Overblog
Follow this blog Administration + Create my blog
December 17 2010 6 17 /12 /December /2010 18:34

holycow

 

To better comprehend God’s dietary laws, we need to learn the basic distinction between clean and unclean.

 

The Bible says that some animals are “clean” and some are “unclean.” That’s easy enough to understand. In Leviticus 11, these adjectives describe animals that have been designated by the Lord as either fit or unfit for human consumption. But what does it mean to designate something as “unclean”? What does it mean to say that it is “clean”? What happens if we become “unclean”?

 

Notions of “ritual purity” and “impurity” (“clean” and “unclean”) are some of the hardest of all biblical concepts to grasp. The ideas of c1eari and unclean seem weird and remote in our Western context. At first, the whole thing appears to have nothing to do with believers or with Jesus. This is indeed hard stuff. At the same time, if we are confused, annoyed or bored with it, the problem is likely on our end (in this case, with me trying to communicate it to you). God created this system and codified it in His Word, regardless of our thoughts and feelings about it.

 

One reason this stuff is so hard is that it all relates to God’s dwelling place on earth: the Tabernacle or Temple. That makes it difficult for us to understand, since there has not been such a place in almost 2,000 years.

 

Levitical impurity (or being “unclean”) is the biblical concept that a person or object can be in a state that—by the Bible’s law—prevents the person or object from interacting with the Tabernacle or Temple and its sacrifices.

 

The words “clean” and “unclean” are misleading, since they seem to imply something about general hygiene. This is not a sanitation issue. A ritually unclean animal is not dirtier than a clean animal, and you cannot make a ritually unclean animal clean by giving it a good, hot, soapy bath. It is equally wrong to suppose that “clean” and “unclean” refer to an animal’s moral state. If animals did have any moral sense, horses would certainly have a higher moral standard than goats; yet the Bible says that horses are considered unclean, while goats are considered clean. In the same regard, an unclean animal such as a camel is no more shameful or morally bankrupt than a clean animal like a giraffe. People who work closely with camels may disagree, but the point is clear. Ritual impurity is completely different from physical cleanness, and it has nothing to do with intrinsic goodness or badness.

 

Instead, clean and unclean must be understood as purely ritual states. They have real application only in regard to the Tabernacle/Temple, the priesthood and the sacrifices. Here is what they mean:

 

CLEAN: Something that is in a state of ritual cleanness is fit for entering the sacred precinct of the Tabernacle/Temple of God, for sacrifice on the altar, and/or for contacting the Tabernacle/Temple’s sacred elements.

 

UNCLEAN: Something that is unclean is in a state of ritual defilement. This renders it unfit for entering the sacred precinct of God’s Tabernacle/Temple, for sacrifice on the altar, and/or for contacting the Tabernacle/Temple’s sacred elements.

 

Therefore, clean animals are animals that are regarded as fit for sacrificing. Unclean animals are not regarded as fit for sacrificing. Since we believers do not have a real, physical Temple in which we worship today, and since there is no sacrificial system today, most of the Bible’s complex laws of clean and unclean have no real practical application in modern life. Levitical concerns about contracting ritual impurity through bodily discharges, dead rodents and lepers are not relevant without a Temple. Leviticus 11, however, does not directly address whether eating unclean animals will make you unclean or not. It simply forbids eating them.

 

Explaining the intricacies of the Tabernacle/Temple system, and the associated requirements for entering into God’s presence in His dwelling place on earth, is beyond the scope of this book. I am making some sweeping generalizations about that system and its God-given requirements that may lead to more questions than answers. In fact, many of these generalizations may contradict what most of us have learned over the years about clean and unclean and the role of the Temple/Tabernacle. That makes sense. In order to read the Bible without getting stuck, this extremely detailed topic has, over the years, been understandably oversimplified.

 

As we study what the Bible says about meat, however, let’s stick our toes into the deep ocean of meaning hidden beneath the surface of these concepts. Remember, if this topic confuses, annoys, repulses or bores us, the problem is with our lack of understanding—not with God’s holy and perfect Word. But take heart. While the laws of clean and unclean do contain deep and profound spiritual lessons about separating the Kingdom of Light from the Kingdom of Darkness, we need not worry about practicing the non- eating-related instructions unless a Temple is rebuilt in Jerusalem and we plan to visit it.

 

Clean and Unclean: Not a Salvation Thing

 

As we begin to understand a tiny bit about clean and unclean, I hope two things are becoming clear.

 

First, becoming unclean is not the same thing as sin. A woman having her monthly period (Leviticus 15:25) and a woman who has just given birth (Leviticus 12:2) are both considered unclean by Levitical standards, but they obviously have not sinned. Think about it. If becoming unclean was truly a sin, Jesus would not have qualified as our perfect atoning sacrifice. Why? He deliberately touched dead people (Luke 7:14) and lepers (Matthew 8:3, Mark 1:41). According to the Torah, both of these actions would have rendered Jesus unclean and temporarily ineligible to participate in Temple worship activities. However, since the Living Word (Jesus) had perfect understanding of and unity with God’s Written Word (the Bible, that is, Torah), He knew that becoming unclean was not the same thing as sinning. He healed the leper and raised the dead with His touch, not in defiance of the Torah’s rules, but in conformity with them.

 

Second, the Bible’s designation of when someone was unclean had nothing to do with the person’s right-standing before God. It was simply part of God’s system for designating who was eligible to enter His physical dwelling place on earth (the Tabernacle/Temple). It had nothing to do with salvation, justification or righteousness before God. Remember that righteousness has always come by faith, before, during and since Tabernacle/Temple times. The New Testament reminds us that “it is impossible for the blood of bulls and goats to take away sins.” (Hebrews 10:4) Rather, the blood of the Temple/Tabernacle sacrificial system provided a covering for sin so that man could approach God in His earthly home.

 

Eternal right-standing before God has always come through faith. Sacrifices in the earthly Tabernacle/Temple both foreshadowed Messiah’s eternal sacrifice, and they provided a way for humans to interact with God on earth.

 

What does all of this have to do with eating? Nothing! That’s the point! We highlight the basics of the Temple/Tabernacle system to avoid the temptation of skimming Leviticus 11, seeing the words “clean” and “unclean,” and dismissing the whole chapter - including the food laws - as irrelevant.

 

The careful reader sees that Leviticus 11 addresses two different things. First, God shows how to avoid becoming unclean (by not touching certain carcasses). This enables a person to enter the Tabernacle/Temple and make sacrifices. Indeed, this is not applicable today, since there is no earthly Temple/Tabernacle. Second, He tells His people which animals are permissible to eat. This is unrelated to one’s ability to participate in the sacrificial system.

 

Just as He forbids us from offering unclean animals upon His altar, so too He forbids us from taking unclean animals into the Temple of our bodies. This is relevant for anyone looking to the Scriptures for food-choice guidance.

 

With this theory in mind, go back and reread Leviticus 11. Notice the different language used for food commands (“you may eat…”“you must not eat…”) and those related to the Temple/Tabernacle system (“whoever touches their carcasses will be unclean till evening…”). Also notice that when a person becomes unclean by touching a dead rodent or some other nasty thing, it is only a temporary condition, usually lasting only until sunset. The Bible provides rituals, like immersion in water, so the unclean person may be declared clean again, enter God’s Temple, and participate in the worship. On the other hand, an unclean animal will always be unclean. There is no ritual that can ever make it clean. The Torah does not provide a remedy for a person who eats unclean animals, just as it does not provide a remedy for someone who gives false testimony or covets his neighbor’s wife. They are all actions that God simply forbids. Even though God forgives those who repent from lying or envying, it does not mean that we endorse those behaviors, does it?

 

These seemingly bizarre concepts may baffle us, but remember: they are part of God’s Word. God Himself created and designed the entire sacrificial system and its associated laws. And since Jesus Himself did not seem to have a problem with this system, we would do well to be cautious about dismissing it.

 

An excerpt from “HOLY COW!” by Hope Egan.

Share this post

Repost0
May 27 2010 5 27 /05 /May /2010 22:44

    tora levitique

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

Dieu nous a donné des instructions très spécifiques concernant les viandes pures et impures. Étant le Créateur de toutes choses, Dieu sait parfaitement ce qui est bon pour nous et ce qui ne l’est pas. Au chapitre 11 du livre de Lévitique, nous trouvons une liste classant les animaux en fonction de critères de pureté ou d'impureté.

 

L’époque à laquelle nous vivons maintenant, celle décrites par Paul en 2 Timothée 3:1-10, est une époque durant laquelle les gens auront une certaine forme de sainteté, « Qui apprennent toujours, et ne peuvent jamais parvenir à la connaissance de la vérité ». Pierre décrit également cette période dans sa deuxième épître.

 

« Or, comme il y a eu de faux prophètes parmi le peuple, il y aura aussi parmi vous de faux docteurs, qui introduiront secrètement des sectes pernicieuses, et qui, reniant le Seigneur qui les a rachetés, attireront sur eux-mêmes une perdition soudaine. Et plusieurs suivront leurs doctrines de perdition, et la voie de la vérité sera blasphémée à cause d’eux. Et par cupidité ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses; mais depuis longtemps leur condamnation ne s’arrête point, et leur perdition ne sommeille point » (2 Pierre 2:1-3).

 

Nous pouvons être assuré que certains tenterons d’abandonner les commandements de Dieu pour adopter les mœurs et les coutumes du monde. Les nourritures que Dieu a déclaré impures font partie de ces commandements ignorés ou abandonnés des hommes, ceux-ci étant menés par leurs propres désirs et leurs propres appétits charnels.

 

Après le Déluge, le Seigneur déclara à Noé que « [t]out ce qui se meut et qui a vie, vous servira de nourriture; je vous donne tout cela comme l’herbe verte » (Genèse 9:3). De la même façon que Dieu donna « l’herbe verte », il donna également « tout ce qui se meut et qui a vie ». En Genèse, il est écrit :

 

« Et Dieu dit: Voici je vous ai donné toute herbe portant semence, qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre qui a en soi du fruit d’arbre portant semence; ce sera votre nourriture » (Genèse 1:29).

 

Dieu donne ici un commandement. Seules les herbes portant des graines devront être utilisées comme nourriture. Les créatures vivantes nous ont été données avec le même genre de restrictions. Dieu n’a pas imposé de telles restrictions aux animaux lorsqu’il leur a permis de manger de l’herbe.

 

 « Et à tous les animaux des champs, et à tous les oiseaux des cieux, et à tout ce qui se meut sur la terre, qui a en soi une âme vivante, j'ai donné toute herbe verte pour nourriture; et cela fut ainsi » (Genèse 1:30).  

 

L’arbre planté par Dieu au milieu du jardin d’Éden fut interdit à la consommation et une peine de mort encourue pour toute personne brisant cette interdiction. À la lecture de ces différents passages de la Bible, il est logique de penser qu’une restriction concernant les viandes pures et impures ait été mise en place par Dieu.

 

En Genèse, au chapitre 7, alors que les humains avaient délaissé Dieu et ses commandements, et que le Créateur avait alors choisi de leur envoyer le Déluge, les hommes pouvaient d’hors et déjà faire la distinction entre les viandes purs et impures. De cette façon, Dieu a pu dire à Noé :

 

« Tu prendras avec toi de tous les animaux purs, sept paires de chaque espèce, le mâle et sa femelle; mais des bêtes qui ne sont pas pures, deux, le mâle et sa femelle » (Genèse 7:2).

 

Noé était donc capable de faire la distinction entre les animaux purs et impurs. Après le Déluge cette distinction existait toujours :

 

« Et Noé bâtit un autel à l’Éternel; et il prit de toute bête pure, et de tout oiseau pur, et il offrit des holocaustes sur l'autel » (Genèse 8:20).

 

Il y avait donc, dès avant le Déluge, des animaux et oiseaux que l’on pouvait manger et d’autres que l’on ne devait pas manger. C’est la raison pour laquelle Dieu a pu dire à Noé : « Et toi, prends de tout aliment qui se mange, et fais-en provision par-devers toi, afin que cela te serve de nourriture ainsi qu’à eux » (Genèse 6:21). Nous lisons en Genèse que le peuple de Dieu élevait du bétail, des moutons, des brebis et qu’il mangeait de ce bétail. Nous ne trouvons nulle trace de troupeaux de porc élevés afin de servir de nourriture.

 

Après que les descendants d’Abraham aient servis les pharaons égyptiens pendant 400 ans et aient partagés les coutumes alimentaires des Égyptiens, Dieu les libéra de leur captivité et leur donna de nouveau des directives concernant les nourritures pures et impures. Ces directives alimentaires constituent une marque de sanctification pour le peuple de Dieu (voir Lévitique 11:1-23).

 

« Vous êtes les enfants de l’Éternel votre Dieu. Ne vous faites point d’incision, et ne vous rasez point entre les yeux pour un mort; Car tu es un peuple consacré à l’Éternel ton Dieu, et l’Éternel t’a choisi d'entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre, pour que tu lui sois un peuple particulier. Tu ne mangeras aucune chose abominable. Voici les animaux que vous mangerez: le bœuf, le mouton et la chèvre, Le cerf, la gazelle, le daim, le chamois, le chevreuil, le bœuf sauvage et la girafe. Et vous mangerez d’entre les animaux, tous ceux qui ont l’ongle divisé et le pied fourché, et qui ruminent. Seulement, voici ce que vous ne mangerez point d’entre ceux qui ruminent et d'entre ceux qui ont l’ongle divisé et le pied fourché: le chameau, le lièvre et le lapin; car ils ruminent, mais ils n’ont point l’ongle divisé: ils vous seront souillés; Le pourceau aussi; car il a l’ongle divisé, mais il ne rumine point: il vous sera souillé. Vous ne mangerez point de leur chair; et vous ne toucherez point leur cadavre. Voici ce que vous mangerez de tout ce qui est dans les eaux. Vous mangerez tout ce qui a des nageoires et des écailles; Mais tout ce qui n’a point de nageoires ni d’écailles, vous ne le mangerez point; cela vous sera souillé » (Deutéronome 14:1-10).  

 

Une liste d’oiseaux impurs est également donnée dans ce même chapitre de Deutéronome aux versets 11 à 20.

 

En 2 Corinthiens 11:3, Paul déclare :

 

« Mais je crains que, comme le serpent séduisit Eve par sa ruse, vos pensées ne se corrompent aussi en se détournant de la simplicité qui est en Christ. »

 

De façon subtile et pernicieuse, Satan trompa Ève, la conduisant à manger de l’arbre duquel Dieu avait commandé de ne pas toucher. Paul était effrayé que la même corruption, la même tromperie puisse advenir chez ceux des Corinthiens qui avait crus en Jésus. La même chose nous est dite concernant les nourritures impures qui fut dite à Ève concernant l’arbre au milieu du Jardin d’Éden. Voir Lévitique 11:8 et Deutéronome 14:8. La même peine est prononcée à l’encontre de ceux qui brisent ces commandements. Ésaïe, au chapitre 66 et aux versets 15 à 18, le formule de la façon suivante :

 

« Car voici l’Éternel qui vient dans un feu, et ses chars sont comme l’ouragan, pour tourner sa colère en fureur, et ses menaces en flammes de feu. Car l’Éternel exercera son jugement contre toute chair, par le feu et par son épée; et ceux que frappera l’Éternel, seront en grand nombre. Ceux qui se sanctifient et qui se purifient au milieu des jardins, l’un après l’autre; qui mangent de la chair de pourceau, et des choses abominables, et des souris, périront tous ensemble, dit l’Éternel. Mais pour moi, qui vois leurs œuvres et leurs pensées, le temps est venu de rassembler toutes les nations et toutes les langues; elles viendront, et verront ma gloire. »  

 

Les événements relatés ici ne sont pas encore advenus, mais sont des descriptions prophétiques d’événements à venir lorsque « l’Éternel qui vient dans un feu » apparaîtra.  Satan s’exprime de nos jours au travers de la voix de prédicateurs prêchant que Dieu ne punira pas ceux qui mangent de ces nourritures impures ; mais rappelons-nous de ce qui arriva à Ève dans le Jardin d’Éden. L' Éternel affirme pourtant ce qui suit en Ésaïe 65:2-8.

 

 « Qui se tiennent dans les tombeaux et passent la nuit dans les lieux désolés; qui mangent la chair du pourceau, et dont les vases contiennent des mets abominables; Qui disent: Retire-toi! ne m'approche pas! car je suis plus saint que toi. Ces choses sont une fumée à mes narines, un feu toujours allumé. Voici, cela est écrit devant moi; je ne m’en tairai point; mais je le rendrai; oui, je le leur rendrai dans leur sein: Vos iniquités, dit l’Éternel, et les iniquités de vos pères, qui ont fait des encensements sur les montagnes et m’ont outragé sur les collines! Or je mesurerai dans leur sein le salaire de ce qu'ils ont fait autrefois. »

 

La même peine est prononcée aujourd’hui à l’encontre de ceux qui ignorent ces commandements de Dieu.

 

« Séparez donc la bête pure de celle qui est souillée, l’oiseau souillé de celui qui est pur; et ne rendez pas vos personnes abominables par des animaux, par des oiseaux, par tout ce qui rampe sur la terre, que je vous ai fait séparer comme impurs » (Lévitique 20:25).

 

Certains objecteront qu’il y a bien d’autre façon de faire de soi une abomination aux yeux de Dieu. Manger des nourritures impures n’en demeure pas moins une des nombreuses façons de se montrer abominable devant le Créateur. Dans le Nouveau Testament, en Tite 1:16, nous lisons ce qui suit :

 

« Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres, étant abominables, rebelles, et incapables d’aucune bonne œuvre. » 

 

Les personnes décrites ci-dessous finiront dans le lac de feu.

 

« Mais, pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les fornicateurs, les empoisonneurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part est dans l’étang ardent de feu et de soufre; ceci est la seconde mort » (Apocalypse 21:8).

 

Comme pour tous les autres pécheurs non repentis, le lac de feu est la destination finale des « abominables ».

 

« […] tout ce que l'on ne fait pas avec foi, est un péché » (Romains 14:23).

 

Toutes choses que Dieu nous a commandé de ne pas manger sont des choses que nous ne  devrions même pas désirer avant d’en arriver à les porter à notre bouche. Le désir est une violation du dixième des Dix Commandements, et lorsque l’on s’approprie une chose que Dieu ne nous a pas donnée, cela s’appelle du vol. Ainsi, en mangeant une nourriture considérée impure par Dieu, non seulement nous faisons de nous même des êtres abominables, mais nous transgressons également les Dix Commandements et cela au moins de deux façons : en désirant et en volant.

 

Comment comprendre Romains chapitre 14

 

Dans ce chapitre de la Lettre aux Romains, Paul s’adresse aux croyants à la foi forte et assurée. Dans les premiers versets de ce chapitre 14, il fait mention de deux différentes sortes de personnes faibles dans leur foi : 1) celles qui croient qu’elles peuvent manger de tout et 2) celles qui croient qu’elles ne doivent manger que de l’herbe. Les personnes dont la foi est forte ne sont pas végétariennes, pas plus qu’ils ne croient que l’on puisse manger de tout. Il leur est par contre conseillé de ne pas laisser ceux dont la foi est faible s’égarer eux-mêmes. Elles devraient plutôt guider ces individus faibles dans la foi afin qu’ils puissent pleinement comprendre les commandements Dieu et ainsi se tenir fermes et droits devant Dieu.

 

Au verset 6, nous avons également deux sortes de personnes mentionnées : « celui qui mange de tout, mange, à cause du Seigneur, car il rend grâces à Dieu; et celui qui ne mange pas de tout, ne mange pas à cause du Seigneur, et il en rend aussi grâces à Dieu ». La meilleure façon d’expliquer ce passage est de comprendre que l’une des personnes mentionnées respecte les distinctions alimentaires édictées par Dieu, alors que l’autre ne le fait pas. 

 

Le verset 14 nous dit qu’il n’y a rien d’impur en soi. Si donc cela n’est pas impur en soi, de tout évidence c’est donc parce que Dieu l’a déclaré impur que cela doit alors être considéré ainsi. Donc, lorsque qu’un aliment n’est pas littéralement impur – ou impur en soi –, nous n’avons pas d’autre moyen de savoir si cela est effectivement impur, hormis en nous référant à la Bible, la Parole de Dieu.

 

Romains 14:15 déclare :

 

« Mais si ton frère est affligé au sujet d’un aliment, tu ne te conduis plus selon la charité. Ne fais pas périr, par ton aliment, celui pour lequel Christ est mort. »

 

Si comme certains le disent, la règle du pur et l’impur a été abolit, il serait donc impossible de détruire un frère avec de la viande ou de la nourriture. Toute chose a été créée pure concernant l’usage pour lequel le Créateur a crée cette chose. Mais cela devient une offense lorsque nous mangeons ce que le Créateur nous a interdit de consommer. Enfin, si Dieu avait prononcé pur, à la mort de Jésus, la nourriture qui auparavant était impur, on peut penser sans se tromper que cela aurait été exprimé d’une façon bien plus claire et évidente dans le Nouveau Testament.

 

Le Chapitre 4 de la 1ère Épitre à Timothée

 

À l’époque des temps de la fin, il y aura des esprits séducteurs qui tenteront de tromper le peuple de Dieu. Ils commanderont de s’abstenir de manger de ce que Dieu a créé pour être reçu avec reconnaissance. En d’autres termes, ils seront végétariens et interdiront le mariage.

 

« Car tout ce que Dieu a créé, est bon, et rien n’est à rejeter, quand on en use avec actions de grâces; Parce que cela est sanctifié par la parole de Dieu et la prière » (1 Timothée 4:4-5).

 

De nombreux végétariens ordonnent à ceux qui les suivent et les écoutent de s’abstenir de viande. Dieu ne requière pas cela de nous.

 

Le terme « sanctifier » signifie mettre à part. Il y a ainsi deux classes de créatures dans la création. Si il n’y avait pas eu avant le Déluge des indications concernant la sanctification ou non de certaines des créatures de Dieu, il aurait été impossible à Noé de faire la distinction entre les animaux purs et impurs. Si tout un chacun avait été nettoyé et rendu pur par le sang de Christ, il n’y aurait alors qu’une classe d’individus au monde, et il serait impossible de faire la distinction entre ceux qui furent purifiés et ceux qui ne le furent pas. Ainsi, tous les humains auraient été déclaré sanctifiés aux yeux de Dieu, et il n’y aurait pas de distinction entre ceux qui furent déclarés justifiés et les pécheurs. Il en est ainsi des animaux créés pour être reçu avec reconnaissance et de ceux qui n’ont pas été désigné pour être reçu avec reconnaissance comme nourriture pour l’être humain. Certaines nourritures sont sanctifiés par Dieu, d’autres ne le sont pas.

 

Marc 7:18-19 et Matthieu 15:11-19

 

En Matthieu 15:11, Jésus déclara :

 

« Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme. »

 

Ce texte est souvent cité par ceux qui souhaitent justifier leurs pratiques alimentaires, ainsi que par ceux qui s’adonnent à la consommation de boissons alcoolisées. Avant qu’un homme ne soit ivre, il doit d’abord boire des boissons alcoolisées. L'ingestion d’alcool ne le rend pas impur en soit comme le texte nous le dit clairement. Cependant, nous lisons aussi ailleurs dans le Nouveau Testament que les ivrognes n’hériteront pas du Royaume de Dieu (voir Galates 5:19-22 et Éphésiens 5:3-6).

 

Il est ainsi facile de comprendre que le désir pour quelque chose de formellement interdit par la Loi est de la convoitise et qu’il s’agit d’une transgression de la Loi divine.

 

L’intention de Dieu a été de magnifier la Loi par l’intention du cœur (Ésaïe 42:21) et c’est ce qu’il a fait (Matthieu 5:21, 22, 27, 28 et 1 Jean 3:15). Toutes les transgressions, que ce soit la transgression du commandement concernant la règle des nourritures purs et impurs ou encore la désobéissance aux Dix Commandements, trouvent leur origine dans le désir du cœur.

 

« Car du dedans, c’est-à-dire, du cœur des hommes, sortent les mauvaises pensées, les adultères, les fornications, les meurtres, Les larcins, la cupidité, les méchancetés, la fraude, l’impudicité, l’œil envieux, la médisance, la fierté, la folie. Tous ces vices sortent du dedans et souillent l’homme » (Marc 7:21-23).

 

Voilà donc quel est le sens clair et sans ambiguïté de ces deux textes des Évangiles.

 

La Vision de Pierre – Livre des Actes 10:9-10

 

Les individus qui mangent des viandes déclarées impures par Dieu cherchent seulement à satisfaire leurs propres appétits charnels, risquant leur propre salut en se nourrissant d’abominations interdites par Dieu.

 

La partie du livre des Actes habituellement citée est la suivante :

 

« Et une voix lui dit: Pierre, lève-toi, tue, et mange. Mais Pierre répondit: Non, Seigneur; car je n’ai jamais rien mangé d’impur ou de souillé. La voix lui dit encore pour la seconde fois: Ne regarde pas comme souillé ce que Dieu a purifié » (Actes 10:13-15).

 

Cet épisode des Actes des Apôtres est advenu au environ de l’an 41, après la mort de Jésus Christ et son élévation dans les nuées célestes. Pierre a été un témoin actif du ministère terrestre de Jésus auprès de la Maison d’Israël. À l’époque où il fait ce rêve, il prêche la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu depuis de nombreuses années et n’a jamais mangé rien qui ne soit déclaré impur.

 

Si Jésus était mort pour rendre pur toutes sortes d'aliments impurs, Pierre l’aurait surement sût. Cependant, le fait qu’il n’ait jamais rien mangé d’impur prouve qu’il n’avait nulle connaissance d’une révocation du commandement concernant les viandes pures et impures. Trois fois, Pierre eut cette vision. Trois hommes, tous trois des Gentils, vinrent à lui, lui demandant de les accompagner à la maison de Cornelius. Pierre les accompagna comme Dieu le lui avait enjoint (Actes 10:16-21). Il était alors contraire à la tradition juive de tenir compagnie et de se rendre chez toute personne étrangère à la nation d’Israël. En Actes 10:28, Pierre affirme :

 

« Vous savez qu’il est défendu à un Juif de se lier avec un étranger, ou d’aller chez lui; mais Dieu m’a appris à ne dire aucun homme [notez bien qu’il ne s’agit pas d’un animal] souillé ou impur. »

 

Ainsi, c’était bien les Gentils, et en aucun cas les viandes déclarées impures, que Dieu avait de cette manière purifiés aux yeux des Juifs.

 

En 2 Corinthiens 6:17, il nous a été demandé de nous séparer de ce qui est impur. Cette épître fut écrite en l’an 60 de notre ère, 19 ans après la vision que reçue Pierre. En Apocalypse 16:13 et 18:2, 55 ans plus tard, on trouve mention faite d’oiseaux impurs et de grenouilles. Il est ainsi facile de constater que la loi du pur et de l’impur n’a pas été abolie mais est toujours en application, et ceci dans le but de nous permettre de distinguer entre ce que Dieu déclara pur et impur. En 2 Corinthiens 7:1-2, nous lisons :

 

« Ayant donc, bien-aimés, de telles promesses, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. Recevez-nous, nous n’avons fait tort à personne; nous n’avons nui à personne; nous n’avons trompé personne. »

 

Pourquoi Dieu créa-t-il les animaux impurs? Dieu les créa à des fins utiles afin d'aider à garder la terre propre. Ces animaux sont majoritairement des charognards ou des animaux se nourrissant de déchets et d’ordures. 

 

« Seigneur, tu es digne de recevoir la gloire, l’honneur, et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent, et ont été créées » (Apocalypse 4:11).

 

Nous trouvons la loi de sanctification mentionnée en Deutéronome 14.

 

« Car tu es un peuple consacré à l’Éternel ton Dieu, et l’Éternel t’a choisi d’entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre, pour que tu lui sois un peuple particulier. Tu ne mangeras aucune chose abominable. »

 

Toute une liste s'en suit, comprenant les animaux purs, mais aussi tous les autres animaux qui furent déclarés impropres à la consommation humaine. Deutéronome 14 nous en offre une liste détaillée. Ainsi, puisque tout ce qui « est sanctifié par la parole de Dieu » est propre à la consommation,le chapitre 4 de la première épitre à Timothée est l’un des chapitres qui prouve avec le plus d’évidence que la distinction entre le pur et l’impur est une distinction qui existe toujours de nos jours.

 

À Corinthe, des images de dieux étaient présentes dans toutes les échoppes de boucher. Ainsi, toute viande vendue dans ces échoppes était tout d’abord sacrifiées aux idoles afin apaiser la colère ou de glorifier des dieux.  Il était donc quasiment impossible d’acheter quoique ce soit dans une échoppe de boucher sans que ce soit une viande tout d’abord offerte aux idoles. Il s'agit de la raison pour laquelle Paul explique aux fidèles à Corinthe ce qu’ils doivent faire dans un cas tel que celui présenté en 1 Corinthiens chapitre 8 et 11. Il leur parle dans ce passage de viandes offertes aux idoles et non pas des viandes déclarées impures et leur déclare ce qu'ils devraient faire en de telles circonstances.

 

La promesse est toujours la même pour ceux qui entendent l’appel de Dieu :

 

« C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et vous séparez, dit le Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur, et je vous recevrai; Et je serai votre Père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur tout-puissant. Ayant donc, bien-aimés, de telles promesses, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu » (2 Corinthiens 6:17-18; 7:1).

 

Qu’a-t-il été ajouté à la Loi sur le Pur et l’Impur?

 

Certains pourraient maintenant faire l’objection suivante : « Nous sommes désormais soumis à une alliance de Grâce, et ce commandement fut donné à Israël sous la direction d’une alliance régit par la Loi ». Cet argument n’a aucun poids réel. Rappelez-vous Romains chapitre 14. Dieu créa les animaux purs et impurs. Ainsi dès le commencement, dès la Création, cette règle fut observée par les enfants de Dieu, les croyants. Noé n’était pas assujetti aux lois données à Israël, pas plus que ne l’était Abraham. Abraham adorait son Dieu dans le cadre de la prêtrise de Melchisédech. Cette prêtrise fut réinstaurée en la personne du Messie, après sa résurrection. Jésus est alors devenu pour toujours un Grand Prêtre à l’image de Melchisédech. Nous vous invitons à lire Hébreux 10:20-23 et 7:15-17. Quand nous venons à Christ, nous devenons cohéritiers de la promesse faite à Abraham (voir Galates 3:29).

 

Hormis, la règle concernant les nourritures purs et impures, nous savons aussi que les apôtres confirmèrent la règle selon laquelle il est interdit de manger du sang. Une controverse avait alors fait jour parmi les premiers chrétiens, certains disciples estimant que la loi de Moïse devait s’appliquer pleinement à tous. Une réunion fut alors organisée à Jérusalem afin de débattre de ce sujet. Paul fut envoyé à Antioche avec le message suivant :

 

« C’est pourquoi j’estime qu’il ne faut point inquiéter ceux des Gentils qui se convertissent à Dieu; Mais leur écrire de s’abstenir des souillures des idoles, de la fornication, des animaux étouffés et du sang. Car depuis plusieurs siècles, il y a dans chaque ville, des gens qui prêchent Moïse dans les synagogues, où on le lit tous les jours de sabbat [...] nous avons appris que quelques personnes venues de chez nous, vous ont troublés par leurs discours, et ébranlent vos âmes, en disant qu'il faut être circoncis et GARDER LA LOI [la loi de Moïse] ; ce que nous NE LEUR AVONS POINT ordonné » (Actes 15:19-21 et 24).  

 

Notez bien en passant que les Gentils étaient amenés ultérieurement à mieux connaître les commandements de Dieu par l’étude des Écritures lors du sabbat dans les synagogues. Pour ce qui est de la circoncision, nous faisons toujours aujourd'hui face à de telles personnes qui voudraient nous voir suivre intégralement la Loi qui fut ajoutée et écrite de la main de Moïse.

 

« A quoi donc sert la loi? Elle a été ajoutée à la promesse à cause des transgressions, jusqu’à la venue de la postérité à qui la promesse avait été faite; et elle fut donnée par le moyen des anges, et par l’entremise d’un médiateur [Moïse] » (Galates 3:19).

 

Prêtons attention à ce qui résulta de cette réunion à Jérusalem : 

 

« Car il a paru bon au Saint-Esprit et à nous, de ne point vous imposer d’autres charges que les nécessaires; Savoir, que vous vous absteniez de ce qui a été sacrifié aux idoles, DU SANG, des animaux étouffés, et de la fornication; desquelles choses vous ferez bien de vous garder. Adieu » (Actes 15:28-29).

 

Les quatre restrictions précitées sont toutes en lien à l’idolâtrie. Les apôtres voulaient s’assurer que les Gentils avaient abandonné les pratiques païennes (ce qui étaient déjà probablement difficile pour eux dans un premier temps), sachant que ses nouveaux convertis allaient apprendre plus au sujet des enseignements bibliques par la suite. On notera par ailleurs que la règle concernant les viandes purs et impurs devait s’appliquer dans le cadre des ordonnances de la prêtrise de Melchisédech. Celles-ci incluent le Baptême, les Dix commandements, l’offrande de la Dime, le Partage du vin et du pain et bien évidemment la règle concernant les viandes purs et impurs .

 

Ainsi, selon les directives des apôtres, nous pouvons ajouter au commandement concernant les nourritures pures et impures, la directive consistant à s’abstenir de sang et/ou des animaux non convenablement vidés de leur sang. Dieu donna à Noé le commandement de S'ABSTENIR DE MANGER DU SANG. Ceci non pas parce que Noé était soumis à la loi de Moïse, mais à cause du caractère sacré du sang.

 

« Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, c’est à dire son sang » (Genèse 9:4).

 

Ce commandement de Dieu perdura sous la prêtrise lévitique et est toujours valide de nos jours. Les commandements de Dieu ne sont jamais arbitraires, mais obéissent toujours à une logique et sont de plus raisonnables.

 

The Church of God - Publishing House - Salem, West Virginia

Share this post

Repost0