possède sept modèles verbaux, appelés conjugaisons. Chaque conjugaison utilise une racine verbale donnée et la change légèrement, donnant ainsi à cette racine verbale une nouvelle nuance de sens. Certaines racines peuvent être déclinées selon les sept conjugaisons, alors que certaines autres ne peuvent se décliner que selon quelques-unes de ces conjugaisons. De fait, la plupart des racines verbales ne peuvent se décliner qu’avec trois ou quatre conjugaisons, alors qu'il est rare d'en trouver une qui se décline avec les sept conjugaisons. Cela peut sembler arbitraire, mais il s'agit de la réalité grammaticale de l'hébreu. Par exemple, la racine Sh.B.R signifie « briser » avec la conjugaison Qal et « fracasser » avec la conjugaison piel, etc... Au total, la racine Sh.B.R peut être conjuguée dans six des sept conjugaisons. Mais cette racine n'existe pas et ne peut pas exister avec la septième forme conjuguée (hitpael). Pour ce qui est du verbe HYH, être, duquel dérive le nom YHVH, il existe seulement avec les première (qal) et seconde (nifal) conjugaisons en hébreu biblique. Ceci signifie que l'hypothèse académique selon laquelle YHVH est la forme piel ou hifil du verbe HYH être est impossible puisque ce verbe n'existe pas dans ces conjugaisons. En d’autres termes, Yahvé est une forme verbale inexistante en hébreu biblique. Pourquoi donc les spécialistes modernes identifie-t-il universellement le nom YHVH comme étant un verbe fictif quelconque défiant les règles de la grammaire hébraïque? Il y a deux raisons à cela. Premièrement, cette forme pi'el ou hif'il inexistante permettrait de donner à YHVH le sens de « celui qui fit être toutes choses », ce qui correspond parfaitement aux préconceptions théologiques de ces spécialistes modernes de l'hébreu. Deuxièmement, la forme piel ou hifil Yahvé correspond au témoignage de Théodoret concernant la prononciation samaritaine du nom.

 

La tentative pour reconstituer les voyelles de YHVH en l'identifiant de manière forcée à un impossible verbe pi'el ou hif'il est sans validité aucune pour une autre raison. La plupart des noms hébreux contiennent en eux des verbes. Néanmoins, l'une des caractéristiques des noms, c'est que les verbes formant une partie des noms ne suivent pas des modèles verbaux standards. Par exemple, le nom Nehemiah – Néhémie, en hébreu Nechemyah (« YHVH console »), contient deux éléments: le verbe "Nechem" (il console) et le nom « yah » (abréviation d’YHVH). Mais la forme verbal du nom Nehemiah, « Nechem », ne suit pas une forme standard du verbe qui alors serait « Nichem ». Il s'agit d'une règle de l'hébreu biblique qui veut que, lorsqu'un verbe est incorporé à un nom, ses voyelles soient alors librement modifiables. Un autre exemple de ceci est le nom Joshua/Josué, en hébreu Yehoshu'a, signifiant « YHVH sauve ». De nouveau, ce nom contient deux éléments: le verbe yoshi'a signifiant יׂושִׁיע « il sauve » et le nom de Dieu Yeho- (forme raccourci de YHVH). Le verbe yoshi'a (il sauve) est raccourci et les voyelles sont complètement modifiée créant ainsi la forme -shua. La forme -shua ne peut exister seulement que dans le nom d'une personne tandis que la forme verbale yoshi'a serait inhabituelle dans un nom. De fait, YHVH peut facilement contenir la racine verbale HYH sans que cela n'influe sur les voyelles qu'il contient. La tentative d'imposer une forme grammaticale verbale à un nom va à l'encontre des règles de la langue hébraïque.

 

Nous avons vu que ce consensus académique concernant Yahvé n'est en réalité qu'une supposition hasardeuse. Dans le même temps, nous avons constaté que le « fait » généralement admis selon lequel YHVH contient les voyelles d'Adonaï est en réalité inexacte. La vocalisation réelle du nom YHVH dans les anciens manuscrits hébreu est YeHVaH. Très clairement, YeHVaH ne possède pas les voyelles d'Adonaï. Mais s'agit-il réellement des voyelles du nom divin? La première chose que nous remarquons concernant les voyelles de YeHVaH, c'est que la voyelle suivant le premier he ה est manquante. L’une des règles fondamentales de la langue hébraïque veut qu'une consonante au milieu d'un mot soit suivi soit par une voyelle ou un sheva silencieux. Maintenant, il existe parfois des lettres silencieuses au milieu d'un nom qui ne possède ni voyelle ni sheva (p.ex. l'Aleph dans bereshit בְּדֵאשִׁית). Mais ce n'est jamais le cas avec un he ה au milieu d'un mot. En hébreu biblique, il est commun pour un H d'être silencieux à la fin d'un mot, mais il n'existe rien de tel qu'un he ה silencieux au milieu d'un mot. Cela signifie que selon les règles de l'hébreu, le premier he ה dans YHVH doit avoir une voyelle quelconque. Qu'est-il donc advenu de cette voyelle manquante? Peut-être la réponse se trouve dans une autre pratique des scribes médiévaux. Lorsque les scribes bibliques voulaient omettre un mot, ils en retiraient les voyelles. Le lecteur médiéval savait alors que lorsqu'il arrivait au mot sans voyelles il ne devait donc pas le lire. Il est possible que les scribes médiévaux aient omis la voyelle du premier he ה de YeHVaH afin d'éviter que les lecteurs ne lisent le nom à voix haute.

 

Un autre point qu'il est important de souligner, c'est que dans le Codex d’Alep, le plus précis de tous les manuscrits du texte biblique, il est donné au nom YHVH les voyelles Yehovih lorsque le nom est juxtaposé à Adonaï. Il semble que le « i » (chiriq) est un rappel au lecteur qu’il doit lire le nom comme Elohim (Dieu), puisque s’il le lisait comme Adonaï, cela reviendrait à lire Adonaï deux fois de suite. Néanmoins, il ne s’agit pas d’un authentique Qere-Ketiv dans lequel la forme « écrite » comporte toutes les voyelles de la forme « lue ». S’il s’agissait d’un Qere-Ketiv, nous espérerions les voyelles d’YHVH être changées pour Yehowih יֱהוִֹה (chataf segol - cholam - chiriq). Au lieu de cela les voyelles sont Yehowih יְהוִֹה (sheva - cholam - chiriq). Il semble s’agir d’une pratique unique adoptée par les scribes et qui consiste à changer une seule voyelle afin de rappeler au lecteur comment lire le nom YHVH. Maintenant, lorsque YHVH se trouve seul dans le texte, il possède les voyelles Yeh?vah, le seul changement aux voyelles étant que la voyelle après le he ה est omise après le He. Cela empêche le lecteur de lire accidentellement le nom tel qu’il est écrit. Par contraste, lorsqu’YHVH se trouve à côté d’Adonaï, le « a » (kamats) est changé pour un « i » (chiriq) afin de rappeler au lecteur de lire le nom comme Elohim.

 

Ce qui est significatif au sujet de la forme Yehovih, c’est que rien n’est fait pour empêcher le lecteur de lire accidentellement le nom comme Yehovih. Cette forme du nom comporte l’intégralité des voyelles et peut être lue comme n’importe quel autre mot en hébreu. Maintenant, pour certaines raisons, les scribes « massorétiques » qui copièrent les Écritures au Moyen-âge s’inquiétaient que l’on puisse prononcer le mot Yeh?vah, mais n’étaient pas du tout inquiet que l’on prononce accidentellement le nom Yehovih. Cela doit être considéré en lieu avec le décret interdisant la prononciation du nom qu’acceptaient pleinement les scribes massorétiques. La seule raison pour laquelle les scribes massorétiques auraient laissé la forme Yehovih sans omettre la voyelle après le he ה, c’est parce qu’ils savaient que ce n’était pas la véritable prononciation du nom divin. À l’inverse, lorsqu’ils voyaient Yeh?vah, ils savaient qu’il s’agissait de la véritable prononciation du nom et ils ont donc supprimé la voyelle centrale.

 

Mais quelle est donc la voyelle centrale manquante de Yehvah יְהוָה? Lorsque l’on compare les deux formes Yeh?vah et Yehowih, il semblerait que la voyelle manquante soit « o » (cholam). Cela signifie que les scribes massorétiques savaient que le nom est Yehovah et ont décidé d’empêcher sa prononciation en omettant le « o ». Ceci est confirmé par le fait que les scribes oublièrent en fait de supprimer le « o » dans un certain nombre de cas. Les scribes copiaient des documents anciens soit en lisant les mots à voix haute ou soit en les murmurant. Le scribe faisait parfois des erreurs et écrivait ce qu’il s’entendait prononcer, même si cela différait de ce qu’il lisait devant lui. Il s’agit d’une erreur courante en anglais également. Lorsque des anglophones écrivent rapidement ou au clavier, ils écrivent souvent « know » au lieu de « no » ou « their » au lieu de « there ». Cela n’est pas dû à leur méconnaissance de la langue, puisque la plupart des personnes faisant ce genre d’erreur savent très bien la différence entre ces homonymes. Il s’agit plutôt d’un type d’erreur découlant de la manière dont les mots se prononcent. Dans le cas du nom divin, le scribe savait que le mot YHVH se prononçait Yehovah, et même s’il était supposé supprimer la voyelle « o », il l’a laissé dans quelques douzaines de cas. Dans le manuscrit massorétique LenB19a, le plus ancien des manuscrits massorétiques complets, qui fut utilisé comme base pour l’édition renommée BHS,8 le nom est écrit Yehovah 50 fois sur un total de 6828 occurrences du nom. Il est significatif qu’aucune autre voyelle en dehors du « o » ne fût « accidentellement » inséré dans le nom divin.

 

Il existe une autre preuve qui indique que la voyelle manquante dans Yeh?vah est un « o ». De nombreux noms hébreux incorporent une partie du nom divin comme partie intégrante d’un nom composé. Par exemple, Yehoshua (Joshua - Josué) signifie « YHVH sauve », tandis que Yeshayahu (Isaïe - Ésaïe) signifie également « YHVH sauve ». Nous constatons donc que lorsque le nom divin est incorporé à d’autres noms, il apparaît sous la forme Yeho- au début des noms et sous la forme -yahu à la fin des noms. Les partisans du nom sous la forme Yahvé citent souvent la forme finale -yahu comme preuve attestant de leur prononciation du nom. Il y a deux problèmes avec cette affirmation. Premièrement, la terminaison divine -yahu est inconsistante avec la prononciation Yahvé. Au lieu de cela, cette terminaison suggèrerait qu’il faille prononcer le nom comme Yahuvah et non Yahvé. En hébreu, il y encore moins de similarités entre Yahvé יֲהְוֶה et –yahu יָהוּ. Yahvé יֲהְוֶה est épelé avec une voyelle hébraïque appelé chataf patach tandis que –yahu יָהוּ possède la voyelle kamats. Il s’agit de deux voyelles totalement différentes. La différence entre ces deux voyelles est la même qui existe entre le « a » de father (chataf patach) et le « a » de brawl (plus au moins kamats en hébreu ancien). Il s’agit d’une erreur que seul un anglophone ou un germanophone pourrait faire! Deuxièmement, dans le nom YHVH, les lettres YHW- sont en fait au commencement du nom et non pas à la fin. Ainsi, si nous prêtons attention à des noms tels que Josué/Ésaïe comme étant des modèles permettant de reproduire la prononciation du nom divin, nous devrions choisir la forme Yeho- qui se trouve au début des noms composés, et non pas la forme qui se trouve à la fin des noms. Si nous combinons cette information avec la forme Yeh?vah telle qu’elle est documentée dans le texte biblique, nous obtenons la forme Yehovah.

 

Il est intéressant de remarquer que l’anglais Jehovah est simplement une forme anglicisée de Yehovah. La principale différence est que la lettre J s’est glissée dans le nom divin. Bien sûr, l’hébreu ne possède pas de son J et la lettre hébraïque est Yod se prononçant comme l’anglais « Y ». Une autre différence est que dans le texte massorétique l’accentuation est placée en fin de mot. Ainsi, le nom devrait réellement se prononcer Yehovah avec l’emphase sur le « vah ». Prononcé le nom Yehovah avec l’emphase placée sur le « ho » (comme dans l’anglais Jehovah) serait tout simplement une erreur.

 

Une question que nous devons considérer maintenant, est celle de savoir comment les massorètes, les scribes médiévaux qui copièrent le texte des Écritures et ont supprimé le « o » de Yehovah, ont-ils pu connaître la véritable prononciation du nom. Après tout, le décret interdisant la prononciation du nom était supposé être pleinement appliqué depuis l’époque d’Abba Saül au 2ème siècle de notre ère. L’une des choses que l’on sait au sujet des scribes massorétiques, c’est qu’ils étaient Karaïtes. Nous savons également qu’il existait deux groupes de Karaïtes, ceux qui requerraient la prononciation du nom et ceux qui l’interdisaient. Il est évident que les massorètes appartenaient à la catégorie de ceux qui interdisaient la prononciation du nom, et c’est la raison pour laquelle ils ont supprimé la voyelle centrale de Yehovah. Dans le même temps, ils entendirent la manière dont les autres Karaïtes prononçaient le nom et donc ils connaissaient la manière appropriée dont le nom devait être prononcé. Le sage Kirkisani, un Karaïte du 10ème siècle, rapporte que les Karaïtes qui prononçaient le nom étaient situés en Perse (Khorasan). La Perse avait été un centre majeur du Judaïsme depuis que les dix tribus y furent exilés dans les « villes des Mèdes » (2 Rois 17:6) et l’est resté jusqu’à l’invasion mongole du 13ème siècle. Puisque la Perse se trouvait si éloignée des centres rabbiniques situés en Galilée et à Babylone, les Juifs en Perse restèrent protégés des innovations rabbinique de la Mishna et du Talmud jusqu’au 7ème siècle. Ce fut seulement lorsque les rabbins tentèrent d’imposer leurs innovations aux Juifs de Perse entre le 7ème et le 8ème siècle, que le mouvement Karaïte a débuté afin de permettre que soient préservées que les pratiques anciennes. Ainsi, il n’est pas surprenant que les Karaïtes de Perse aient préservés le nom tel qu’il se prononçait aux temps anciens. Il semblerait que les massorètes aient supprimé la voyelle « o » du nom divin afin d’empêcher leurs confrères Karaïtes de tout simplement lire le nom tel qu’il aurait dû être écrit. Désormais, lorsque ces Karaïtes lisaient le texte biblique, ils devaient eux-mêmes fournir la voyelle manquante au nom.

 

1 « Yahweh », Anchor Bible Dictionnary, D.N. Freedman, et al, (eds), New York 1992, vol.6, p. 1011

2 Il est intéressant de noter que dans les impressions modernes des Écritures, le mot est écrit dans le corps même du texte des Écritures sans voyelles, alors que le Qere est écrit en marge avec ses propres voyelles. Cette méthode moderne est une entorse délibérée à l’ancienne pratique des scribes.

3 Le Leningrad Codex est aussi connu comme le LB19a, et il est maintenant disponible sous la forme, The Leningrad Codex; A Facsimile Edition, D.N. Freedman (éditeur), Wm B. Eerdmans Publishing Co. 1998.

4 Théodoret de Cyr, Question 15 sur Exode 7

5 Cette forme d’abréviation est très courante en grec. Par exemple, KE est une abréviation courante pour Kourie, Seigneur.

6 La forme אֶתְמוֹל apparaît même occasionnellement dans le Tanakh mais devient la norme dans l’hébreu postbiblique.

7 Nous ne pouvons nous empêcher de suspecter que l’origine d’hashem est l'ashema  אֲׂשִימָא des païens, l’un des dieux originellement adorés par les samaritains et mentionné en 2 Rois 17:30.

8 Les initiales BHS représentent la Biblia Hebraica Stuttgartensia (édité par K. Elliger et W. Rudolph, et al, Deutsche Bibelgesellschaft Stuttgart 1967/77, 1983). Jusqu’à présent, la BHS est la plus précise de toutes les impressions des Écritures hébraïques et dévie seulement rarement du Codex de Léningrad. Le Codex de Léningrad est aussi à la base de la Biblia Hebraica Leningraddensia (édité par A. Dotan, Hendrickson Publishers 2001) et est utilisé dans de nombreuses autres éditions afin de remplir les portions manquantes au Codex d’Alep (p.ex. Keter Yerushalayim, édité par Y. Ofer et M. Broyer, N. Ben-Zvi Printing Enterprises 2001).

Share this post
Repost0
January 1 2012 1 01 /01 /January /2012 17:02

Hebrew Yahveh

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

1. Qu’est-ce que la vie éternelle?

 

« Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17:3).

 

2. Pourquoi ?

 

Car Yeshua, le Messie, est la parole [logos] faite chair (Jean 1:14).

 

3. Qu’est-ce que la Parole ?

 

« Le semeur sème la Parole [logos] » (Marc 4:14).

 

« La semence, c'est la parole [logos] de Dieu » (Luc 8:11).

 

4. Quel en est le résultat ?

 

« afin que s'accomplît la parole [logos] qu'Esaïe, le prophète, a prononcée » (Jean 12:38).

 

5. Qu’advint-il ?

 

Ainsi « La parole [logos] de Dieu se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup à Jérusalem, et une grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi » (Actes 6:7).

 

6. La Parole peut-elle signifier autre chose ?

 

Au travers de Yeshua, la promesse, la parole [logos] donnée à Abraham s’est accomplie. 

 

« Voici, en effet, la parole [logos] de la promesse : Je reviendrai à cette même époque, et Sara aura un fils » (Romains 9:9)

7. Est-ce la Parole [logos] de Dieu qui fut donnée à Israël ?

 

En effet, « Ce n'est point à dire que la parole [logos] de Dieu soit restée sans effet. Car tous ceux qui descendent d'Israël ne sont pas Israël, et, pour être la postérité d'Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants; mais il est dit: En Isaac sera nommée pour toi une postérité, c'est-à-dire que ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont regardés comme la postérité » (Romains 9 :6-8).


8. La Parole est la promesse de Dieu.

 

Ainsi, nous apprenons que la « parole » [logos], n’est pas Dieu, mais plutôt l’expression de la promesse de Dieu faite à l’humanité. L’apôtre Jean a donc pu écrire : « Au commencement était la parole [logos], et la parole [logos] était avec Dieu, et la parole [logos] était Dieu » (Jean 1:1). Cette promesse se réalisa lorsque naquit Yeshua, le Messie d’Israël (Jean 1 :14).

 

9. Que pouvons-nous faire ?

 

Comme les juifs de Bérée, recevons cette « parole [logos] avec beaucoup d’empressement, » et examinons « chaque jour les Ecritures, » pour voir si ce qu'on nous dit est exact (Actes 17:11).

Share this post
Repost0