Overblog Follow this blog
Administration Create my blog
November 23 2013 7 23 /11 /November /2013 21:00

Unless otherwise noted, all scripture quotations are from the New King James Version


Birthday celebrations are a big part of our Western culture: birthday cakes and gifts are part of this tradition. But what has God to say about it? Is it only innocent fun? Does it really matter what we do as followers of Christ in such occasions, in other words can we choose to celebrate it or not as part of our so-called “Christian liberty”? In this essay we will endeavor to answer those questions by looking at the Word of God, but also what early Church history and what first century Judaism (Jesus/Yeshua was a first century Jew) has to say about this topic. Finally, we will take a brief look at ancient customs associated with birthday celebrations.


Birthdays in the Bible

 

Birthday celebrations are not often mentioned in the Scriptures; in fact throughout the whole Protestant canon of the Bible there is only two direct mentions made of birthday celebrations. We will also see another couple of places, where some scholars believe mentions are made of birthday celebrations.

 

Salome-with-the-head-of-John-the-Baptist---painting--by-Gri.jpg

 

Salome with the head of John the Baptist by Hans Baldung Grien

 

The first account in the Protestant canon of Bible is found in Genesis 40:1-23. In verse 20, we read: “Now it came to pass on the third day, which was Pharaoh’s birthday, that he made a feast for all his servants; and he lifted up the head of the chief butler and of the chief baker among his servants.” The second account is found in the Gospels. In Matthew 14:6, we read: “But when Herod's [Antipas, who reigned from 6 AD to 39 AD] birthday was kept, the daughter of Herodias danced before them, and pleased Herod”. And in Mark 6:21 the following is said: “And when a convenient day was come, that Herod on his birthday made a supper to his lords, high captains, and chief estates of Galilee.” During this birthday feast, John the Baptist was tragically beheaded.

 

In those passages of the Scriptures, we see two powerful men celebrating their birthday with great pomp.  This is consistent with what we know of Ancient Middle Eastern history and customs. The International Standard Bible Encyclopedia states: “The custom of observing birthdays of great men, especially of kings, was widespread in ancient times.” The Smith's Bible Dictionary agrees: “The custom of observing birthdays is very ancient; Genesis 40:20; Jeremiah 20:15 and in Job 1:4 etc., we read that Job's sons "feasted every one his day." In Persia birthdays were celebrated with peculiar honors and banquets, and in Egypt those of the king were kept with great pomp.

 

The book of 2 Maccabees gives us another account of birthday celebration. Although not found in the Protestant canon of the Bible, the book of 2 Maccabees was originally used by Alexandrian Jews as part of their canon of Scriptures called the Septuagint. The authors of the New Testament were quoting from the Septuagint in their writings. The book of 2 Maccabees is still considered canonical by the Catholics, the Eastern Orthodox tradition, the Assyrian Eastern tradition and most of the Western Orthodox tradition. It is considered non-canonical by Protestants and modern Jews. Still, both Protestants and modern Jews consider this book from interest on an historical level. This is how we will use this book in this essay. Concerning birthday celebrations, we read an interesting account in 2 Maccabees 6:1-9.

 

Not long after this, the king sent an Athenian senator to compel the Jews to forsake the laws of their ancestors and no longer to live by the laws of God; also to pollute the temple in Jerusalem and to call it the temple of Olympian Zeus, and to call the one in Gerizim the temple of Zeus-the-Friend-of-Strangers, as did the people who lived in that place. Harsh and utterly grievous was the onslaught of evil. For the temple was filled with debauchery and reveling by the Gentiles, who dallied with prostitutes and had intercourse with women within the sacred precincts, and besides brought in things for sacrifice that were unfit. The altar was covered with abominable offerings that were forbidden by the laws. People could neither keep the sabbath, nor observe the festivals of their ancestors, nor so much as confess themselves to be Jews. On the monthly celebration of the king’s BIRTHDAY, the Jews were taken, under bitter constraint, to partake of the sacrifices; and when a festival of Dionysus was celebrated, they were compelled to wear wreaths of ivy and to walk in the procession in honor of Dionysus. At the suggestion of the people of Ptolemais a decree was issued to the neighboring Greek cities that they should adopt the same policy toward the Jews and make them partake of the sacrifices, and should kill those who did not choose to change over to Greek customs

- New Revised Standard Version

 

In this passage of 2 Maccabees, we learn of a pagan king, Antiochus IV Epiphanes, who desecrates the Temple by false worship, sexual immorality and unclean sacrifices. He also forbid Jews to keep God’s commandments and obliges them to partake in idol worship, including celebrating his birthday once a month.

 

As we have read earlier, birthday of great men were celebrated in ancient times. This was part of what we would call today cult of personality. In fact, many Greek and Roman leaders were worshipped as gods. Antiochus IV Epiphanes was one of those Greek leaders claiming to be a god. Concerning Egyptian Pharaohs, the Ancient History Encyclopedia states that they “were equated with the gods and with the duties and obligations due those gods. As supreme ruler of the people, the pharaoh was considered a god on earth, the intermediary between the gods and the people, and when he died, he was thought to become Osiris, the god of the dead.” Celebrating their birthday was a form of worship.

 

As for Herod Antipas in Matthew 14:6 and Mark 6:21, it is certainly with the same spirit and because of the same cult of personality that he was celebrating his birthday. In fact, one of his nephews Herod Agrippa on one instance at least is depicted as being worshipped as a god. “So on a set day Herod [Agrippa, who reigned from 41 to 44 AD], arrayed in royal apparel, sat on his throne and gave an oration to them. And the people kept shouting, “The voice of a god and not of a man!” Then immediately an angel of the Lord struck him, because he did not give glory to God. And he was eaten by worms and died” (Acts 12:21-23).

 

We find two more mentions of possible birthday celebrations in the Scriptures. One is found in Hosea 7:5, in which we read: “In the day of our king
Princes have made him sick, inflamed with wine;
He stretched out his hand with scoffers.” According to Gill's Exposition of the Entire Bible and Wesley's Notes, this passage can possibly refer to a birthday celebration or an annual coronation celebration. In any cases, this is associated with drunkenness and ungodly behaviors. The other instance is found in Job 1:4-5.


And his sons would go and feast in their houses, each on his appointed day, and would send and invite their three sisters to eat and drink with them. So it was, when the days of feasting had run their course, that Job would send and sanctify them, and he would rise early in the morning and offer burnt offerings according to the number of them all. For Job said, “It may be that my sons have sinned and cursed God in their hearts.” Thus Job did regularly.”

 

A number of commentators believe that “each on his appointed day” is to be understood as mentioning birthday celebrations.  This is the case for the Jamieson-Fausset-Brown Bible Commentary, the Clarke's Commentary on the Bible and also for the Smith's Bible Dictionary. The Pulpit Commentary reads:

 

Verse 4. - And his sons went and feasted. "Went and feasted" seems to mean "were in the habit of feasting" (Rosenmuller, Lee). In their houses. Each had his own residence, and the residence was not a tent, but a" house." Job and his sons were not mere nomads, but belonged to the settled population. The same is implied by the "ploughing of the oxen" (ver. 14), and indeed by Job's "yoke of oxen" in ver. 3. Every one his day. Most commentators regard these feasts as birthday festivities. Each son in his turn, when his birthday arrived, entertained his six brothers. Others think that each of the seven brothers had his own special day of the week on which, he received his brothers at his table, so that the feasting was continuous. But this scarcely suits the context. And it is admitted that "his day" (in Job 3:1) means "his birthday." The celebration of birthdays by means of a feast was a very widespread custom in the East (see Genesis 40:20; Herod., 1:133; 9:110; Mark 14:21). And sent and called for their three sisters to eat and to drink with them. This by itself is sufficient to show that the feasts were occasional, not continuous. Constant absence of daughters, day after day, from the parental board is inconceivable.”

 

If these are birthday celebrations, as those commentators believe, we notice that Job wasn’t taking part into those feast days. He would rather “send and sanctify them, and he would rise early in the morning and offer burnt offerings according to the number of them all. For Job said, “It may be that my sons have sinned and cursed God in their hearts” (verse 5).

 

As we have seen so far in those passages, birthday celebrations and/or personal feast days are essentially the fact of self-deified rulers and if they are not, as in the case of Job’s children, they may potentially result in sin.

 

First century Judaism and early Christian history on birthdays

 

Now that we have studied the several instances in which the Scriptures mention birthday celebrations, let see if first century Judaism and early Christian history has anything to teach us about such celebrations. We ought to remember that Jesus (Yeshua in Hebrew) was a Jew, which makes it relevant for us to know what was first century Jewish view, and subsequently early Christian belief, in regard to such celebrations.

 

In fact, first century Judaism is not silent on the subject. Josephus (37 to 100 AD), a Jewish scholar and historian born in Jerusalem to a father of priestly descent wrote about birthday celebrations in his two-volume work in defense of Judaism titled Against Apion. In book II and chapter 26, we read:

 

Nay, indeed, the law does not permit us to make festivals at the births of our children, and thereby afford occasion of drinking to excess; but it ordains that the very beginning of our education should be immediately directed to sobriety. It also commands us to bring those children up in learning, and to exercise them in the laws, and make them acquainted with the acts of their predecessors, in order to their imitation of them, and that they might be nourished up in the laws from their infancy, and might neither transgress them, nor have any pretense for their ignorance of them.”

 

josephus.gif

 

A bust of the Jewish historian Flavius Josephus

 

The Jewish Encyclopedia somehow agrees when stating: “There are no positive data in the Bible or in rabbinical literature concerning birthday festivals among the ancient Jews. This silence on the subject is, however, no warrant for the conclusion that the Jews altogether abstained from following a custom which was general among the Egyptians (Gen. xl. 20), Persians (Herodotus i. 133), Syrians, and Greeks. Even if not common among the people, yet kings and princes probably practiced it, following the custom of their heathen contemporaries.” Here we learn that birthday celebrations were not common among the people and were in fact borrowed from the heathens when practiced by kings and princes. In the Encyclopaedia Judaica, we read: “The celebration of birthdays is unknown in traditional Jewish ritual. A comparatively late exception, however, is the *bar mitzvah and the bat mitzvah. The only reference to a birthday in the Bible is that celebrated by Pharaoh (Gen. 40:20). In Reform and Conservative synagogues, special prayers of thanksgiving are recited on the occasion of significant birthdays (e.g., 50th, 70th, 80th, etc.) and at silver and golden wedding anniversaries.” In modern times, the topic of birthday celebrations is somewhat of a controversy in Judaism. While many Jews celebrate birthdays, some like Rabbi Chaim Elazar Shapiro (1871-1937) find no mention of such celebrations in rabbinic literature and believe that such celebrations is antithetical to “the Jewish trait of humility.”

 

Since early Christianity was still closely connected to first century Judaism, we should not be surprised to find birthday celebrations mentioned in a negative way. Indeed, in The Westminster Handbook to Origen (2004) edited by John Anthony McGuckin, we read :

 

“[w]hen commenting on Herod’s birthday as mentioned in Matthew 14:6, Origen castigates those who revel in their birthdays and recalls a Philonic text [Philo being a Hellenistic Jewish] that he had once read (De ebriatate 208): “Indeed one of our predecessors has observed that the birthday of Pharaoh is recorded in Genesis and recounts that it is the wicked man who, being in love with the affairs of birth and becoming, celebrates his birthday. But we, taking our cue from that interpreter, discover that nowhere in the scriptures is a birthday celebrated by a righteous person.”

 

Origen was a scholar and early Christian theologian (185 to 232 AD) who wrote a number of commentaries on the Bible and had a great influence on early Christianity. Another early Christian apologist, Arnobius of Sicca (284 to 305 AD) wrote, visibly holding in contempt birthday celebrations and speaking of Roman leaders: “Who, with licentious violence, undermine and wrest away the chastity of matrons and maidens, - these men you name indigites and divi; and you worship with couches, altars, temples, and other service, and by celebrating their games and birthdays, those whom it was fitting that you should assail with keenest hatred” (Against the Heathen. Book I, Chapter 64).

 

While we might disagree with first century Judaism in regard to the Messiah, while we might not agree with all that was written by early Christian commentators and apologists, those quotations still give us a fair idea of what was the New Testament writers view on birthday celebrations.


Birthdays and paganism

 

The reasons for the first century Jews and early Christian believers to not celebrate birthdays are not to be found only in their understanding of the Scriptures, but are also to be understood in correlation with the pagan customs associated with birthday celebrations. According to Kathryn Argetsinger in her research titled Birthday Rituals: Friends and Patrons in Roman Poetry and Cult (Classical Antiquity, 1992), the “people of late republican Rome celebrated at least three types of dies natales. In the private sphere, Roman men and women marked their own birthdays and the birthdays of family members and friends with gift giving and banquets. In the public sphere, the natales of temples and the natales of cities were observed; these “birthdays” were actually the anniversaries of the days on which particular cults, or cities, had been founded.”  Each of these types of birthdays was accompanied with religious rituals. According to the same authors, each private birthday was linked to a personal deity to whom an individual would make an offering in exchange for protection. Kathryn Argetsinger affirms in her research: “[W]hen relatives, friends, or clients celebrated a relative or patron’s birthday, they were bound, if they were truly pious, by the same sort of specific cult requirement as they were on their own birthdays.” Birthday greetings were religious acts accompanied by three type of offerings made to an idol or to the “genius” [the guardian spirit of a person] of an individual: incense, rituals cakes, and wine (Does that sound familiar?). Some ancient sources cited by the author seem to refer to the “genius” as being “some internal part of the self,” part of “a man as well as well as an external deity.” They were some “sort of ego extension into the divine sphere.”  The Roman poet Horace, in one of his writings, Ode 4.11, reports going as far as sacrificing a lamb on one occasion for the birthday of his patron Maecenas. The author concludes: “In undertaking celebration of another’s birthday a Roman undertook in part a religious obligation expressed by annually renewed vota [wishes] and ritual,” and “through this act of piety a Roman gained a new network of divine as well as earthly friends and patrons.”

 

Lares - genius familiaries

 

Mural from Pompeii. Domestic sacrifice with a genius familiaris and Lares (household gods).

Naples: National Museum. Lares are represented on the left and on the right, top level.

 

Such belief is not exclusive to Romans. In their book titled The Lore of Birthdays (1952), Ralph and Adelin Linton, gives a brief look at the history of birthday celebrations: “The Greeks believed that everyone had a protective spirit or daemon who attended his birth and watched over him in life. This spirit had a mystic relation with the god on whose birthday the individual was born.”  Furthermore, in the same book we read:

 

“[T]he idea [of birthday greetings and wishes for happiness] was rooted in magic. The working of spells for good and evil is the chief usage of witchcraft. One is especially susceptible to such spells on his birthday, as one’s personal spirits are about at that time. Dreams dreamed on the birthday eve should be remembered, for they are predictions of the future brought by the guardian spirits which hover over one’s bed on the birthday eve. Birthday greetings have power for good or ill because one is closer to the spirit world on this day. Good wishes bring good fortune, but the reverse is also true, so one should avoid enemies on one’s birthday and be surrounded only by well-wishers. ‘Happy birthday’ and ‘Many happy returns of the day’ are the traditional greetings

 

And:

 

Birthdays are intimately linked with the stars, since without the calendar, no one could tell when to celebrate his birthday. They are also indebted to the stars in another way, for in early days the chief importance of birthday records was to enable the astrologers to chart horoscopes

 

By reading those descriptions of pagan birthday celebrations, we better understand why the early believers would refrain from celebrating them. Such celebrations are highly connected with pagan worship and even the occult.  Looking back at those ancient beliefs, this is no surprise that a very controversial individual, Anton Lavey (founder of the Church of Satan), writes in his book titled The Satanic Bible (1969): “After one’s own birthday, the two major Satanic holidays are Walpurgisnacht and Halloween (or All Hallows’ Eve).”  Of course, Anton Lavey has a different take on birthdays. He merely sees birthdays as glorification of oneself: “Every man is a god if he chooses to recognize himself as one. So, the Satanist celebrates his own birthday as the most important holiday of the year.” For ancient civilizations, birthday celebrations were rather a way to connect with the gods and with the society at large. In any case, both self-glorification and worship of personal gods is condemned in the Bible.

 

On a side note, it should of interest for believers that the Scriptures do not mention the date of birth of the greatest man who ever lived, the Messiah Yeshua (Jesus Christ). It shows how unimportant it was for early Christians the date of someone birth in a world in which gods, kings and even common people were celebrating their birthdays in a religious manner. In fact, concerning December 25th, and according to M. J. Vermaseren; C. C. Van Essen in their essay titled The Excavations in the Mithraeum of the Church of Santa Prisca on the Aventine (Journal of Biblical Literature. 1966): "One should bear in mind that the Mithraic New Year began on Natalis Invicti, the birthday of their invincible god, i.e. December 25th, when the new light […] appears from the vault of heaven."

 

What should a believer do?

 

The Bible does not condemn acknowledging someone’s age. In fact, the Bible makes a connection between age and wisdom. In Proverbs 9:11, we read: “For by Wisdom your days will be many, and years will be added to your life” (Holman Christian Standard Bible). Life is a gift of our Heavenly Father, for which we should rejoice everyday of our life. “By You I have been upheld from birth; You are He who took me out of my mother’s womb. My praise shall be continually of You” (Psalm 71:6). In the meantime, the Bible does not encourage self-glorification. On the contrary the Bible teaches humility and self-denial. In Matthew 16:24, Jesus Christ said to the disciples: “If anyone desires to come after Me, let him deny himself, and take up his cross, and follow Me.” Paul agrees, who wrote: “Therefore, brethren, we are debtors—not to the flesh, to live according to the flesh. For if you live according to the flesh you will die; but if by the Spirit you put to death the deeds of the body, you will live. For as many as are led by the Spirit of God, these are sons of God” (Romans 8:12-14). By showing love towards God and towards our neighbors and by denying ourselves we become children of God. In our individualistic society, this is so important to feel recognized. Many people will feel offended because they were not wished a “happy birthday” or because they didn’t receive the expected gift on their birthday. Meanwhile, the Bible tells us “[i]t is more blessed to give than to receive” (Acts 20:35).


Another important aspect of birthday celebrations to consider is the pagan customs associated with those celebrations. The Bible warns us strongly against pagan customs and against mixing the proper worship of God with ungodly practices. This is true not only in the Tanakh, the Old Testament, but also in the apostolic writings.  In 2 Corinthians 6:14-16, we read: “And what communion has light with darkness? And what accord has Christ with Belial? Or what part has a believer with an unbeliever? And what agreement has the temple of God with idols? For you are the temple of the living God.” Some customs and traditions may seems innocuous, but God gives us clear boundaries stones so that we may not fall back into sin after having become one of his children. We need to remember whom we worship and from whom we are receiving a true and genuine gift: “Every good gift and every perfect gift is from above, and comes down from the Father of lights, with whom there is no variation or shadow of turning” (James 1:17). We ought to have a discerning spirit and to be cautious in our deeds, including how and why we do celebrate birthdays. We need to remember who is our God so that we can remain holy. Therefore, let’s “[c]ome out from among them and be separate” and God “will be a Father to [us],” and we “shall be [His] sons and daughters” (2 Corinthians 6:17-18) says the Scriptures. Amen!

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Babylon-Babylone
write a comment
November 24 2012 7 24 /11 /November /2012 19:20

blakewhorebg

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

La naissance de Jésus eut lieu en Palestine, il y a de cela 2000 ans. Dieu, notre Père, envoya Son Fils, le Christ Jésus, parmi les hommes, afin qu’il leur enseigne la voie du Salut et afin qu’il devienne l’agneau sacrificiel pour les péchés du monde.

 

Il est toujours agréable de lire le récit que Luc nous fait de l’arrivée de Marie et de Joseph à Bethléem, alors que Marie donne naissance à Jésus dans une crèche puisqu’il n’y a plus « de place pour eux dans l’hôtellerie » (Luc 2:6). Nous nous réjouissons avec les bergers lorsque nous lisons la manière dont un ange du Seigneur leur apparut, à eux qui gardaient leurs troupeaux cette nuit là.

 

« Alors l'ange leur dit: N'ayez point de peur; car je vous annonce une grande joie, qui sera pour tout le peuple; C'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur, vous est né » (Luc 2:10-11)

 

De la même manière que les bergers se sont réjouis de cette extraordinaire nouvelle, nous sommes emplis de joie d’apprendre que Christ naquit pour être le Sauveur de toutes les nations de la terre.

 

Quand donc cet évènement miraculeux s’est-il produit? Étrangement, nul ne sait le jour, le mois ou l’année exacte de la naissance de Jésus! Cependant, partout dans le monde, la naissance de Jésus est célébrée le 25 décembre, et ce jour a été appelé « Noël ». Noël est généralement une période caractérisée par des actes de générosité et de joyeuses activités. De nombreuses personnes considèrent Noël comme étant le meilleur moment de l’année.

 

Nombreux sont les chrétiens qui se sont demandés si cette célébration était enseignée dans la Bible. À leur surprise, Noël ne se trouve nulle part dans les Écritures, pas plus qu’il n’a été célébré par l’Église apostolique. Si tels sont les faits, d’où donc cette fête tire-t-elle son origine? Qu’en est-il de la date du 25 décembre? Qu’en est-il de l’arbre de Noël, des lumières, des décorations et du père Noël? D’où ces traditions viennent-elles? Qui a permis qu’elles soient pratiquées dans l’Église, et pourquoi? Que devrait donc enfin être l’attitude des chrétiens vis-à-vis de Noël?

 

Dans cette étude nous examinerons et répondrons à ces questions.

 

Les Origines de la Fête de Noël

 

De nombreux experts et de nombreuses sources permettent d’établir que la plupart des coutumes liées à la célébration de Noël n’ont pas leurs origines dans l’Église du premier siècle. Et, c’est un fait, de nombreux éléments familiers et très largement appréciés de cette fête proviennent directement d’anciennes traditions religieuses païennes. Voici quelques extraits tirés de sources diverses nous indiquant quels sont les origines de Noël :

« Les chrétiens commencèrent à célébrer Noël au alentour de l’an 200 de notre ère. Mais ils l’observèrent à différentes dates, parce que la date de la naissance de Christ était inconnue. En 354, le 25 décembre fut déclaré être l’anniversaire de Christ, et, en 440, le Pape décréta que Noël devait être célébré à cette date. Néanmoins, l’église à Constantinople l’observa pendant des années encore le 6 janvier, et cette date est toujours utilisée dans certaines églises orthodoxes d’Orient. Le 25 décembre se situe quelques jours après le solstice d’hiver (au alentour du 22 décembre), le jour le plus court de l’année dans l’hémisphère nord. Cette période de l’année a été pendant longtemps une période  de fête parmi les païens en de nombreux endroits du monde, car elle symbolisait le début d’une nouvelle année dans le cycle de la nature. Ainsi, Noël est le remplacement d’une fête païenne par une fête chrétienne, tout en conservant la même symbolique - la naissance de Jésus correspond à la naissance de l’année. De nombreuses traditions païennes ont été intégrées à la célébration de Noël » (New Standard Encyclopedia, vol.4. (1989). Article sur Christmas. Chicago, Illinois: Standard  Education Corporation).

 

« La Mésopotamie est le véritable berceau de la civilisation. La célébration de Noël y a débuté, il y a de cela 4000 ans, comme étant une fête du renouveau du monde pour une nouvelle année. Les « douze jours » de Noël, les lumières éclatantes, la bûche de Noël, le partage des cadeaux, les chars de la parade de Noël, leurs réjouissances et leurs pitreries, les mimes qui chantent et jouent de maison en maison, les festoiements, les processions d’église avec leurs lumières et leurs chants - tout ceci, et bien plus, débuta des siècles avant même que ne naquit Jésus. Il s’agissait de la célébration d’une nouvelle année » (Earl W. Count. (1948). 4000 Years of Christmas. New York, NY: Henry Schuman. 18).

 

« Car ce jour [le 25 décembre]était sacré, non seulement pour les romains païens, mais également pour une religion en provenance de Perse qui, à cette époque, était l’une des plus grandes rivales du christianisme. Cette religion perse consistait au culte de Mithra, dont les disciples adoraient le soleil, et célébrait le retour en force du soleil à cette période de l’année. Finalement, l’église parvint à s’emparer de la liesse, des vertes décorations, des lumières, et des cadeaux de Saturne et les offrit au bébé de Bethléem » (Earl W. Count. (1948). 4000 Years of Christmas. New York, NY: Henry Schuman. 27).

 

« Il se trouvait que cette date [le 25 décembre] tombait au milieu des saturnales. Loin d’être une invention utile afin de rivaliser avec les paganismes romains et perses, la naissance de Christ courrait le danger de se trouver submergée par les réjouissances païennes de ces religions. Les pères [« de l’Église »] ont essayé avec acharnement de faire de Noël une célébration strictement chrétienne. Cela faisait partie du combat incessant qu’ils menaient afin de briser l’influence des dieux païens sur le peuple. Finalement, ils mirent fin à cette influence - après des siècles de combat. Les païens romains devinrent chrétiens - mais les saturnales existent toujours » (Earl W. Count. (1948). 4000 Years of Christmas. New York, NY: Henry Schuman. 28).

 

Les Coutumes de Noël

 

L’évolution des coutumes de Noël, telles qu’elles sont célébrées dans le monde occidental, prit des siècles. La plupart des caractéristiques associées à cette fête sont considérées aujourd’hui, au 21ème siècle, comme traditionnelles. Nul ne s’inquiète, ni ne s’intéresse réellement aux origines de ces coutumes de Noël. Elles ont désormais un « air de respectabilité » puisqu’elles sont même reconnues par l’Église dite chrétienne. Avec le temps, on en a oublié les origines païennes.

 

Ci-dessous, vous trouverez décrites et expliquées quelques-unes de ces nombreuses traditions de Noël:

 

L’Arbre de Noël

 

« Le fait est que l’arbre de Noël trouve son origine dans des coutumes païennes primitives. Ses principales caractéristiques, son feuillage vert et ses bougies, étaient associées au solstice d’hiver quand la nature semblait morte ; les branches vertes et les arbres étaient utilisés comme un rituel magique pour assurer le retour de la végétation et la victoire de la lumière sur les ténèbres » (Brasch, R. (1966). How Did It Begin? New York, NY: David McKay Company, Inc. 332- 333).

 

« Presque toutes les coutumes américaines trouvent leurs origines dans d’autres pays – ceux des immigrants représentant l’ensemble des nationalités présentes aux États-Unis d’Amérique. Par exemple, l’arbre de Noël, habituellement un arbre à feuillage persistant, fut tout d’abord utilisé en Allemagne. Le gui était sacré pour les druides, ces prêtres de l’ancienne Grande-Bretagne et de la Gaule. Les Scandinaves utilisaient le houx et la bûche de Yule pour éloigner les mauvais esprits » (New Standard Encyclopedia, vol.4. (1989).Christmas. Chicago, Illinois: Standard  Education Corporation).

 

Les Cadeaux de Noël

 

« Des cadeaux étaient échangés durant la fête romaine des saturnales, une fête dédiée au dieu Saturne, qui se tenait du 17 au 23 décembre. Ces cadeaux finirent par symboliser ceux apportés par les mages à l’enfant Jésus » (New Standard Encyclopedia, vol.4. (1989). Christmas. Chicago, Illinois: Standard  Education Corporation).

 

Les mages apportèrent des cadeaux à Jésus, mais ne se sont pas offerts des cadeaux les uns aux autres. Leurs présents à Jésus n’étaient pas des cadeaux d’anniversaires. Ils lui apportèrent des cadeaux parce qu’il était un roi:

 

« Les peuples d’Orient ne s’approchent jamais en présence de rois ou de grands personnages sans un présent entre leurs mains » (Clarke, A. (1868). Clarke’s Commentary, vol.3, Matthew 2:11. Cincinnati, Ohio: Applegate, Pounsford & Co. 37).

 

Les mages n’instituaient pas une nouvelle tradition en présentant ces cadeaux à Jésus. Ils respectaient simplement une ancienne coutume orientale, qui consistait à approcher un roi avec des présents. Selon les mages eux-mêmes, Jésus était : « le roi des Juifs qui est né [,] car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l'adorer » (Matthieu 2:2).

 

Le Père Noël ou Santa Claus

 

Santa Claus est une variante d’un conte populaire néerlandais se basant sur le personnage historique de Saint Nicolas, un évêque de Myra en Asie Mineure (région faisant désormais partie de la Turquie). Les chrétiens orientaux firent de Saint Nicolas le saint patron des enfants, parce qu’il est dit de lui qu’il utilisa son héritage afin de distribuer des cadeaux aux enfants et d’assister les personnes dans le besoin : les malades et tous ceux qui souffraient. Saint Nicolas était une figure religieuse, mais ne fut jamais associé à Noël durant cette période.

 

Cependant, par la suite, l’histoire de Saint Nicolas devint l’inspiration pour le personnage mythique de Sinterklaas, dont on célèbre la fête au Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et dans le nord de la France. Ce personnage, à son tour, fut à l’origine du mythe et du nom de « Santa Claus », dont le nom, à l’origine, provient d’une prononciation erronée du mot néerlandais Sinterklaas par les colons anglais d’Amérique du Nord.

 

En Angleterre, et dans de nombreux autres pays, ce personnage légendaire est connu sous le nom de Père Noël. Christkindl, Belsnickel, Saint Nick, Jolly Old Elf, Santa Klaus, ou Santa, sont d’autres noms que l’on trouve utilisés dans diverses cultures pour désigner ce personnage mythique qui distribue des jouets aux enfants et aux adultes, traditionnellement dans la nuit du 24 décembre, alors que tout le monde dort. Au 21ème siècle, l’influence américaine a permis la diffusion du légendaire Santa Claus, ou son équivalent, dans différentes cultures partout dans le monde.

 

Le Père Noël est devenu une figure majeure de la fête de Noël pour les enfants. Il est décrit comme ce personnage omniscient et débonnaire sachant si les enfants se sont bien ou mal comportés. On apprend aux enfants à écrire au Père Noël, à s’asseoir sur ses genoux et à lui faire connaître leurs souhaits de cadeaux pour Noël. On enseigne également à ces enfants que c’est le Père Noël qui leur apporte des cadeaux, alors qu’il survole la terre pendant la nuit de Noël, volant d’une cheminée à l’autre sur son traîneau tiré par des rennes.

 

La popularité du Père Noël rivalise chez les enfants avec celle du Christ durant la période de Noël, et éclipse même souvent le Messie dans leur imaginaire. Dieu est-il honoré par tous ces mythes et par tous ces mensonges que l’on propage sous prétexte de célébrer son fils ? Le Père Noël est devenu le dieu bienveillant qui voit et connaît les bonnes et mauvaises actions de tout le monde. Il est celui qui délivre les bons présents! Il est celui auquel on apprend aux enfants à demander ces choses qu’ils désirent recevoir!

 

Jésus lui n’est pas un mythe! Il est la personnification de la « lumière » et de la « vérité » qui nous du Père. Comment peut-on commémorer sa naissance, lorsqu’on célèbre en effet les exploits de ce personnage mythique qu’est le Père Noël? Jésus et encore moins Dieu ne sont honorés par ces manifestations d’amour et d’affection si mal dirigées.

 

Lorsque l’on s’arrête un instant et que l’on pense à ce qui caractérise la fête de Noël (l’arbre, les lumières, les décorations, le Père Noël, etc.), quelle est la place du christianisme dans tout cela ? Quel rapport existe-t-il avec la naissance de Jésus telle qu’elle nous est rapportée dans les évangiles de Matthieu et de Luc. D’un point de vue historique, le récit de la naissance de Jésus s’est finalement trouvé perdu dans un ensemble d’anciennes coutumes païennes, conséquence de cet effort par certains « chrétiens » de justifier la continuité de ces pratiques.

 

Une Religion Composite

 

Mélanger les pratiques de différentes sectes religieuses, cela est peut être acceptable pour des païens, mais ce ne fut jamais acceptable pour Dieu ! Le syncrétisme religieux est l’harmonisation et la fusion d’éléments provenant de différentes religions. Cela permet d’obtenir une religion mixte qui soit acceptable pour un plus grand nombre de personnes. Il s’agit d’une manière de faire purement humaine que Dieu condamne catégoriquement. Notre Père céleste n’admet aucun mélange d’éléments étrangers au culte qui Lui est adressé. La manière dont Dieu souhaite être adoré nous est décrite avec précision par Jésus :

 

« Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, car le Père demande de tels adorateurs » (Jean 4:23).

 

Le prophète Jérémie parle en ces termes à Israël concernant la pratique du syncrétisme :

 

« Ainsi a dit l'Éternel: N'apprenez pas les façons de faire des nations; et ne craignez pas les signes des cieux, parce que les nations les craignent. Car les statuts des peuples ne sont que vanité. On coupe le bois dans la forêt; la main de l'ouvrier le travaille à la hache; On l'embellit avec de l'argent et de l'or; on le fixe avec des clous et des marteaux, pour qu'il ne vacille point » (Jérémie 10:2-4).

 

Qu’apprenons-nous à la lecture de Jérémie 10:2-4 ? Bien que Jérémie fasse ici référence à la fabrication d’idoles et non pas directement à l’arbre de Noël, l’application de ce passage à nos vies est facile à faire. Les coutumes des peuples n’étaient que vanité et sans aucune valeur pour ce qui était de l’adoration à Dieu. Elle constituait des formes flagrantes d’idolâtrie.

 

L’apôtre Paul nous met en garde également contre toutes formes de syncrétisme :

 

« Ne vous mettez pas sous un même joug avec les infidèles; car qu'y a-t-il de commun entre la justice et l'iniquité? et quelle union y a-t-il entre la lumière et les ténèbres? Quel accord entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle? Et quel rapport entre le temple de Dieu et les idoles? Car vous êtes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai au milieu d'eux et j'y marcherai; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et vous séparez, dit le Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur, et je vous recevrai; Et je serai votre Père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur tout-puissant » (2 Corinthiens 6:14-18).

 

Ainsi, ni l’époque, ni les circonstances ne justifient le mélange du paganisme aux commandements bibliques : « C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et vous séparez, dit le Seigneur ». Les pratiques religieuses qui ne trouvent pas leur origine en Dieu, mais en un monde incroyant et idolâtre ne peuvent en aucun cas devenir agréables à Dieu, surtout lorsqu’il s’agit de Son adoration. Ézéchiel nous décrit de quelle manière et pourquoi Dieu s’apprêtait à punir Israël pour son idolâtrie :

 

« Ils te traiteront avec haine, ils t'enlèveront tout le fruit de tes labeurs; ils te laisseront nue, entièrement nue, et aussi sera mise à découvert la honte de tes impudicités, de ton crime et de tes prostitutions. On te fera ces choses, parce que tu t'es prostituée auprès des nations, que tu t'es souillée avec leurs idoles » (Ézéchiel 23:29-30).

 

Il semble donc logique de croire qu’un Dieu qui ne change pas, tel le Dieu de la Bible, est tout aussi catégorique concernant l’intégration dans le culte de l’Église de Dieu de pratiques provenant du paganisme. Lorsque l’on s’attarde à lire les nombreux passages bibliques qui traitent sans détour du rejet par Dieu de toutes formes de syncrétisme, il nous faut conclure que la célébration de la fête de Noël est inacceptable.

 

Paul nous décrit le genre de vie qui plaît à Dieu :

 

« Ayant donc, bien-aimés, de telles promesses, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu » (2 Corinthiens 7:1). 

 

Réintroduire Christ dans Noël ?

 

Chaque fin d’année, alors que les décorations de Noël s’étalent dans les rues, nous entendons des voix déclarer qu’il faudrait « réintroduire Christ dans Noël ». Réintroduire Christ dans Noël, cela laisserait supposer qu’à un moment donné, le Messie fut partie intégrante de ces festivités. Cela laisserait à penser que Jésus encouragea cette pratique ou bien qu’elle fut observée par l’Église de Dieu au premier siècle. Aucun de ces postulats n’est vrai :

 

Tout d’abord, de très respectés spécialistes de la Bible admettent que Jésus n’est pas né autour du 25 décembre. Cette date fut adoptée comme date de naissance de Jésus pour sa popularité comme saison de festivités chez les païens. La date véritable de la naissance de Jésus est inconnue et il n’y nulle instruction dans le Nouveau Testament recommandant aux disciples de la célébrer.

 

Ensuite, la célébration de Noël, comme étant une fête chrétienne, était inconnue jusqu’au 4ème siècle - bien longtemps après que le Nouveau Testament ne fut écrit :

 

« La célébration du 25 décembre date seulement du 4ème siècle et est la conséquence d’un syncrétisme avec la fête mithriaque de la naissance du soleil » (World’s Popular Encyclopedia, vol.3. (1973). Article sur Christmas. Cleveland, Ohio: The World Syndicate Publishing Co.).

 

Enfin, les éléments païens incorporés à Noël sont finalement devenus tellement prévalents que toute connotation « chrétienne » est désormais absente de cette soi-disant célébration de la naissance de Christ.

 

« Noël fut d’une manière général célébré en Occident seulement après la victoire de Constantin, quand le moment de la naissance de Christ fut estimé correspondre avec le 25 décembre, le jour de Sol Invictus - le Soleil Invaincu » (Smith, M.A. (1971). From Christ to Constantine.Downers Grove, Illinois: Inter-Varsity Press. 150-151

 

« Les saturnales païennes et les fêtes du solstice d’hiver était trop profondément intégré dans la tradition populaire pour être évincé sous l’influence du christianisme […] La fête païenne avec son agitation et ses réjouissances était tellement populaire que les chrétiens étaient heureux de pouvoir continuer à la célébrer avec peu de changement quant à l’esprit et à la manière » (The New Schaff-Herzog Encyclopedia of Religious Knowledge, vol.3. (1908). Grand Rapids, Michigan: Baker Book House. 48)

 

Réintroduire Christ dans Noël? Cela est impossible ! Noël est une relique empruntée à l’imaginaire païen qui précède la naissance de notre Seigneur Jésus Christ. Le Messie ne peut être réintroduit dans une fête qui n’a rien à voir avec lui et qui ne lui est finalement en rien consacrée.

 

Respecter la Bible

 

Rejeter Noël ne signifie en aucun cas sous-estimer ou dénigrer la réalité de la naissance de Jésus. Cette naissance est un événement historique majeur pour tous les chrétiens. L’Église de Dieu (7ème Jour) a le plus grand respect pour le récit biblique de la naissance de Jésus Christ. La naissance de Jésus, enfanté d’une vierge à Bethléem, est l’accomplissement de prophéties bibliques. Désapprouver la fête de Noël, ne signifie pas négliger cette événement extraordinaire que fut la naissance du Messie. Juger Noël incompatible avec la Bible, cela ne signifie en rien que l’on rejette Jésus Christ comme Seigneur et Sauveur. Bien au contraire !

 

Nombreux sont ceux qui ont un attachement émotionnel pour la fête de Noël. Cette célébration est ordinairement l’occasion pour des amis et pour la famille de se retrouver dans une ambiance festive. Il s’agit d’une période de l’année excitante pour un grand nombre de personnes et les manifestions de charité abondent en cette saison. En tant que disciples de Christ, nous devrions certainement rester sensibles à autrui lorsque nous partageons nos convictions et les vérités bibliques concernant Noël. Nous devons démontrer un amour sincère lorsque nous témoignons de notre foi avec des amis ou avec la famille. Paul donna à Timothée les instructions suivantes à ce sujet :

 

« Or, il ne faut pas que le serviteur du Seigneur aime à contester; mais il doit être doux envers tous, propre à enseigner, patient » (2 Timothée 2:24).

 

Cela ne signifie en rien que l’on doive faire des concessions lorsque l’on prêche l’Évangile. En effet, si nous admettons que les éclairages de Noël, les chants, les cadeaux reçus et donnés, et les festivités associées à Noël peuvent sembler attrayantes, qu’ont-elles de commun avec le vrai culte à Dieu. Est-ce important que nous célébrions Noël ou non ? Sachant que le jour de la naissance de Jésus nous est inconnu ; sachant que les Saintes Écritures ne nous disent absolument rien sur une quelconque célébration de la naissance de Jésus ; sachant que Noël est profondément  imprégnée de paganisme, il est de toute évidence important que nous nous éloignons de ce culte à Bélial. Comment croire qu’une fête aux racines tellement païenne, et devenue maintenant si commerciale, puisse avoir une valeur en termes d’adoration à Dieu ? Cela est impossible.

 

Le Créateur nous a fait connaître Sa volonté concernant l’incorporation de coutumes et de pratiques d’origine païenne au culte du seul vrai Dieu. Ces pratiques sont inacceptables !

 

Dieu ne peut être convenablement adoré qu’en vérité et en esprit (Jean 4:24). Une fête adaptée de pratiques païennes ne peut en rien constituer une véritable adoration à Dieu. La fête de Noël n’honore ni Jésus, ni son Père, notre Dieu. Nous honorons à la fois le Père et le Fils quand nous nous engageons dans nos vies à servir et adorer Dieu dans le contexte qui est celui de la Parole de Dieu, et ceci de tout notre cœur. 

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Babylon-Babylone
write a comment
March 28 2011 2 28 /03 /March /2011 18:21

Jesus ressurection stone rolled away bright

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

La Résurrection de  Jésus Christ est l’un des aspects centraux du message diffusé par les apôtres et l’église apostolique du premier siècle. Aujourd’hui encore, il s’agit du thème central autour duquel s’articule la foi chrétienne.

 

Le but de cet essai est de reconsidérer les différentes façons dont la résurrection de Christ est évoquée par les auteurs des écrits du Nouveau Testament.

 

La résurrection de Jésus est l’accomplissement du signe miraculeux que Christ avait promis à ses détracteurs.

 

« Alors quelques-uns des scribes et des pharisiens lui dirent: Maître, nous voudrions te voir faire quelque miracle. Mais lui, répondant, leur dit: Une race méchante et adultère demande un miracle; mais il ne lui en sera accordé aucun autre que celui du prophète Jonas. Car comme Jonas fut dans le ventre d'un grand poisson trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l'homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits » (Matthieu 12:38-40).


Paul parle de la mort de Jésus, de son enterrement et de sa résurrection comme étant un résumé de l’espérance et du salut que nous avons en Christ (1 Corinthiens 15:2-3). La condition sine qua non à un pardon effectif des péchés de ceux que qui ont crus en Christ dépend de la résurrection effective de Jésus (1 Corinthiens 15:15-16).   


Par sa résurrection, Jésus atteste qu’il est bien le Messie de Dieu tant attendu :

 

« Dieu a ressuscité ce Jésus; nous en sommes tous témoins […] Que toute la maison d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié » (Actes 2 : 32, 36).

 

Paul nous écrit que Jésus-Christ a été « selon l'esprit de sainteté, déclaré Fils de Dieu avec puissance, par sa résurrection des morts » (Romains 1:4)

 

Les chrétiens affirment leur croyance en la résurrection au travers de l’ordonnance du baptême. Paul nous écrit que le baptême, signifiant un renouveau spirituel, est une participation symbolique à la mort, à l’enterrement et à la résurrection de Christ (Romains 6:3-4)

 

Enfin, la résurrection de Jésus nourrit l’espoir des chrétiens en une résurrection des morts à sa seconde venue :

 

« Mais maintenant, Christ est ressuscité, et il est devenu les prémices de ceux qui sont morts […] Car, comme tous meurent en Adam, de même tous revivront en Christ; Mais chacun en son propre rang; Christ est les prémices, ensuite ceux qui sont de Christ, à son avènement »  (1 Corinthiens 15:20, 22-23).

 

Tout chrétien croit en la résurrection de Christ. Cette joyeuse espérance qui nous a été donnée doit être prêchée parmi toutes les nations. Cette résurrection est la preuve de la validité de notre espérance en la vie éternelle !

 

Cependant, et aussi magnifique et glorieuse que soit cette résurrection, il y a certaines raisons qui justifient que l’on ne prenne pas part à la Pâques dite « chrétienne ». Bien que la grande majorité des chrétiens observe cette célébration, il y a de bonnes raisons d’en discuter les fondements et la pratique. Aussi ancienne que soit la tradition de la Pâques « chrétienne », et malgré qu’elle soit très largement fêtée dans la majorité des églises se proclamant chrétiennes, certains aspects de cette fête mérite qu’on s’y arrête et qu’on s’y penche de plus près.

 

Pourquoi ne pas observer la Pâques « chrétienne » ?

 

Si nous croyons fermement en la résurrection de Christ, qu’elles sont donc les raisons qui nous pousseraient à ne pas observer cette commémoration ?

 

Parmi les plus sérieuses raisons pour ne pas prendre part à cette célébration, les suivantes peuvent être avancées :

 

La première raison : le syncrétisme

 

La première objection que l’on peut faire à la célébration de la Pâques « chrétienne » est l’incorporation à celle-ci de pratiques issues du paganisme. Le syncrétisme, c'est-à-dire le mélange de pratiques et traditions chrétiennes et païennes est fermement condamnées par les Saintes Ecritures.

 

De nombreuses sources sérieuses, encyclopédiques ou chrétiennes, mettent clairement en évidence les emprunts faits à des pratiques païennes antérieures à la naissance de Christ.

 

On peut citer par exemple les références suivantes :

 

« Le nom d’Easter (à noter qu’en anglais on désigne la Pâques « chrétienne » sous le terme d’Easter. Note du Traducteur) dérive du nom de la déesse païenne anglo-saxonne de l’aube et du printemps : Eostra ou encore Eostre, et les rituels de la Pâques chrétienne perpétue l’adoration au soleil levant et le triomphe du printemps sur l’hiver. Les sermons chrétiens et la liturgie se sont facilement adapté à cette ancienne fête païenne pour célébrer l’ascension du Fils au ciel »  (traduit d’après le Dictionary of the Middle Ages, 1985 ed., Vol. 5, page 36, Feast and Festivals, European).

 

« Easter (la Pâques « chrétienne »), est une fête observée chaque année au travers du monde chrétien en commémoration de la résurrection du Seigneur Jésus Christ. Le mot Easter – anglo-saxon, Eostre, Eoster ; allemand, Ostern - comme les jours de la semaine (ici sous leur forme anglaise. Note du Traducteur), est une survivance de la mythologie germanique. Selon, Bede, le terme dérive de la déesse anglo-saxonne du printemps, à qui le quatrième mois, avril, est dédié.


Il n’y a nulle trace de célébration de la Pâques « chrétienne » comme fête chrétienne dans le Nouveau Testament ou dans les écrits des pères apostoliques […] l’historien ecclésiastique Socrate le Scolastique […] affirme, en ayant parfaitement raison, que ni Christ, ni ses apôtres n’ont demandé que cette fête ou n’importe quelle autre festivité de même sorte ne soit pratiquée. « Les apôtres », écrit-il, « n’avait pas à l’esprit la promulgation de jours de festivités quelconques, mais cherchait plutôt à promouvoir une vie pieuse et irréprochable ». (traduit d’après l’Encyclopedia Britannica, 1898 ed., Vol VII, pages 613, 614).

 

Les sources et compte-rendu historiques attestent que des festivités printanières en l’honneur de déesses païennes et des événements associés à ces déesses étaient célébrées dans tout le monde antique à cette même période de l’année où l’on célèbre de nos jours la Pâques « chrétienne ». En l’an 399 de l’ère chrétienne, le Codex Theodosianus, promulgué par l’empereur romain Théodose II, tenta d’édulcorer ces festivités (de même que pour celles de Noël) toutes connotations païennes. Le peuple continua donc a célébré des festivités printanières en l’honneur de déesses païennes (Isis dans l’Empire Romain), simplement, il le fit sous un autre nom : Pâques. Dans son livre « Roman Time : the Codex-Calendar of 345 A.D. », l’auteur, Michèle Renée Salzman, affirme que de nombreux rites associés avec la déesse Isis perdurent dans la célébration chrétienne de Pâques.

 

Les traditions populaires de la Pâques « chrétienne » ont des origines païennes. Considérons à ce titre les traditions des œufs et des lapins de Pâques.

 

Les Œufs de Pâques :

 

L’œuf de Pâques est le sujet de nombreuses histoires et traditions et est devenu un des symboles les plus populaires de Pâques.

Quasiment toutes les cultures de l’Antiquité révéraient l’œuf d’une façon ou d’une autre. L’œuf symbolise à la fois la création et la fertilité. Dans de nombreux mythes anciens, l’œuf est crédité pour avoir donné naissance à des dieux ou à des déesses. Il était utilisé comme une amulette pour éloigner les mauvais esprits et apporter la bonne fortune. Dans le même temps que l’influence de l’Eglise Romaine s’étendait, les peuples ont accepté cette forme de christianisme, tout en conservant nombreuses de leurs superstitions. Comme l’œuf ne pouvait plus être utilisé en rapport avec leurs anciennes coutumes païennes, les peuples christianisés ont inventé de nouveaux mythes « christianisés » ayant comme aspect commun l’œuf. (Venetia Newall, An Egg at Easter, Indiana University Press, Bloomington, Indiana, 1971.)

 

Dès le 4e siècle, on peut trouver des témoignages attestant de la bénédiction d’œufs de Pâques dans l’Eglise Romaine. De nos jours encore, de nombreuses personnes voient l’œuf de Pâques comme un symbole de la tombe de laquelle Jésus est ressuscité, mais également comme le symbole d’une nouvelle vie en Christ.

 

La tradition germanique, qui consiste au printemps à faire rouler des œufs durs peints et décorés du haut d’une colline, est alors devenue le symbole de la pierre roulée du tombeau vaincu par la résurrection de Christ. (Venetia Newall, An Egg at Easter, Indiana University Press, Bloomington, Indiana, 1971.)

 

« Les œufs et les lapins sont des symboles familiers sans rapport avec la Pâques en tant que telle. Les œufs, qui représentent la naissance d’une nouvelle vie, ont été un symbole du printemps depuis des temps très anciens. Les chrétiens ont adopté ce symbole de l’œuf pour le rapport qui existait entre la Pâques et le renouveau de la vie au mois d’avril » (traduit d’après The World Book Encyclopedia, Vol. 6, 2001 ed., pages 42,43,Easter).

 

Le Lapin de Pâques :

 

« Le lièvre et l’œuf sont tous les deux supposés avoir été des symboles de la déesse anglo-saxonne Eostre. En tant que tels, ils étaient des symboles emblématiques de la fertilité » (traduit d’après Robert J. Meyers, Celebrations : The Complete Book of American Holidays, Double & Company Inc., Garden City, NY, 1972, page 109).

 

« Les lapins sont associés avec la fertilité du printemps pour leur capacité à produire une nombreuse progéniture. Certains parents vont jusqu'à raconter à leurs enfants que c’est le lapin de Pâques qui apporte les œufs de Pâques » (traduit d’après The World Book Encyclopedia).

 

La Pâques dite  « chrétienne » est une fête encombrée de syncrétisme. De nombreuses coutumes d’origine païenne y sont combinées à des éléments de la Foi chrétienne. Lisons ce que Paul nous enseigne à ce sujet :


« Non; mais que ce que les Gentils sacrifient, ils le sacrifient à des démons, et non à Dieu. Or, je ne veux pas que vous ayez communion avec les démons. Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons » (1 Corinthiens 10:20-21).


L’observation suivante est faite dans la Bible au sujet de cette partie du peuple d’Israël que le roi d’Assyrie réinstalla en Samarie :


« Ainsi ils craignaient l'Éternel, et ils servaient en même temps leurs dieux, à la manière des nations d'où on les avait transportés […] Car l'Éternel traita alliance avec eux, et leur donna ce commandement: Vous ne craindrez point d'autres dieux; vous ne vous prosternerez point devant eux; vous ne les servirez point, et vous ne leur sacrifierez point. Mais vous craindrez l'Éternel qui vous a fait monter hors du pays d'Égypte par une grande force et à bras étendu. C'est devant lui que vous vous prosternerez; c'est à lui que vous sacrifierez » (2Rois 17:33, 35-36).

 

Le syncrétisme est formellement interdit dans la Bible. Dieu a toujours souhaité que son peuple lui reste fidèle. Il n’y a qu’un seul Dieu et les croyants fidèles ne peuvent adorer d’autres dieux que Yahvé (Exode 20:3).


Les instructions de Dieu données à Moise, alors que le peuple d’Israël était toujours en chemin vers la Terre Promise, démontrent avec quel sérieux Dieu considérait le syncrétisme. Les Israélites étaient instruits de ne pas même faire de traités avec les habitants du pays dont ils allaient prendre possession. Ils devaient détruire les autels païens, briser les poteaux sacrés et anéantir tout symbole de la déesse Asherah (Exode 34:12-13).


Ils avaient à prendre l’initiative d’éliminer tout trace d’idolâtrie et de paganisme de la terre qui leur était promise ; L’injonction finale étant : « Car tu ne te prosterneras point devant un autre dieu, parce que l'Éternel se nomme le Dieu jaloux; c'est un Dieu jaloux » (Exode 34:14).


Au travers du prophète Jérémie, Israël a été instruit de la façon suivante : « Ainsi a dit l'Éternel: N'apprenez pas les façons de faire des nations » (Jérémie 10:2). Il s’agissait d’un avertissement recommandant à Israël de ne pas adopter les coutumes des cultes païens, de ne pas s’inspirer de la façon dont les païens adoraient leurs dieux et de ne pas diluer le culte véritable du seul vrai Dieu avec des pratiques païennes.


Enfin, en 2 Corinthiens 6:14 à 7:1, Paul nous enseigne le principe général suivant, à savoir que les chrétiens ne doivent pas entretenir de relations ambiguës avec des incroyants. De telles relations le plus souvent compromettent les standards chrétiens ou mettent en péril la validité d’un témoignage chrétien efficace (verset 14). La raison pour laquelle Paul nous rappelle ce principe élémentaire tient au fait que les incroyants ne partagent pas les valeurs chrétiennes, pas plus qu’ils ne souscrivent aux objectifs qui sont ceux des croyants.


La vie chrétienne exige que le chrétien se sépare des standards du monde (verset 17) pour entretenir une relation familiale avec Dieu (verset 18) par la sanctification du corps et de l’esprit dans un profond respect de Dieu.


Paul met l’emphase sur l’incompatibilité qu’il y a entre la vie chrétienne et les pratiques païennes. Il anticipe la réponse négative qui doit être faite à la question suivante : « Qu’ont en commun ces contraires ? » :


            La droiture et la lumière – la méchanceté et les ténèbres.


            Christ et les croyants fidèles – Bélial (le Diable) et les incroyants


            Le temple de Dieu – les idoles


Ces oppositions sont les principales raisons pour lesquels les chrétiens ne doivent faire aucun compromis (syncrétisme) dans la relation qu’ils entretiennent aux non-croyants (verset 14). Collectivement, les chrétiens représentent le temple du Dieu vivant (1 Corinthiens 3 :16-17). Individuellement, un chrétien est habité de l’Esprit Saint de Dieu (Éphésiens 2:22). Dieu a promis d’être un Père pour nous (verset 18), mais Il nous demande de nous écarter de ce qui est impur (1 Corinthiens 3 :17) et de mener une vie saine (chapitre 7 versets 1 et 2).


Bien que la résurrection soit un fait biblique manifestant de toute la Gloire de Dieu, les apôtres et l’église du premier siècle ne la célébraient pas (Zondervan Pictorial Bible Dictionary, p.230). Quand la Résurrection commença à être célébrée, la fête qui y fut associée fut nommée, dans le cas du monde anglo-saxon, du nom d’une déesse du printemps et, dans toutes les traditions du christianisme tel qu’on le connaît, des symboles païens de la fertilité y furent conservés. Tout cela ne correspond bien sûr aucune à une pratique véritable et fidèle de la foi chrétienne.


Ces éléments d’idolâtrie sont toujours bien présents et font entièrement partie des festivités de Pâques telle qu’on peut l’observer de nos jours. Ces éléments d’idolâtrie ont eu une influence corruptrice sur la célébration de la Pâques proprement dite. Ce qui débuta comme étant du syncrétisme est et demeure encore du syncrétisme aujourd’hui. Ainsi, en conclusion, nous voyons que la seule contribution du christianisme aux pratiques païennes de Pâques fut la célébration de la résurrection du Christ.


Christ a ressuscité d’entre les morts, cependant, comme pouvons nous honorer notre Dieu et Son Fils le Seigneur Jésus Christ, ainsi que le symbole glorieux et victorieux de la résurrection, tout en y associant des rites, symboles et coutumes idolâtres.   


Deuxième Raison : la Vérité et l’Exactitude


La seconde raison pour ne pas observer Pâques concerne l’authenticité et l’exactitude de cette fête au regard des Écritures. Les premiers comptes rendus que nous avons de la résurrection du Christ indiquent qu’elle eut lieu tard le jour du Sabbat :


« Or, sur le tard, le jour du sabbat, au crépuscule du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l'autre Marie vinrent voir le sépulcre. Et voici, il se fit un grand tremblement de terre; car un ange du Seigneur, descendant du ciel, vint et roula la pierre, et s'assit sur elle […] Et l'ange, répondant, dit aux femmes: Pour vous, n'ayez point de peur; car je sais que vous cherchez Jésus le crucifié; il n'est pas ici; car il est ressuscité, comme il l'avait dit. Venez, voyez le lieu où le Seigneur gisait » (Matthieu 28: 1-2, 5-6 version Darby).


Pas un seul des Évangiles ne donne une indication précise du moment où fut ressuscité Christ. Cependant, le récit qui nous est donné  par Matthieu offre des précisions suffisantes pour que nous puissions déterminer que la résurrection de Jésus eut bel et bien lieu avant que le jour du Sabbat ne prenne fin. À trop vouloir harmoniser le récit fait par Matthieu de la visite des femmes tard le jour du Sabbat avec leur visite le matin du premier jour de la semaine, cette évidence pourrait nous échapper. Apparemment, dans leur recherche anxieuse pour retrouver le corps manquant de Christ, les femmes firent de multiples visites sur le lieu du tombeau.


Les preuves qu’il y eut plusieurs visites au tombeau sont claires si l’on considère l’identité des femmes qui sont rapportées s’y être rendues.


Marie de Magdala et l’autre Marie (Matthieu 28:1).


Marie de Magdala, Marie la mère de Jacques et Salomé (Marc 16:1).


Marie de Magdala, Jeanne, Marie la mère de Jacques et d’autres femmes avec elles (Luc 24:10).


Marie de Magdala (Jean 20:1, 10-18).


Une autre preuve, qu’il y eut plusieurs visites au tombeau, est mise en évidence par le fait que ces visites eurent lieu à des différents moments.


« Or, sur le tard, le jour du sabbat, au crépuscule du premier jour de la semaine » (Matthieu 28:1 version Darby).


« Après que le sabbat fut passé » (Marc 16:1).


« le premier jour de la semaine, elles vinrent de grand matin au sépulcre » (Luc 24:1).


« Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala vint le matin au sépulcre, comme il faisait encore obscur » (Jean 20:1).


Il est également fait récit de différentes combinaisons anges/hommes que les femmes ont vus lors de leurs visites :


Un ange du Seigneur (Matthieu 28:2).


Un jeune homme (Marc 16:5).


Deux hommes (Luc 24:4).


Deux anges (Jean 20:12).


Ces anges/hommes sont de plus localisés en divers endroits :


Un ange assis sur la pierre roulée du tombeau (Matthieu 28 : 2).


Un homme vêtu d’une robe blanche et assis du côté droit du caveau (Marc 16:5).


Deux hommes en habits resplendissants auprès des femmes (Luc 24:4).


Deux anges vêtus de blanc, assis à la place le corps de Jésus où avait été couché, l'un à la tête, l'autre aux pieds (Jean 20:12).


Peu importe à quel moment les femmes visitèrent le tombeau, Jésus avait déjà été relevé d’entre les morts. La place où son corps reposait était vide. Nous pouvons supposer sans grand risque d’avoir tort que leur anxiété leur fit faire plusieurs allers et retours à la tombe d’où Christ avait disparu.


« Cependant Marie se tenait dehors, près du sépulcre, en pleurant; et comme elle pleurait, elle se baissa dans le sépulcre, Et elle vit deux anges vêtus de blanc, assis l'un à la tête, et l'autre aux pieds, au lieu où le corps de Jésus avait été couché. Et ils lui dirent: Femme, pourquoi pleures-tu? Elle leur dit: Parce qu'on a enlevé mon Seigneur, et je ne sais où on l'a mis. Et ayant dit cela, elle se retourna, et vit Jésus debout; mais elle ne savait point que c'était Jésus. Jésus lui dit: Femme, pourquoi pleures-tu? Qui cherches-tu? Elle, croyant que c'était le jardinier, lui dit: Seigneur, si tu l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et je le prendrai. Jésus lui dit: Marie! Et elle, s'étant retournée, lui dit: Rabbouni! c'est-à-dire, mon Maître! » (Jean 20:11-16).


Au vu de tous ces faits concernant le nombre et le nom des différentes femmes, des différentes locations des anges présents au tombeau, il semble évident qu’il est inutile de vouloir harmoniser ces divers éléments afin de les faire concorder avec le récit d’une seule et unique visite au tombeau.


Il parait également inutile de vouloir faire concorder Matthieu 28:1 avec les autres Evangiles rapportant les visites des femmes à la tombe au premier jour de la semaine. Certaines versions, rapportent les faits de la façon suivante :


« Or comme le sabbat finissait et que le premier jour de la semaine commençait à luire, Marie-Magdelaine et l'autre Marie vinrent pour voir le sépulcre » (version Annotée Neuchâtel).


Nous notons ici, que deux références de temps nous sont données :


Premièrement, « comme le sabbat finissait » ;


Deuxièmement, « et que le premier jour de la semaine commençait à luire ».


Le récit de Matthieu est celui de la première visite à la tombe des femmes. Il prend place à la fin du Sabbat. Le Sabbat, tel qu’il est décrit dans la Bible, commence au coucher du soleil, et se termine vingt-quatre heures plus tard au coucher du soleil suivant (Lévitique 23:32).


La première référence donnée en Matthieu, « comme le sabbat finissait », renvoie au terme d’une période de 24 heures finissant au coucher du soleil.


La seconde référence, « et que le premier jour de la semaine commençait à luire », doit être comprise (ici, comme en Luc 23:53)  au sens auquel les Juifs entendent le début d’un nouveau jour, c’est-à-dire au crépuscule ou au coucher du soleil.


Dans les deux cas, en Matthieu et en Luc, le commencement du jour (Grec, epiphosko) fait référence au début d’un nouveau jour tel que l’entendent les Juifs. En effet, les lecteurs Juifs de Matthieu comprenaient parfaitement que lorsque Matthieu parlaient du commencement d’une nouvelle journée, ce qu’il entendait par ceci était bien sûr le crépuscule, et non pas l’aube ! Ainsi, lorsque Matthieu rapporte le tremblement de terre, la descente de l’ange du ciel, le roulement de la pierre bloquant l’entrée du tombeau, et  la visite des femmes, tout cela se produit avant la fin du Sabbat.


D’un autre côté, Marc, Luc et Jean, tout les trois décrivent les visites des femmes tel qu’elles ont eu lieu au commencement d’une journée de douze heures (de l’aube au crépuscule). Il s’agit dans ces passages de la partie de la journée éclairée du premier jour de la semaine.

Ce sont les raisons pour lesquelles il n’est pas nécessaire de vouloir concilier le récit de Matthieu 28:1 avec les références de temps données dans les trois autres Évangiles. La raison en est que l’on ne parle pas ici de la même période de temps, ni du même fait. 

Il n’y a rien d’illogique pour les femmes de retourner au tombeau le matin suivant après leur première visite tard le soir du Sabbat. Elles étaient préoccupées quand au sort du corps de Jésus et ne pouvaient être satisfaite tant qu’elles ne sauraient pas où le corps du Messie se trouvait. Leur incapacité à croire en la résurrection de Jésus n’a rien de surprenant lorsque l’on considère l’incrédulité de tout les disciples de Jésus. Le Messie, Jésus, va leur apparaître plusieurs fois avant qu’ils ne reconnaissent pleinement la réalité  de sa résurrection (Actes 1:3). Très certainement, ce sont de mêmes doutes qui ont poussés les femmes à faire des visites répétées au tombeau.


Il convient de reconnaître que peu importe à laquelle de ces visites il est fait référence, Jésus avait déjà été relevé d’entre les morts ! Pas un seul des disciples de Jésus n’aura eu le privilège d’assister à sa résurrection.


En conséquence de ce que nous avons vu précédemment, le premier jour de la semaine n’est donc pas le jour approprié auquel on devrait fêter la résurrection du Messie. Si nous devions célébrer cette événement, il faudrait alors tenir compte du fait que Christ a été ressuscité dans l’après midi du jour du Sabbat et non pas le Dimanche matin.


Troisième raison : Il ne s’agit pas d’une observance biblique.


La troisième raison pour ne pas célébrer annuellement la résurrection du Messie réside dans le fait que Jésus lui-même n’a jamais requis cette observance. Il n’y a nulle part dans les Ecritures, de trace des apôtres ou de l’église du premier siècle commémorant la Résurrection. L’importance de la Résurrection est indiscutable pour les chrétiens. Il s’agit d’un point essentiel de la Foi chrétienne. Paul en parle ainsi : « Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection » (Philippiens 3:10 version Segond 1910). Il écrit à Timothée : « Souviens-toi de Jésus-Christ, ressuscité des morts, issu de la race de David » (2 Timothée 2:8).


Les apôtres ont été des témoins privilégiés du Christ ressuscité (Actes 2:32) puisqu’ils ont communiés avec lui après sa mort (Actes 1:3-8) et qu’ils l’ont vu de leurs propres yeux  s’élever au ciel (Actes 1:9). Cependant, en dépit de ces faits, ils n’ont célébrés aucun de ces événements.


« Il n’y a aucun trace de célébration de la Pâques comme étant une fête chrétienne dans le Nouveau Testament et dans les écrits des pères apostoliques. La sainteté apposées à des moments spéciaux et à des endroits spéciaux était une idée totalement étrangère aux chrétiens de l’église primitive » (traduit d’après l’Encyclopedia Britannica, 1898 éd.).  

L’église du premier siècle ne négligeait pas pour autant les services de commémoration appropriés. Jésus lui-même institua le Repas du Seigneur en mémoire de sa mort et comme une occasion utile pour instruire et pour faire grandir en foi ceux qui choisiraient de croire en Lui. Luc nous raconte comment, la nuit précédant sa crucifixion, il institua le Repas du Seigneur :


« Puis il prit du pain, et ayant rendu grâces, il le rompit et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il leur donna la coupe, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous » (Luc 22:19-20).


Paul confirma l’importance et la signification du Repas du Seigneur. Il en parla également comme d’une commémoration à observer.


« Car pour moi, j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai aussi enseigné; c'est que le Seigneur Jésus, la nuit qu'il fut livré, prit du pain; Et ayant rendu grâces, il le rompit, et dit: Prenez, mangez; ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même aussi, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi, toutes les fois que vous en boirez » (1 Corinthiens 11:23-25).


Le Repas du Seigneur fut institué par Jésus Christ comme un mémorial pour les croyants Les apôtres ont tenu à respecter cette commémoration. À l’inverse, la résurrection du Messie ne fut ni instituée comme commémoration par Jésus, ni célébrée par les apôtres. C’est la raison pour laquelle, si il est bel et bien biblique de commémorer la Repas du Seigneur, il ne l’est pas contre absolument pas de commémorer la Résurrection. Nous devrions nous attacher à suivre les instructions de Jésus plutôt que les traditions des hommes.


Une erreur de traduction


Dans l’une des nombreuses traductions de la Bible en anglais, le mot Easter apparaît en Actes 12:4 de la façon suivante :  


« And when he had apprehended him, he put him in prison, and delivered him to four quaternions of soldiers to keep him; intending after Easter to bring him forth to the people » (Acts 12:4 King James Version).


Le mot Easter est ici une traduction inadéquate du mot grec pascha, signifiant Pâque (la Pâque Juive). Le même mot, pascha, est correctement rendu par Pâque plus de 25 autres fois sur l’ensemble du Nouveau Testament. Il est par conséquent évident que de traduire pascha par Easter en Actes 12 : 4 est incorrect et ne peut en aucune manière servir de support à une observance de la Pâques « chrétienne ».


La Déclaration de Marc


En Marc 16:9, nous lisons : « Jésus étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine … ». Cette phrase introductive semble suggérer que Jésus aurait bien ressuscité le dimanche matin. Cependant, cela ne concorde pas avec l’affirmation qui nous est faite en Matthieu 28:1, et selon laquelle la résurrection du Christ est advenue tard, avant la venu des femmes, dans l’après midi du jour du Sabbat.


Ce passage se révèle peu fiable pour établir avec assurance le moment de la Résurrection du Messie. Les versets 9-20 du chapitre 16 de Marc sont considérés par de nombreux spécialistes bibliques comme étant des rajouts à l’Evangile selon Marc. Il est certes admis que Marc a certainement terminé son Evangile avec autre chose que la description abrupte que nous y lisons de femmes effrayées et déconcertées (verset 8). Cet autre épilogue pourrait avoir été perdu lors de la transmission de l’Evangile à une tierce personne. On aurait alors tenté de donner à l’Évangile de Marc une conclusion qui soit appropriée. Cependant, cette conclusion s’avère en définitif être problématique puisque faite qu’elle serait ultérieure a l’original.


Ainsi, l’authenticité de Marc 16:9-20 est trop sujette à caution pour que l’on puisse l’utiliser comme preuve servant à déterminer le moment de la résurrection du Christ. De plus, si ce texte est authentique, il peut très bien être compris comme affirmant que Jésus a été vu, ressuscité, le premier jour de la semaine, ce qui ne contredit en aucune façon le fait selon lequel l’événement de la résurrection en tant que telle ait eut lieu le soir précédent.


Conclusion


Les étudiants de la Bible consciencieux n’observeront donc pas la Pâques dite « chrétienne » pour les raisons suivantes :


C’est une pratique teintée de syncrétisme ;


Le nom d’Easter, pour le monde anglo-saxon, et les coutumes associées à la Pâques « chrétienne » (œufs, lapins, célébration à l’aube, etc.) ont toutes été adaptées de pratiques païennes et incorporées à cette festivité que le christianisme considère à tort comme étant la plus importante de l’année ;


Les Évangiles ne supporte pas l’idée d’une Résurrection du Messie étant advenue un dimanche matin ;


Matthieu rapporte que Jésus était déjà ressuscité d’entre les morts quand les femmes arrivèrent au tombeau au crépuscule à la fin du Sabbat ; 


L’idée de l’observance du dimanche comme étant le jour de la Résurrection est une invention de l’église qui apparut après le premier siècle ;


Il n’y aucune instruction donnée dans les Saintes Écritures qui laisserait à penser que nous devrions commémorer la Résurrection de Christ ;


Il n’y a aucune référence biblique permettant d’attester que les apôtres ou l’église du premier siècle aient célébrés une telle commémoration.


A l’inverse, nous avons des instructions précises données par Jésus Christ et Paul concernant l’observance du Repas du Seigneur en mémoire de la mort de notre Sauveur le Christ Jésus. Il s’agit ici d’une commémoration véritablement importante !


Nous avons tenté ici de répondre d’un point de vue strictement biblique aux questions que posaient certains textes des Écritures concernant la résurrection du Messie et la pratique de la Pâques dite « chrétienne ». Aucun texte de la Bible n’offre un support légitime à l’observance d’une telle commémoration.


La mort et la résurrection de notre Seigneur Jésus sont deux aspects essentiels de la Foi chrétienne concernant la Bonne Nouvelle et notre Salut.  Nous manifestons notre foi et notre croyance en la résurrection de notre Seigneur Jésus Christ quand nous communions lors du Repas du Seigneur en mémoire de Sa mort sacrificielle conformément à la façon dont il nous a instruits de le faire. Il est certainement plus approprié d’éviter toute fête ou célébration de nature humaine et qui obscurcirait la simplicité des instructions bibliques.

 

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Babylon-Babylone
write a comment
January 11 2010 2 11 /01 /January /2010 00:46

christmas Merry-Christmas

For God is not the author of confusion but of peace- 1 Corinthians 14:33


How is it that everyone in the world likes celebrating Christmas? What is it about Christmas that everyone likes? Buddhists, Hindus, Atheists, Muslims and Christians alike will celebrate the so-called birth of Christ without any difficulty. Staunch atheists who do not believe and sometimes even hate God, will celebrate this joyous time of year with great pomp and ceremony in their homes. Why? If Christmas represents Christ, atheists should not be celebrating Christmas, and yet they still celebrate. Christmas is a time for wonderful family get-togethers, yet also allows for mass consumerism. Christians are called to read, learn and do from the scriptures that are inspired by God. Why do Christians continue to celebrate Christmas when: a) Christ’s birth date was never given in the Bible; b) the Bible does not call for its celebration; and c) it distorts the truth and creates confusion.


December 25th is a date entrenched in extreme paganism with many traditions surrounding its celebration that are extra-biblical, and pagan in origin. God says: You shall not add to the word which I command you, nor take from it, that you may keep the commandments of the LORD your God which I command you (Deuteronomy 4:2). Christians must love God with all of their hearts even if this does not necessarily please the world. Essentially, Christmas condones idolatry, breaks Gods commandments and makes the God of the Bible a mockery: just another “god” like all the rest. And yet the Bible declares: You shall have no other gods before Me.   You shall not make for yourself a carved image—any likeness of anything that is in heaven above, or that is in the earth beneath, or that is in the water under the earth; you shall not bow down to them nor serve them. For I, the LORD your God, am a jealous God, visiting the iniquity of the fathers upon the children to the third and fourth generations of those who hate Me, but showing mercy to thousands, to those who love Me and keep My commandments (Exodus 20:3-6).


Christmas has its origins in ancient pagan times centuries before Christ was ever born. There are many websites, history books and encyclopedias that will in fact state that Christmas was a glorified pagan holiday that had absolutely nothing to do with neither Christ nor the God of the Bible. The names of the festivals and/or gods worshiped during the time of the winter solstice vary depending on the region. Nevertheless, the greatest winter solstice festival in pagan Rome was the Saturnalia during which Romans honoured the sun god Mithra. In fact, the birth of Mithra was none other than December 25th.


The story of Christmas gets uglier as the truth is slowly unravelled. Daniel 12:4 states the increase in knowledge quite nicely: many shall run to and fro, and knowledge shall increase. This present age is definitely a time where anyone in the world can have knowledge at his fingertips. Anyhow, Christmas is one of the darkest secrets that the Church has tried to cover up for centuries. As a result, children in this present age now grow up believing in Santa Claus and if they are lucky, their grandparents will remind their grandchildren from time to time that it was baby Jesus’ birthday. Although a man in a red suit and baby Jesus have absolutely nothing in common, children nonetheless get sucked into the consumerist ideology of presents. And what child does not enjoy receiving presents…and a lot of them? If the child happens to learn something about Christ, any inquisitive child will begin to wonder how atheists can still celebrate the birthday of Christ. The fact is, children and atheists alike love receiving presents; all men naturally love to covet. [There is an evil which I have seen under the sun, and it is common among men (Ecclesiastes 6:1)]. An education and a study of history will uncover certain hidden truths that may take awhile to understand. Yet when the pieces of truth are all pieced together, another ugly truth emerges: the church has in fact lied about Christmas. Surely our fathers have inherited lies, Worthlessness and unprofitable things (Jeremiah 16:19). Was the lie deliberate or sincere? Only God can say, nonetheless, Christmas has inspired an endless amount of confusion and massive world sin. Probably environmentalist atheists will allow for one day of paper waste pollution. Is that sin? Of course it is; it destroys Creation. Everyone is guilty for participating in the “Christ”-mass cover-up. Whether it is to lie about Santa Claus, or to lie about the ever looming Christmas debt into the New Year, everyone in some way, shape or form, has said a lie in order to keep December 25th a day of joy and peace where both the pagan and the Christian can feast together.


Anyhow, who is one to question a tradition that can be traced back to the beginning of the civilization of man? And for that matter, celebrated in the church openly for over 1,500 years? Christians have a wonderful example of someone who denounced man’s traditions and his name is Jesus Christ. Christ on a number of occasions denounced man’s tradition: Why do you also transgress the commandment of God because of your tradition? (Matthew 15:3). And another: And in vain they worship Me, Teaching as doctrines the commandments of men. For laying aside the commandment of God, you hold the tradition of men…All too well you reject the commandment of God, that you may keep your tradition (Mark 7:6,9). Christmas is one man made tradition that completely rejects the commandments of God. Not only does Christmas reject the commandments, Christmas breaks God’s commandments. If God says: Whatever I command you, be careful to observe it; you shall not add to it nor take away from it (Deuteronomy 12:32), as a necessary conclusion, we are adding to the word of God through our celebration of Christmas. When the Bible says: Now by this we know that we know Him, if we keep His commandments. He who says, “I know Him,” and does not keep His commandments, is a liar, and the truth is not in him (1 John 2:3-4). Christmas breaks the commandments and adds words or actions in its place: making the word of God of no effect through your tradition which you have handed down (Mark 7:13). God is once again made a mockery by His people. The Israelites mixed pagan religion with true worship as are Christians now. If the God of the Bible did not like what the Israelites did when they mixed pagan worship with His own worship, why would He like it now? For whatever was true for the Israelite, is true also for the Christian: For whatever things were written before were written for our learning, that we through the patience and comfort of the Scriptures might have hope (Romans 15:4). As one looks into all of the traditions surrounding Christmas, one can find a mirage of everything pagan: mistletoe, holly berries, Christmas trees, yule logs, etc…even questionable characters like Santa Claus, SinterKlaus, or Krampus. In Deuteronomy, God says to: take heed to yourself that you are not ensnared to follow them… and that you do not inquire after their gods, saying, ‘How did these nations serve their gods? I also will do likewise.’ You shall not worship the LORD your God in that way; for every abomination to the LORD which He hates they have done to their gods; for they burn even their sons and daughters in the fire to their gods (Deuteronomy 12:30-31). God does not change: For I am the LORD, I do not change (Malachi 3:6). The God of the Old Testament is the same God in the New Testament. Jeremiah describes what one would today call a Christmas tree, and God says we must not learn the way of the Gentile, meaning, God does not want us to celebrate the mixing of pagan worship with the worship of God: Thus says the LORD: “ Do not learn the way of the Gentiles; Do not be dismayed at the signs of heaven, For the Gentiles are dismayed at them. For the customs of the peoples are futile; For one cuts a tree from the forest, The work of the hands of the workman, with the ax. They decorate it with silver and gold; They fasten it with nails and hammers So that it will not topple. They are upright, like a palm tree, And they cannot speak; They must be carried, Because they cannot go by themselves. Do not be afraid of them, For they cannot do evil, Nor can they do any good”(Jeremiah 10:2-5). Surely “our fathers have inherited lies”(Jeremiah 16:19).


Christmas is an occasion for serious distortions of the facts of the Incarnation. The Magi were not there at the birth of Jesus. The Magi came to see Jesus when Jesus was a child of 1 or 2 years of age. The Bible does not say anything of how Mary traveled to Bethlehem. The tradition states that Mary traveled on a donkey from Nazareth to Bethlehem. However, common sense would put Mary in a cart or carriage pulled possibly by a donkey. It would probably be quite dangerous for an 8 to 9 month pregnant woman to ride on the back of a donkey all the way to Bethlehem. The tradition also states that Mary stayed in a barn however no one really knows because Mary could have quite easily have been outside where she laid Jesus in a manger. Which also leads to another question: shepherds could not have been watching their flocks by night in the winter. Shepherds would not be outside with the flocks in the winter because it would have been too cold. Therefore, the birth of Jesus is nothing other than the fulfillment of prophecy, which is important, but does not merit a celebration.


The celebration of Jesus’ birth on the 25th of December is idolatry which mixes pagan worship with true worship, since the sun god Mithra was also born on the December 25th. Yehovah would not have allowed the birth of Jesus to coincide with another pagan date and if it did, we really do not know because God wisely did not give us a date for Jesus’ birthday. God most likely did not want us to be distracted and idolize the birth of Christ when Christ’s greatest moment to remember was His suffering, death and resurrection for the forgiveness of our sins.


Now, distortions of the truth lead people to not trust the words of the Bible. One popular movement that is shaking the secular world is the Zeitgeist Movement. The Zeitgeist Movement is an intellectual movement that refutes all religion most specifically Christianity. As a result of the Church’s lie about Christmas and many others that will not be discussed at this time, the God of the Bible is made to be a complete mockery. In the Zeitgeist Movie, the Zeitgeists refer to humanity’s attachment to astrology as the main reason behind the changes from one god to the next throughout history. Zeitgeists believe that Jesus Christ never really existed and that if He has existed, it has been in various forms: Horus, Dionysus, Attis, Mithra and finally Jesus Christ. Zeitgeists explain how each age begins with a different astrological sign. Zeitgeists say that Jesus is the same “god” based on the fact that he was born of a virgin on December 25th and that Magi came to adore Him. The fact is that the Bible does not give a date to Christ’s birth anywhere, and the Magi never came to adore Jesus at his birth but probably a couple of years later. As a result, Christians through their celebration of Christmas create a major misconception for the rest of the world. It is quite natural to see how Zeitgeists have increased in popularity. The Zeitgeist Movie states that the entire Bible is one big astrological book. If they Zeitgeists knew a little more about the Jewish people, they would understand that astrology is forbidden in the Bible: ‘You shall not eat anything with the blood, nor shall you practice divination or soothsaying (Leviticus 19:26; Daniel 2:2). None of the Biblical festivals, which are still practiced by the Jewish people, coincide with an astrological sign. God forbids this practice. How could the God of the Bible forbid astrology and yet allow for the Bible to be inspired by astrology? In the Zeitgeist Movie, the Zeitgeists say that the church determined Christ’s birth year at the Council of Nicaea in 325AD convened by Constantine. Constantine who was the first “Christian” Roman Emperor based the beginning year of 1AD, according to the Zeitgeists, on the astrological Age of Pisces. Most certainly, the church or Constantine together created year 1AD, the new age of Pisces (the fish) based on the astrological calendar because the church by 325AD was heavily entrenched in Roman pagan customs. Constantine himself, who was said to be a Christian, continued to worship Sol Invictus or the sun god until his death.


The Zeitgeist Movie also quotes Luke 22:10 as proof that Jesus was making reference to the next astrological sign on the astrological calendar the “Age of Aquarius” as the moment of His return. This contradicts Jesus’ own words: But of that day and hour no one knows, not even the angels of heaven, but My Father only (Matthew 24:36). If one looks at the entire passage in Luke 22, Jesus was merely telling his disciples to follow a man with a pitcher of water who would tell the disciples where they were going to eat the Passover Supper or the Last Supper that Jesus would have on earth.


Christmas is the worship of the sun. Ancient Hebrews, disobeying God, also worshiped the sun which lead to their destruction and capture by the Babylonians. Ezekiel describes their idolatrous worship: So He brought me into the inner court of the LORD’s house; and there, at the door of the temple of the LORD, between the porch and the altar, were about twenty-five men with their backs toward the temple of the LORD and their faces toward the east, and they were worshiping the sun toward the east (Ezekiel 8:16). Christians need to see the truth of their practices and return to an authentic faith in God and Jesus Christ. Christians need to return to a faith that was the original intent of God. We need to accept the truth, repent and come out of Babylon. Everyone is guilty of fornicating with Babylon: For all the nations have drunk of the wine of the wrath of her fornication, the kings of the earth have committed fornication with her, and the merchants of the earth have become rich through the abundance of her luxury.” And I heard another voice from heaven saying, “Come out of her, my people, lest you share in her sins, and lest you receive of her plagues” (Revelation 18:3-4).

 

Another important point to consider, is can Christians participate in other man-made festivals that are not pagan in origin but are not stated in the Bible? Technically, we should not lest it becomes an obligation. Nevertheless, the best example of a man-made festival that is mentioned in the New Testament is Hanukah or Feast of Dedication. God does not ask in any part of the Bible to celebrate Hanukah. Some Christians use John 10:22-23 as a reason to keep the celebration of Christmas because Jesus was present at the festival of Hanukah, a man-made tradition which supposedly allows believers to add extra-Biblical festivals to their own calendar. Nonetheless, remember, Jesus openly criticized man-made traditions for teaching them as commandments of God. John 10:22-23 was in fact originally used by Jesuit priests in support of Christmas against Presbyterians in Scotland, who opposed the celebration of Christmas and other festivals like Easter during the Protestant Reformation. No matter how we understand the presence of Jesus at Hanukah, it is extremely important to recognize the difference in background and intent of Hanukah when compared with Christmas, Easter and Halloween. Hanukah commemorates the defeat of Greek forces and the rededication of the Jerusalem Temple after it had been defiled. To celebrate the restoration of God’s Temple, all of Jerusalem rejoiced for eight days. Hanukah is much like Thanksgiving where it is a celebration of thanks and honour to God for His intervention and blessings. Hanukah and Thanksgiving are not rooted in paganism and neither festival alters, replaces or distorts the meaning of a festival of God, or other biblical truths unlike Christmas, Easter and Halloween. There is nothing saying that some of the traditions surrounding Hanukah are not the by-product of pagan influence on the scattered Jewish people throughout the world. Nonetheless, the original intent and origin of Hanukah were not pagan nor does it occur on a fixed date connected to the solar calendar each year.


Essentially, Christmas has pagan roots that distort, make confusion and lie about the truth that is found in the Bible. One has to wonder how such pagan practices came into the Church. It is quite simple. The Church tried to take the “broad” or easy path. Instead of condemning paganism for what it was, the Church accepted it and incorporated it into church practice. Jesus says: “Enter by the narrow gate; for wide is the gate and broad is the way that leads to destruction, and there are many who go in by it. Because narrow is the gate and difficult is the way which leads to life, and there are few who find it (Matthew 7:13). It was not easy trying to change the pagans and yet even though the church made many concessions, today one can now see a return to the original pagan intent of these festivals. Halloween becomes darker every year as well as Christmas. The mere fact that there are more and more “Merry Krampus” parties during the Christmas season in Germany and Austria, show that the people in fact have rediscovered the pagan roots of the winter solstice period. In Revelations, it states that Satan “deceives the whole world” (Revelations 12:9). The Church has been deceived and the passing of time as made the deception even worse. Peter the Apostle states:  But there were also false prophets among the people, even as there will be false teachers among you, who will secretly bring in destructive heresies… (2 Peter 2:1). And of course, Jude who states: For certain men have crept in unnoticed, who long ago were marked out for this condemnation, ungodly men, who turn the grace of our God into lewdness… (Jude 4). The Roman Catholic Church began the journey and although they were right in a few areas, they were terribly deceived in others. As Christians we cannot let ourselves be deceived by a powerful enemy who is Satan. He can deceive us into thinking he does not exist and even into thinking that we no longer need our Bibles. Christmas looks harmless, but lets be reminded of what Paul says: For such are false apostles, deceitful workers, transforming themselves into apostles of Christ. And no wonder! For Satan himself transforms himself into an angel of light. Therefore it is no great thing if his ministers also transform themselves into ministers of righteousness, whose end will be according to their works (2 Corinthians 13-15). Satan and his ministers can transform themselves into angels of light and ministers of righteousness. They can make things look too good to be true. Jesus says that Satan “was a murderer from the beginning, and does not stand in the truth, because there is no truth in him. When he speaks a lie, he speaks from his own resources, for he is a liar and the father of it (John 8:44). Christmas is a lie and it has been made to look so good over the centuries. Satan is the prince of the power of the air, the spirit who now works in the sons of disobedience (Ephesians 2:2) and he is capable of deceiving even the elect (Matthew 24:24). But really look hard and pray when you decide whether to keep celebrating Christmas or not as a Christian. Therefore, as newborn babes, desire the pure milk of the word, that you may grow…(1 Peter 2:1).


It is extremely difficult to not celebrate Christmas in a world that celebrates it. The hardest is when family members do not understand why one would not want to celebrate family time together. There are many other times in the year one can spend with their families, however, this does not make not celebrating Christmas any easier. As Christians we must remember that the narrow path is hard. We must remember what Gods says: You shall not go after other gods, the gods of the peoples who are all around you (Deuteronomy 6:14). And even though something seems right, we must remember with thoughtful and fervent prayer whether we should or should not go along with the world: You shall not follow a crowd to do evil; nor shall you testify in a dispute so as to turn aside after many to pervert justice (Exodus 23:2). If you have not decided how you feel about Christmas, remember that even though we live in this world, we are not of the world. Christians will not necessarily be loved by the world, as Jesus says: If you were of the world, the world would love its own. Yet because you are not of the world, but I chose you out of the world, therefore the world hates you (John 15:19). We are all at different points on our spiritual walk with Jesus. Sometimes we stay in the same spot with our target on Jesus but never really moving forward. Sometimes we veer off into another completely different direction without Jesus as our main target. In fact, I cannot judge others; Paul says: For I know of nothing against myself, yet I am not justified by this; but He who judges me is the Lord (1 Corinthians 4:4). However, I can read what the Bible says and the Bible is definitely not warm to Christmas. I can understand why some Christians still celebrate Christmas, since we are all on different places on the path to Christ and not always well informed about the truth. God judges based on what we know and do not know: And that servant who knew his master’s will, and did not prepare himself or do according to his will, shall be beaten with many stripes. But he who did not know, yet committed things deserving of stripes, shall be beaten with few. For everyone to whom much is given, from him much will be required; and to whom much has been committed, of him they will ask the more (Luke 12:47-48). If we come to an understanding of what God likes and does not like through the reading of the whole scriptures, we will be punished accordingly either in this life or at the resurrection. Nonetheless, God judges the heart. For the word of God is living and powerful, and sharper than any two-edged sword, piercing even to the division of soul and spirit, and of joints and marrow, and is a discerner of the thoughts and intents of the heart. And there is no creature hidden from His sight, but all things are naked and open to the eyes of Him to whom we must give account (Hebrews 4:12-13). And For if our heart condemns us, God is greater than our heart, and knows all things. Beloved, if our heart does not condemn us, we have confidence toward God (1 John 3:20-21). Blessed are the pure in heart, For they shall see God (Matthew 5:8).


If anything, it is my prayer that this article has touched you and that you will reconsider the celebration of Christmas. … [B]e doers of the word, and not hearers only (James 1:22).


There is a way that seems right to a man, But its end is the way of death(Proverbs 14:12).


BIBLIOGRAPHY

Please look at the following websites. (I do not personally agree theologically with all of them, but they do present the facts about Christmas and the winter solstice festivities).

The History of Christmas

Christmas: An Historical Survey Regarding Its Origins and Opposition to It

Encyclopaedia Britannica

Christmas

Books

First Fruits of Zion. Light in the Darkness: Hanukah and the Disciples of Yeshua.

Rives, Richard. Too Long in the Sun.

Rives, Richard. Time is the Ally of Deceit.

 

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Babylon-Babylone
write a comment