Overblog Follow this blog
Administration Create my blog
April 13 2012 6 13 /04 /April /2012 22:06

Bible Truth

 

Unless otherwise noted, all scripture quotations are from the King James Version.

 

While it is true that the church has some weaknesses, it is also true there are some things that make it strong. Let us just mention two of them.

 

THE DOCTRINAL POSITION OF THE CHURCH MAKES IT STRONG.

 

Someone has said, “No church is stronger than its doctrine.” Doctrine is the foundation of the church. Doctrine makes the church stable and durable. Many people object to the preaching of doctrine. They do not like a gospel that demands belief, loyalty and action.

 

Jesus said, “… My doctrine is not mine, but his that sent me. If any man will do his will, he shall know of the doctrine, whether it be of God, or whether I speak of myself” (John 7: 16-17).

 

Then they that gladly received his word were baptized: and the same day there were added unto them about three thousand souls. And they continued stedfastly in the apostles' doctrine and fellowship, and in breaking of bread, and in prayers” (Acts 2:41-42). This was after Peter preached his sermon on the day of Pentecost. They were accused of filling “… Jerusalem with your doctrine …” (Acts 5:28). Peter answered, “…We ought to obey God rather than men” (Acts 5:29).

 

We know that there are false doctrines. Ephesians 4:14 speaks of “every wind of doctrine.”

 

Now the Spirit speaketh expressly, that in the latter times some shall depart from the faith, giving heed to seducing spirits, and doctrines of devils” (I Timothy 4:1).

 

For the time will come when they will not endure sound doctrine; but after their own lusts shall they heap to themselves teachers, having itching ears” (II Timothy 4:3).

 

Be not carried about with divers and strange doctrines ...” (Hebrews 13:9).

 

If there come any unto you, and bring not this doctrine, receive him not into your house, neither bid him God speed” (II John 10).

 

The church must have sound doctrine.

 

If thou put the brethren in remembrance of these things, thou shalt be a good minister of Jesus Christ, nourished up in the words of faith and of good doctrine, whereunto thou hast attained” (I Timothy 4:6).

 

Holding fast the faithful word as he hath been taught, that he may be able by sound doctrine both to exhort and to convince the gainsayers” (Titus 1:9).

 

But speak thou the things which become sound doctrine” (Titus 2:1).

 

THE MORAL STANDARD OF THE CHURCH MAKES IT STRONG.

 

Holiness must be the character of the church. When a person loses his character, his respectability is gone. This is also true of the church. There are negative elements that affect its holiness.

 

And be not drunk with wine, wherein is excess; but be filled with the Spirit” (Ephesians 5:18).

 

Love not the world, neither the things that are in the world, If any man love the world, the love of the Father is not in him” (I John 2:15).

 

And be not conformed to this world: but be ye transformed by the renewing of your mind, that ye may prove what is that good, and acceptable, and perfect, will of God” (Romans 12:2).

 

Wherefore come out from among them, and beye. separate, saith the Lord, and touch not the unclean thing; and I will receive you” (II Corinthians 6:17).

 

The church can be holy.

 

But as he which hath called you is holy, so be ye holy in all manner of conversation; Because it is written, Be ye holy; for I am holy” (I Peter 1:15-16).

 

Follow peace with all men, and holiness, without which no man shall see the Lord” (Hebrews 12:14).

 

Its doctrinal position and its moral standard are only two strengths that made the early church strong. May it be so today.

 

From “The Advocate of Truth”, April 23, 2012.

 

The Church of God - Publishing House - Salem, West Virginia

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in The Advocate of Truth
write a comment
March 10 2012 7 10 /03 /March /2012 18:26

Bible-Truth.jpg

 

Unless otherwise noted, all scripture quotations are from the King James Version.

 

This I saythen, Walk in the Spirit, and ye shall not fulfil the lust of the flesh. For the flesh lusteth against the Spirit, and the Spirit against the flesh: and these are contrary the one to the other: so that ye cannot do the things that ye would . But if ye be led of the Spirit, ye are not under the law. Now the works of the flesh are manifest, which are these; Adultery, fornication, uncleanness, lasciviousness, Idolatry, witchcraft, hatred, variance, emulations, wrath, strife, seditions, heresies, Envyings, murders, drunkenness, revellings, and such like: of the which I tell you before , as I have also told you in time past , that they which do such things shall not inherit the kingdom of God. But the fruit of the Spirit is love, joy, peace, longsuffering, gentleness, goodness, faith, Meekness, temperance: against such there is no law. And they that are Christ's have crucified the flesh with the affections and lusts. If we live in the Spirit, let us also walk in the Spirit. Let us not be desirous of vain glory, provoking one another, envying one another” (Galatians 5:16-26).

 

In the above text there are four related principles: walking in the Spirit, being led of the Spirit, having the fruit of the Spirit, and living in the Spirit. The word “walk” in verse 16 is the Greek term “peripateo” and in Strong’s Concordance it means “to tread all around; i.e. walk at large; fig. to live, deport oneself, follow (as a companion or votary): go, be occupied with, walk (about).” In this definition, then, we can infer at least three of the active principles involved: walking in the Spirit, living in the Spirit, and being led of the Spirit. When this takes place the fruit of the Spirit will follow.

 

One who is led of the Spirit, as is stated above in verse 18, is not under the law. What law is this verse addressing? It certainly involves the law of Moses which much of the book of Galatians speaks about. The law of Moses was a law code made up of over 600 individual laws containing various moral, ceremonial, and sacrificial precepts. After Christ came and died, believers are no longer to be under this law code (see Ephesians 2:15; Colossians 2:14). Galatians 3:10-14 is very adamant about this point. “For as many as are of the works of the law are under the curse: for it is written , Cursed is every one that continueth not in all things which are written in the book of the law to do them. But that no man is justified by the law in the sight of God, it is evident: for, The just shall live by faith. And the law is not of faith: but, The man that doeth them shall live in them. Christ hath redeemed us from the curse of the law, being made a curse for us: for it is written , Cursed is every one that hangeth on a tree: 14 That the blessing of Abraham might come on the Gentiles through Jesus Christ; that we might receive the promise of the Spirit through faith.

 

The book of the law (law of Moses) contained these 600 plus laws, as written by the hand of Moses, and it was placed in the side of the ark of the covenant rather than in the ark itself as were the Ten Commandment tablets (God’s law; see Deuteronomy 31:24-26; 10:1-5). Christ redeemed His followers from the curse of the book of the law when He died on the cross (tree). The reason that this law was a curse was because no one (except Christ, of course) could keep it perfectly. It was not of faith, and a person could not be justified by it since “the just shall live by faith.”

 

The Apostle Paul had to withstand (stop) the Apostle Peter for giving some credence to the law of Moses. It was unlawful for a Jew to keep company with a Gentile (see Acts 10:28) until God gave Peter the vision of the sheet containing the animals. Peter, however, did separate himself from Gentiles. “Butwhen Peter was come to Antioch, I withstood him to the face, because he was to be blamed. For before that certain came from James, he did eat with the Gentiles: but when they were come , he withdrew and separated himself, fearing them which were of the circumcision” (Galatians 2:11-12).

 

It also appears that Peter was advocating that the Gentiles live according to Jewish beliefs. “But when I saw that they walked not uprightly according to the truth of the gospel, I said unto Peter before them all, If thou, being a Jew, livest after the manner of Gentiles, and not as do the Jews, why compellest thou the Gentiles to live as do the Jews? We who are Jews by nature, and not sinners of the Gentiles, Knowing that a man is not justified by the works of the law, but by the faith of Jesus Christ, even we have believed in Jesus Christ, that we might be justified by the faith of Christ, and not by the works of the law: for by the works of the law shall no flesh be justified” (Galatians 2:14-16).

 

Paul even had to rebuke the church in Galatia for trying to live by the works of the law. “O foolish Galatians, who hath bewitched you, that ye should not obey the truth, before whose eyes Jesus Christ hath been evidently set forth, crucified among you? This only would I learn of you, Received ye the Spirit by the works of the law, or by the hearing of faith?” (Galatians 3:1-2). Notice this next point that Paul makes to the Galatian brethren. He equates doing the works of the law to being in the flesh (compare verses 2 and 3). Living by the works of the law (being in the flesh), therefore, is in opposition to the Spirit.

 

What was the purpose of the book of the law which was placed in the side of the ark? Galatians 3:19, 24-25 gives us the answer. “Wherefore then serveth the law? It was added because of transgressions, till the seed should come to whom the promise was made ; and it was ordained by angels in the hand of a mediator … Wherefore the law was our schoolmaster to bring us unto Christ, that we might be justified by faith. But after that faith is come , we are no longer under a schoolmaster.” (Please also read Galatians 4:1-7).

 

At this point someone might be asking that since the book of the law contained moral laws, even principles of the Ten Commandments, didn’t these Commandments cease when the other commandments were abolished at Christ’s death? This is where many become confused. The book of the law did, indeed, contain many moral laws. Even the Sabbath is commanded in it. However, we don’t keep the Sabbath in the manner stated in the book of the law. The priests, for instance, offered sacrifices on the Sabbath day (see Numbers 28:9-10). We keep the Sabbath according to the Ten Commandments written on stone (actually these Commandments are to be written upon our hearts) and according to Christ’s instructions (see, for instance, Matthew 12:1-12; Mark 2:27-28). We know that when the Mosaic law was abolished at Christ’s death, the Ten Commandments as spoken by God, and the teachings of Christ still remained.

 

We mentioned earlier that doing the works of the law equates to being in the flesh (see again Galatians 3:2-3). This is because the person doing the works of the law is trying to be justified by his or her own efforts. Now, notice again what Galatians 5:19-21 reads: “Now the works of the flesh are manifest, which are these; Adultery, fornication, uncleanness, lasciviousness, Idolatry, witchcraft, hatred, variance, emulations, wrath, strife, seditions, heresies, Envyings, murders, drunkenness, revellings, and such like: of the which I tell you before, as I have also told you in time past, that they which do such things shall not inherit the kingdom of God.” Breaking God’s law, therefore, is also being in the flesh. When a person tries to live life on his or her own terms, the result is always one of failure. No matter how much one tries to be righteous, the opposite will always occur. God’s standard of righteousness--the holy Ten Commandment Law--is inevitably transgressed.

 

Let us examine more of what the Bible has to say about living in the flesh. Living in the flesh, basically, is disregarding God’s standard of righteousness. This righteousness can only be attained when the Holy Spirit indwells a person. If the Spirit does not reside within someone, then that person automatically is living in the flesh and is under the penalty of death. Living in the flesh may come under two related categories: disregarding God’s righteousness by living a life of sin, and disregarding His righteousness by trying to be justified by works. In either case God’s standard of righteousness is being disregarded, and the person or persons involved come under the death penalty.

 

These next passages of Scripture will bear out what I have been discussing. Romans 8:5-8, 12 reads: “For they that are after the flesh do mind the things of the flesh; but they that are after the Spirit the things of the Spirit. For to be carnally minded is death; but to be spiritually minded is life and peace. Because the carnal mind is enmity against God: for it is not subject to the law of God, neither indeed can be. So then they that are in the flesh cannot please God … Therefore, brethren, we are debtors, not to the flesh, to live after the flesh.” In this text we can see that we owe God a debt which is to not live after the flesh.

 

In Romans 4:4 we read that the person who tries to be justified by works is also under a debt. “Now to him that worketh is the reward not reckoned of grace, but of debt.” This situation places the person outside of God’s grace. The Apostle Paul continues this thought in Galatians 5:2-4. “Behold, I Paul say unto you, that if ye be circumcised, Christ shall profit you nothing. For I testify again to every man that is circumcised, that he is a debtor to do the whole law. Christ is become of no effect unto you, whosoever of you are justified by the law; ye are fallen from grace.”

 

Another term for living in the flesh is being carnal. Paul wrote to the Corinthians: “For ye are yet carnal: for whereas there is among you envying, and strife, and divisions, are ye not carnal, and walk as men?” (I Corinthians 3:3). Peter wrote against a carnal group of people in II Peter 2:10: “But chiefly them that walk after the flesh in the lust of uncleanness, and despise government. Presumptuous are they, selfwilled, they are not afraid to speak evil of dignities.”

 

The answer to not living in the flesh is given by Paul in his letter to the Colossians, chapter 3. “Mortify therefore your members which are upon the earth; fornication, uncleanness, inordinate affection, evil concupiscence, and covetousness, which is idolatry: For which things' sake the wrath of God cometh on the children of disobedience: In the which ye also walked some time, when ye lived in them. But now ye also put off all these; anger, wrath, malice, blasphemy, filthy communication out of your mouth. Lie not one to another, seeing that ye have put off the old man with his deeds” (Colossians 3:5-9). “Mortify” means to put to death. This can only be done through the work of the Holy Spirit.

 

Furthermore, the law does not condemn a person who walks after the Spirit. We see this from Romans 8:1-2: “There is therefore now no condemnation to them which are in Christ Jesus, who walk not after the flesh, but after the Spirit. For the law of the Spirit of life in Christ Jesus hath made me free from the law of sin and death.” Notice that there are two other laws mentioned in these verses: “the law of the Spirit of life” and “the law of sin and death”. Being in the flesh places one under the law of sin and death. Walking after the Spirit places one under the law of the Spirit of life.

 

Our emphasis so far of not being justified by the works of the law has been about the law of Moses. Let us now discuss more of the Ten Commandments (God’s law). Though only Christ can give us salvation, the Ten Commandments are still a part of the covenant between God and His people (see, for instance, Deuteronomy 4:13). After the Lord spoke these Ten Commandments, we find in Deuteronomy 5:22: “These words the LORD spake unto all your assembly in the mount out of the midst of the fire, of the cloud, and of the thick darkness, with a great voice: and he added no more. And he wrote them in two tables of stone, and delivered them unto me.” Notice that He “added no more” to these commandments. But because of the peoples’ transgressions, as we have seen, the LORD gave them the book of the law (see, again, Galatians 3:19).

 

Notice, too, that the Ten Commandment law does not contain within its writing a specific penalty for breaking these commandments (see Exodus 20:1-17; Deuteronomy 5:6-21). The LORD does, however, state in these commandments, “visiting the iniquity of the fathers upon the children” and “the LORD will not hold him guiltless” (see Exodus 20:5, 7). The book of the law does contain the death penalty for sins committed. Exodus 21:12 states: “He that smiteth a man, so that he die, shall be surely put to death.” This passage in the book of the law is referring back to the sixth commandment (God’s law) which is about not committing murder. We know that a murderer is under the death penalty, both by man and by the Lord. Therefore, when one is living in the flesh (either by works of the law or by disobedience to God’s law) that person becomes a debtor. Not only does the ensuing death penalty occur, but John wrote that this individual does not have eternal life (see John 3:15).

 

We have seen that one who is led of the Spirit is not under the law, and that there is no condemnation for the one who walks after the Spirit. Does this mean that one can wilfully transgress the Ten Commandments (God’s law) and get away with it? Absolutely not! Transgressing God’s law, the basis for His covenant, places one in the category of living in the flesh, and thus he or she is under the death penalty once again. The Ten Commandments actually define what sin is (see I John 3:4). Romans 3:20 tells us: “for by the law is the knowledge of sin.” James 2:11 reads, “For he that said, Do not commit adultery, said also, Do not kill. Now if thou commit no adultery, yet if thou kill, thou art become a transgressor of the law.”

 

Let us now spend some time observing what being in the Spirit is about. “Butye are not in the flesh, but in the Spirit, if so be that the Spirit of God dwell in you. Now if any man have not the Spirit of Christ, he is none of his. And if Christ be in you, the body is dead because of sin; but the Spirit is life because of righteousness. But if the Spirit of him that raised up Jesus from the dead dwell in you, he that raised up Christ from the dead shall also quicken your mortal bodies by his Spirit that dwelleth in you” (Romans 8:9-11).

 

Verses 14-17 further informs us: “For as many as are led by the Spirit of God, they are the sons of God. For ye have not received the spirit of bondage again to fear; but ye have received the Spirit of adoption, whereby we cry, Abba, Father. The Spirit itself beareth witness with our spirit, that we are the children of God: And if children, then heirs; heirs of God, and joint-heirs with Christ; if so be that we suffer with him, that we may be also glorified together.” What a wonderful blessing--being adopted children of God, as well as being heirs and joint-heirs with Christ. Being joint-heirs means that He will share with us some of what God has given to Him as the only begotten Son of God.

 

The Scriptures commands one to be filled with the Spirit. “And be not drunk with wine, wherein is excess; but be filled with the Spirit” (Ephesians 5:18). This is the secret to the believer’s success. Being filled with the Spirit, however, is not a one-time event. It appears that one needs to be continually filled. Why is this? When one repents of his or her sins, is baptized in Jesus’ name, and has had hands laid on to receive the Spirit, this is just the beginning of the believer’s walk. This person now has the fruit of the Spirit, but that fruit needs to be cultivated. If the believer begins to live in the flesh, then he or she is “carnal” (“babes in Christ”, see I Corinthians 3:1-3). This condition causes one to grieve the Holy Spirit. Ephesians 4:30 admonishes us: “And grieve not the holy Spirit of God, whereby ye are sealed unto the day of redemption.” If this grieving of the Spirit does not stop, then one can actually quench the Spirit (see I Thessalonians 5:19). We do not have to continually have hands laid on us after baptism to be again filled with the Spirit. If we repent of our sinful ways, we can ask the Lord to fill us with His Spirit again (see Luke 11:13).

 

The Lord Jesus is our supreme example of being filled with the Spirit. Luke 4:1 reads: “And Jesus being full of the Holy Ghost returned from Jordan, and was led by the Spirit into the wilderness”. After He was tempted of the devil we find in verse 14, “And Jesus returned in the power of the Spirit into Galilee: and there went out a fame of him through all the region round about.” Jesus was filled with the Spirit and He was in the power of the Spirit. Notice that in verses 18-19, Jesus was then equipped for His ministry. “The Spirit of the Lord is upon me, because he hath anointed me to preach the gospel to the poor; he hath sent me to heal the brokenhearted , to preach deliverance to the captives, and recovering of sight to the blind, to set at liberty them that are bruised , 19 To preach the acceptable year of the Lord.”

 

Walking in the Spirit, then, is walking as Jesus walked. “He that saith he abideth in him ought himself also so to walk, even as he walked” (I John 2:6). It is walking in newness of life; it is walking by faith; it is living in the unity of the Spirit; and it is operating in the diversities of gifts that the Spirit provides (see Romans 6:4; II Corinthians 5:7; Ephesians 4:3; I Corinthians 12:4). When each believer is filled with the Spirit, then the whole body of Christ is also Spirit filled. This is what Christ is desiring--a Spirit filled church. Notice how the church is described in Ephesians 5:27: “That he might present it to himself a glorious church, not having spot, or wrinkle, or any such thing; but that it should be holy and without blemish.”

 

Walking in the Spirit is experiencing Christ’s life within us. This condition will give us such peace and holy power that we will be able to withstand the trials, temptations, and tribulations of life. We will walk in victory and in the end be overcomers. Christ’s promise to the church in Sardis will be ours as well: “Thou hast a few names even in Sardis which have not defiled their garments; and they shall walk with me in white: for they are worthy” (Revelation 3:4).

 

From “The Advocate of Truth”. March 26, 2011.

 

The Church of God - Publishing House - Salem, West Virginia

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in The Advocate of Truth
write a comment
February 18 2012 7 18 /02 /February /2012 15:03

Shabbat-Shalom.jpg

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

[NOTE: Il est important d'examiner Colossiens 2:16-17 dans son contexte. Ceci inclut non seulement les versets environnants du second chapitre de cette épître, mais également l'épître dans son ensemble.]

 

Colossiens 2:16-17 provoque bien plus de controverses et d'incompréhension qu'il ne le devrait. Voici ce qui y affirme Paul au verset 16 : « Que personne donc ne vous condamne au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'un jour de fête, ou de nouvelle lune, ou de sabbats ». Le verbe « condamner » est traduit du verbe grec krino, qui signifie décréter, juger, régenter, gouverner ou prononcer un jugement. La version Darby offre la traduction suivante: « Que personne donc ne vous juge ». Le verset 18 commence ainsi: « Que personne ne vous ravisse le prix ».

 

Avant que nous n’identifiions la question et le problème que l'on retrouve aux versets 16 et 17, prenons d'abord note des versets 20 et 21. Ces deux derniers nous aiderons en effet à clarifier les versets qui nous concernent. Aux versets 20 et 21, les Colossiens sont mis en garde contre des réglementations leur imposant de ne pas manger, de ne pas goûter et ne pas toucher. Ces réglementations sont en effet des préceptes humains ayant une « apparence de sagesse » en termes de pratiques ascétiques (« humilité » et « austérité du corps »), mais qui en réalité « n'ont aucune valeur pour l'insolence de la chair » (verset 23, Bible de Jérusalem). Ces réglementations, par lesquels Paul recommande les Colossiens de laisser nul ne les juger, ne trouvent pas leur origine dans les commandements de Dieu tels qu'ils sont énoncés dans les Écritures. Il représente plutôt une distorsion humaine des commandements divins, certainement le résultat d'un mélange de judaïsme et d’éléments propre aux développements gnostiques du premier siècle.

 

Comme l'affirme Edward Loshe dans son commentaire sur Colossiens et Philémon:  

 

« Néanmoins, dans le contexte de Colossiens, le commandement de célébrer les fêtes hébraïques, la nouvelle lune et le sabbat n'est pas basé sur la Torah, par laquelle Israël a reçu le sabbat comme signe de son élection parmi les nations. Il s'agit plutôt de jours sacrés qui doivent être célébré en l’honneur des « éléments du monde (2:8, version Martin 1744) » dirigeant la course des étoiles et demandant donc l'observance minutieuse d'un calendrier bien précis. »

 

Attardons-nous maintenant sur le verset 16: Il y a trois manières dont y est généralement expliqué le « sujet du manger ou du boire ». Il est estimé qu'il peut s'agir dans ce verset: 1) d’offrandes d'aliments et de boissons; 2) des lois alimentaires sur le pur et l'impur; 3) de pratiques ascétiques d'inspiration gnostique. C'est à ces dernières que s'intéresse Paul.

 

Reformulons le problème tel qu’il se trouve au verset 16. Les fidèles en Christ ne devraient pas permettre qu’on leur dicte des règles mesquines concernant leur façon de s'alimenter et d'adorer Dieu. Les pratiques ascétiques, telles qu'elles étaient pratiqués par les esséniens, sont celles auxquelles s’intéresse Paul. Il s’agissait de pratiques ascétiques de renoncement à soi, comme l'abstinence d'aliments et de boissons en certains jours, lors de jours de fête du calendrier hébreux, lors de nouvelles lunes, ou encore lors de sabbats hebdomadaires.

 

Ce ne sont pas les aliments et les boissons sacrificiels qui sont la préoccupation de ce passage. L'idée d'offrande ou de sacrifice n'apparaît nulle part dans le texte. Le mot grec pour aliment y est en fait brosis. Le terme brosis a trait à l'alimentation en général. Il s'agit du même terme utilisé en Matthieu 6:19-20 et traduit alors par « rouille ». Il désigne l'action de manger en général, ayant même le sens élargi de « corrosion ». Le problème est bien ici l'idée de se nourrir en contraste à la pratique du jeûne comme forme de renoncement à soi.

 

Certains ne partageront probablement pas cette opinion, objectant qu'il s'agit plus probablement d'aliments et de boissons offertes lors des jours de fêtes également mentionnés au verset 16. Le texte ne nous permet cependant pas ce genre d'interprétation, puisque les termes utilisés sont littéralement ceux du « manger ou du boire, OU au sujet des jours de fêtes. » Encore une fois, remarquons bien que le terme « d'offrande » n'apparaît pas, alors que Paul aurait pu facilement l'utiliser, et l'aurait certainement utilisé, si cela avait été son intention. Les offrandes d'aliments et de boissons ne sont pas une forme de manger ou de boire, mais des formes de sacrifice. Les offrandes d'aliments sont par ailleurs des offrandes à base de graines (voir Lévitique chapitre 2), et non pas des sacrifices d'animaux.

 

Il est également tout à fait improbable que les aliments et les boissons dont il est fait mention dans ce passage aient quoique ce soit à voir avec les viandes pures et impures, ne serait-ce qu'à cause de l'idée « du boire ». Quelles restrictions alimentaires existe-t-il dans la Torah concernant les boissons? La réponse est évidemment aucune.

 

Sur la base de la plénitude du Christ ayant effacé l'acte rapportant les péchés des croyants (« cédule de notre dette », verset 14. Bible de Jérusalem), Paul affirme que les croyants en Christ ne devraient pas se soumettre aux condamnations de ceux voulant les obliger à des pratiques ascétiques concernant le manger ou le boire, ou en lien avec l'observance rituel de fêtes, de nouvelles lunes ou de sabbats hebdomadaires.

 

Comment pouvons-nous être certains que c’est bien ce problème auquel fait  référence Paul au verset 16? Tout d'abord, la question qui intéresse Paul n'a rien à voir avec les jours observés, mais plutôt avec la manière dont ils le sont. Une fois encore, ce qui préoccupe Paul est ici les pratiques ascétiques et les observances rituelles, distorsions des enseignements apostoliques. Paul affirme aux Colossiens qu’ en adoptant comme essentielles les pratiques rituelles ou ascétiques que certains voudraient leur imposer, les croyants de Colosse témoignerait n’avoir rien compris de la réalité qui en Christ, réalité les libérant de la nécessité à avoir à accomplir des œuvres humaines afin d'accéder à la vie éternelle (voir Colossiens 2:8-10).

 

Si nous comprenons que le problème n'est pas ici l’observance de certains jours, mais la manière et la raison pour laquelle ces jours sont observés, alors cela n'a aucune importance que soit mentionné dans ce passage les sabbats hebdomadaires, comme c’est effectivement le cas. [Le terme « sabbats » ne fait pas référence aux jours de sabbat annuellement célébrer dans le cadre de la loi lévitique. En effet, l'ordre dans lequel il est parlé de « jour de fête, ou de nouvelle lune, ou de sabbats » indique qu'il s'agit des observances annuelles, mensuelles et hebdomadaires, et donc des sabbats hebdomadaires (voir Osée 2:11 et Ézéchiel 45:17). De plus, l'usage par Paul du terme « jour de fête » désigne également les sabbats annuels. Si l’expression « ou de sabbats » devait faire référence aux sabbats annuels, ce serait une répétition inutile.]

 

Qu'en est-il maintenant du verset 17? Ne s'agit-il pas d'une affirmation invalidant la pratique de tous ces jours quel qu’ils soient, puisqu'il est écrit qu’ils étaient « l'ombre des choses qui devaient venir » ?  Il s'agit d'une bonne remarque. Nous devons en effet comprendre de quoi parle le verset 17. « Lombre des choses qui devaient venir » est en contraste absolu avec le « corps » ou « réalité » qui se trouve en Christ. Le mot grec traduit ici par « ombre » est skia, qui est l'opposé de « corps » (soma en grec). L'ombre désigne une « silhouette sombre, plus ou moins déformée, que projette sur une surface un corps qui intercepte la lumière » (Larousse). 

 

Maintenant que nous avons défini ce qu'est une ombre, regardons ce que Paul déclare être un ombre ou une silhouette. De nouveau, il nous faut nous concentrer sur le problème ici discuté, celui des fausses pratiques imposées aux Colossiens au sujet des fêtes, des nouvelles lunes et des jours de sabbat. Ces jours en eux-mêmes ne représenteraient rien s'il n'avait été choisi par Dieu à des fins particulières. Il ne serait alors que des jours parmi d’autres, comme il y en a durant la semaine, durant le mois ou durant l'année. Les évènements accompagnant ces jours et leur observance les rendent particuliers et les distinguent des autres jours du calendrier.

 

Ainsi, les pratiques ascétiques de renoncement à soi que certains tentaient d'imposer aux Colossiens afin de d’être justifié aux yeux de Dieu, ne pouvait se comparer à la réalité se trouvant en Christ. Ces pratiques ne pouvaient être au mieux qu'une ombre ou qu’une silhouette de la réalité de la vie en Christ.

 

En conséquence, la PRATIQUE superstitieuse de ces règlementations (renoncement à soi, etc.) ne pouvait pas rapprocher les Colossiens de Dieu. Paul affirme que ces pratiques ne sont d'aucune valeur pour ce qui est du salut ou du mérite. La réalité est que le salut s'obtient au travers du Christ; l'observance de jours (ou de rites quelconques) ne peut donc nous rapprocher davantage de Dieu. Le sens de ces jours ne se révèle que par la reconnaissance du Christ comme seule voie d'accès à une vie juste. Paul critique toutes pratiques pour lesquels les œuvres seraient une manière d'être justifié. La justification s’obtient seulement par la foi en Christ. Il s’agit de l'un des grands principes de l'Évangile.

 

Comment cette interprétation de Colossiens 2 :16-17 affecte-t-elle notre pratique du sabbat aujourd'hui? Lorsque nous comprenons que Paul adresse le problème de perversions gnostiques de l'Evangile en lien avec des jours réservés au « culte des anges » (verset 18), nous constatons que la question de savoir si les chrétiens devraient ou non gardé le sabbat n'est même pas discuté dans ce passage. Le problème n'est pas de savoir si ces jours devraient ou non être observés, mais plutôt la façon et la raison pour lesquels ses jours étaient observés. La validité de l'observance du sabbat se décide à partir d'autres textes. Colossiens 2:16 n'est pas en lui-même un facteur déterminant.

 

La condamnation par Paul d'opinions hérétiques concernant le sabbat, n'est pas une condamnation en soit de l’observance du sabbat, pas plus que la condamnation d'opinions hérétiques concernant le manger et le boire ne condamne tous les aliments, toutes les boissons ou ne condamne la pratique du jeûne en général. C'est seulement lorsque l'observance du sabbat est lié à des règlementations humaines en termes d'ascétisme, de culte des anges, de justification par les œuvres, ou de distorsion du judaïsme qu'elle devient inacceptable.

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Sabbath-Sabbat
write a comment
January 1 2012 1 01 /01 /January /2012 17:02

Hebrew Yahveh

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

1. Qu’est-ce que la vie éternelle?

 

« Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17:3).

 

2. Pourquoi ?

 

Car Yeshua, le Messie, est la parole [logos] faite chair (Jean 1:14).

 

3. Qu’est-ce que la Parole ?

 

« Le semeur sème la Parole [logos] » (Marc 4:14).

 

« La semence, c'est la parole [logos] de Dieu » (Luc 8:11).

 

4. Quel en est le résultat ?

 

« afin que s'accomplît la parole [logos] qu'Esaïe, le prophète, a prononcée » (Jean 12:38).

 

5. Qu’advint-il ?

 

Ainsi « La parole [logos] de Dieu se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup à Jérusalem, et une grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi » (Actes 6:7).

 

6. La Parole peut-elle signifier autre chose ?

 

Au travers de Yeshua, la promesse, la parole [logos] donnée à Abraham s’est accomplie. 

 

« Voici, en effet, la parole [logos] de la promesse : Je reviendrai à cette même époque, et Sara aura un fils » (Romains 9:9)

7. Est-ce la Parole [logos] de Dieu qui fut donnée à Israël ?

 

En effet, « Ce n'est point à dire que la parole [logos] de Dieu soit restée sans effet. Car tous ceux qui descendent d'Israël ne sont pas Israël, et, pour être la postérité d'Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants; mais il est dit: En Isaac sera nommée pour toi une postérité, c'est-à-dire que ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont regardés comme la postérité » (Romains 9 :6-8).


8. La Parole est la promesse de Dieu.

 

Ainsi, nous apprenons que la « parole » [logos], n’est pas Dieu, mais plutôt l’expression de la promesse de Dieu faite à l’humanité. L’apôtre Jean a donc pu écrire : « Au commencement était la parole [logos], et la parole [logos] était avec Dieu, et la parole [logos] était Dieu » (Jean 1:1). Cette promesse se réalisa lorsque naquit Yeshua, le Messie d’Israël (Jean 1 :14).

 

9. Que pouvons-nous faire ?

 

Comme les juifs de Bérée, recevons cette « parole [logos] avec beaucoup d’empressement, » et examinons « chaque jour les Ecritures, » pour voir si ce qu'on nous dit est exact (Actes 17:11).

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Trinité -Trinity
write a comment
December 27 2011 3 27 /12 /December /2011 22:04

tora levitique

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

Dans sa première lettre à Timothée, Paul le met en garde contre les « doctrines de démons » interdisant le mariage et contraignant à s'abstenir de certains aliments.

 

« L'Esprit dit expressément que dans les derniers temps quelques-uns se détourneront de la foi, s'attachant à des esprits séducteurs, et à des doctrines de démons; Par l'hypocrisie de faux docteurs, dont la conscience sera cautérisée, Défendant de se marier, commandant de s'abstenir d'aliments que Dieu a créés, afin que les fidèles et ceux qui ont connu la vérité, en usent avec actions de grâces. Car tout ce que Dieu a créé, est bon, et rien n'est à rejeter, quand on en use avec actions de grâces; Parce que cela est sanctifié par la parole de Dieu et la prière » (1 Timothée 4:1-5).

 

Certains ont interprété ce passage de manière erronée, estimant qu’il signifie que les règles diététiques de la Torah sont des « doctrines de démons ». Cette interprétation est impossible pour un certain nombre de raisons. Tout d'abord, ce serait un blasphème que de croire que les commandements de Dieu puissent être des doctrines de démons. Paul lui-même observait la Torah, dont Lévitique 11. De plus, nulle part dans la Torah le mariage n'est prohibé. Au contraire, Dieu appelle l'être humain à croître, à multiplier et à remplir la terre. D'autres ont cru que ce passage signifiait qu'aussi longtemps que des viandes impures étaient mangées « avec actions de grâce » et avec « prière » alors ces viandes étaient sanctifiées par la parole de Dieu et il devenait acceptable de les consommer. Ceci aussi est une interprétation erronée de ce qu'écrivit Paul. Découvrons ce que sont réellement ces doctrines de démons.

 

Gnosticisme et Ascétisme

 

Il n'y a nulle prohibition du mariage dans la Torah. De fait, le judaïsme traditionnel considère le mariage comme une obligation. Dans le judaïsme, les relations sexuelles dans le cadre du mariage sont non seulement permises, mais elles sont aussi encouragées. Ainsi, il est tout à fait incorrect de croire que les « doctrines de démons » auxquels Paul fait référence en 1Timothée 4 aient quoi que ce soit à voir avec les enseignements juifs traditionnels en matière de mariage et de nourriture. À l’opposé, les premiers gnostiques enseignaient l'abstinence de relations sexuelles, de mariage et de certains aliments. Qu'est-ce que le gnosticisme? Le gnosticisme est une perversion du judaïsme (et par la suite de ce qui devint le christianisme) que les apôtres eurent à affronter et à réfuter. Parmi les nombreux et bizarres enseignements gnostiques, certains adhérents croyaient que le monde physique était intrinsèquement mauvais, et que le corps était une prison pour l'esprit. Seulement par le rejet du monde physique et de ses plaisirs, l'esprit pouvait être libéré et prendre son envol. Les gnostiques prêchaient une vision dualistique de l’univers dans lequel le monde spirituel était bon et le monde physique était mauvais. Certains groupes gnostiques pratiquaient un ascétisme extrême. Leurs adhérents renonçaient au sexe, à l'alcool et se soumettaient souvent à de longs jeunes et à des diètes rigides afin d'affaiblir leurs corps pour que leurs esprits puissent en être libérés. Ils croyaient que le secret d'un esprit libre était une connaissance secrète (gnosis) résultant d'une révélation divine, habituellement par le biais de visions et de rencontres avec des anges. Cette hérésie gnostique bien spécifique est celle que condamne Paul en 1 Timothée et en Colossiens.       

 

Tout ce que Dieu a crée est bon

 

Dans sa première lettre à Timothée, Paul utilise Genèse 1:31 afin de réfuter les enseignements gnostiques. Alors que les gnostiques enseignaient que certains aliments étaient intrinsèquement mauvais puisque faisant partie du monde physique, Paul nous fait remarquer que la Torah affirme que « tout ce que Dieu a crée, est bon ». En effet, en Genèse 1:31 nous lisons « Et Dieu vit tout ce qu'il avait fait, et voici, c'était très bon ». Cette bonté de l’œuvre de Dieu est manifeste par les relations sexuelles et les aliments, qui tous deux furent créer afin que nous en jouissions.

 

Paul, bien sûr, n'affirme pas que nous sommes libres de céder à la tentation et de manger de tout et de n'importe quels aliments ou que tous types de relations sexuelles sont acceptables. Bien au contraire, il affirme que toute nourriture permise ou toute relation sexuelle acceptable devrait être « sanctifié par la parole de Dieu et la prière ». Sanctifié, cela signifie mis à part. En effet, dans la Torah (la parole de Dieu) il a été « mis à part » certains aliments comme étant permis (Lévitique 11) et certaines relations sexuelles comme étant acceptables (Lévitique 18), les différenciant de ceux/celles qui ne sont pas autorisées. Le mariage et les aliments sont tous deux sanctifiés par les commandements de Dieu qui en permet certains et en interdit d'autres. De plus, selon la tradition juive, le mariage et la nourriture sont tous deux institués sous le couvert de la prière et de l'action de grâce, étant des bénédictions divines. Ainsi, Paul peut écrire : « rien n'est à rejeter, quand on en use avec actions de grâces; Parce que cela est sanctifié par la parole de Dieu et la prière » (1 Timothée 4:5).

 

Nous ne devrions pas rejeter ce que Dieu créa bon et acceptable, puis nous donna pour que nous en jouissions. Nous ne devrions pas également croire que tout ce que Dieu créa nous est permis. Les commandements de Dieu affirment bien qu'une relation intime avec l'épouse de notre voisin est inacceptable, et que nous ne devrions pas manger de chien.

 

Religion d'êtres humains

 

Paul qualifie le gnosticisme, non pas les lois du pur et de l'impur, de doctrine de démons. De la même manière, il s'attaque au gnosticisme dans sa lettre aux Colossiens. La ville de Colosses se trouvait non loin de la province de Galatie, et les croyants à Colosses se trouvèrent confrontés aux mêmes difficultés concernant la circoncision des Gentils (conversion) que l'on retrouvait en Galatie. De plus, les Colossiens semblaient avoir incorporé des éléments de gnosticisme dans leurs pratiques religieuses. Paul les reprend pour cette erreur dans sa lettre aux Colossiens.

 

« Que personne ne vous ravisse le prix par une humilité affectée, et par le culte des anges, s'ingérant dans des choses qu'il n'a point vues, étant témérairement enflé de son sens charnel, et ne s'attachant pas au chef, Duquel tout le corps, joint et étroitement uni au moyen des jointures et des liens, s'accroît d'un accroissement selon Dieu. Si donc vous êtes morts avec Christ, quant aux rudiments du monde, pourquoi vous charge-t-on de ces préceptes, comme si vous viviez encore au monde? En vous disant: Ne mange pas, ne goûte pas, ne touche pas; (Préceptes qui sont tous pernicieux par leurs abus) suivant les ordonnances et les doctrines des hommes, Lesquelles ont, à la vérité, quelque apparence de sagesse dans un culte volontaire, et dans une certaine humilité, et dans une austérité du corps, qui n'a aucun égard à ce qui peut satisfaire la chair » (Colossiens 2:18-23).

 

L'interprétation chrétienne traditionnelle de Colossiens 2:20-21 voudrait nous faire croire que Paul qualifiaient les commandements et les interdits de la Torah de « rudiments du monde » et d’ « ordonnances et [de] doctrines des hommes ». Puisque le début du chapitre fait référence à des sujets propres à la Torah (sabbats, festivals, nouvelles lunes, lois diététiques [Colossiens 2:16]), certains ont assumé que ces rites étaient des « ordonnances et [des] doctrines des hommes », « qui sont tous pernicieux par leurs abus ». C'est une erreur grave. Les « rudiments du monde » sont une référence au paganisme et aux croyances gnostiques, non pas aux commandements de Dieu. Les commandements contenus dans la Torah sont des enseignements reçus de Dieu, non pas des enseignements nés de l’imagination d'êtres humains. Le contexte général de ce passage permet de comprendre que Paul fait référence aux perversions gnostiques des vérités de Dieu, qui se voulaient être une connaissance censément secrète résultant de visions obtenues par des pratiques ascétiques rigoureuses.  

 

Ombres du Messie

 

En Colossiens 2, Paul défend les commandements bibliques en affirmant que « personne donc ne vous condamne au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d'un jour de fête, ou de nouvelle lune, ou de sabbats; C'était l'ombre des choses qui devaient venir, mais le corps en est en Christ » (Colossiens 2:16-17). Concernant les commandements bibliques, Paul nous dit que nous ne devrions pas prêter attention à ceux qui nous jugeraient pour notre observance des commandements de Dieu, car en effet ils annoncent les choses à venir - une ombre portée par le corps du Christ lui-même. Toute ombre à sa forme porteuse d'ombre, et Paul nous apprend que les commandements bibliques sont comme l'ombre du Messie. Ils nous montrent la forme du Messie. Il s'agit des commandements de Dieu et le corps en est en Christ.

 

Nous pouvons par conséquent être certains que Paul ne s'attaque pas aux lois diététiques en Colossiens 2, mais dénonce plutôt un système religieux pervers se basant sur un ascétisme détournant certaines observances de la Torah. Du point de vue de Paul, la vision du monde gnostique dénigrant le monde physique est en désaccord avec la Bible. La Bible déclare : « Et Dieu vit tout ce qu'il avait fait, et voici, c'était très bon » (Genèse 1:31).  

 

Traduit d'après "HOLY COW!" par Hope Egan.    

Repost 0
December 27 2011 3 27 /12 /December /2011 21:57

holycow

 

In his first letter to Timothy, Paul warns him of the “doctrine of demons” that forbids marriage and that commands abstinence from certain foods.

 

But the Spirit explicitly says that in later times some will fall away from the faith, paying attention to deceitful spirits and doctrines of demons, by means of the hypocrisy of liars seared in their own conscience as with a branding iron, men who forbid marriage and advocate abstaining from foods which God has created to be gratefully shared II by those who believe and know the truth. For everything created by God is good, and nothing is to be rejected it is received with gratitude; for it is sanctified by means

of the word of God and prayer” (1 Timothy 4:1-5).

 

Some of us have misunderstood this passage to mean that the Torah dietary laws are a “doctrine of demons.” This is an impossible interpretation for a number of reasons. It is blasphemous to regard the commandments of God as the doctrines of demons. Paul himself observed the Torah, including Leviticus 11.  Furthermore there is no prohibition on marriage in the Torah. Rather, God commands us to be fruitful and multiply. Others have supposed it to mean that so long as unclean meats are eaten “with gratitude” and with prayer, the meat is sanctified by God’s Word and rendered permissible. This, too, is a misunderstanding of the Apostle’s words. Let’s uncover the real doctrine of demons.

 

Gnosticism and Asceticism

 

There is no prohibition on marriage in the Torah. In fact, traditional Judaism regards marriage as obligatory. In Judaism, sexual relations within marriage are not only permissible, they are encouraged. Therefore, it is erroneous to suppose that the “doctrine of demons” Paul refers to in 1 Timothy 4 has anything to do with traditional Jewish teaching on marriage and food. On the other hand, the early Gnostics did teach abstinence from sex, marriage and certain foods. What is Gnosticism? Gnosticism was a troublesome perversion of Judaism (and subsequently Christianity) with which the Apostles were forced to contend and refute. Among Gnosticism’s many strange teachings, some adherents taught that the physical world was intrinsically evil, and that the human body was a cage for the spirit. Only by rejecting the physical world and its delights could the spirit be set free to soar. Gnostics taught the dualistic belief in which the spiritual world is regarded as good and the physical world is regarded as evil. Some branches of Gnosticism manifested in extreme asceticism. Their adherents swore off sex and marriage and often subjected themselves to long fasts and rigid diets in order to weaken their bodies so their spirits could be freed. They believed that the secret to setting the spirit free was the secret knowledge (gnosis) imparted by divine revelation, usually through visions or angelic encounters. It is the heresy of Gnosticism that Paul addresses in 1 Timothy and Colossians.

 

Everything Created by God is Good

 

In his first letter to Timothy, Paul uses Genesis 1:31 to refute the teachings of the Gnostics. Whereas they taught that certain foods were intrinsically bad because they were part of the physical world, Paul points out that the Torah says, “everything created by God is good,” as it says, “God saw all that he had made, and it was very good” (Genesis 1:31). This goodness also applies to foods and to sexual relations, both of which were created to be enjoyed.

 

Paul does not, however, mean to imply that we are free to indulge in every and any food and every and any sexual relationship. Rather, he says that permissible sex and permissible foods are “sanctified by means of the word of God and prayer.” Sanctified means set apart. That is to say, the Torah (God’s Word) has “set apart” permissible foods (Leviticus 11) and permissible sexual relationships (Leviticus 18) by defining them as different from those that are not permissible. Marriage and eating food are both sanctified by God’s commandments permitting certain forms of them, while forbidding other forms. In addition, according to Jewish tradition, marriage and food are both instituted with blessings, i.e., prayers of thanksgiving. This is why Paul says, “nothing is to be rejected if it is received with gratitude; for it is sanctified by means of the word of God and prayer” (1 Timothy 4:5).

 

We should not reject what God has created as good and has given to us to enjoy. But neither should we suppose that everything He has created is permissible. God’s commandments say that intimacy with your neighbor’s spouse is not permissible, nor is eating his dog.

 

Self-Made Religion

 

Paul labels Gnosticism - not the laws of clean and unclean - as a doctrine of demons. Similarly, he writes against Gnosticism in his letter to the Colossians. Colossi was not far from the province of Galatia, and the Colossian believers found themselves dealing with some of the same questions regarding Gentile circumcision (i.e., conversion) with which the Galatian communities struggled. In addition, the Colossians seem to have been incorporating Gnostic beliefs in their observances. Paul corrects this error in his letter to the Colossians:

 

Let no one keep defrauding you of your prize by delighting in self-abasement and the worship of the angels, taking his stand on visions he has seen, inflated without cause by his fleshly mind … If you have died with Messiah to the elementary principles of the world, why, as if you were living in the world, do you submit yourself to decrees, such as, “Do not handle, do not taste, do not touch!” (which all refer to things destined to perish with use) - in accordance with the commandments and teachings of men? These are matters which have, to be sure, the appearance of wisdom in self-made religion and self-abasement and severe treatment of the body, but are of no value against fleshly indulgence” (Colossians 2:18-23).

 

Our traditional Christian interpretation of Colossians 2:20-21 suggests that Paul was calling the Torah’s commands and prohibitions “the elementary principles of the world” and the “commandments and teachings of men.” Because the beginning of the chapter refers to matters of Torah (Sabbaths, festivals, new moons, dietary laws [Colossians 2:16]), we assume that Paul is referring to those rites as “commands and teachings of men” all “destined to perish with use.” This is wrong. “Elementary principles of the world” refers to paganism or Gnostic beliefs, not the commandments of God. Torah commands are teachings of God, not man. The larger context of the passage clarifies that Paul is referring to a Gnostic perversion of God’s truth. It was apparently a supposed secret knowledge imparted by visions that advocated a high level of asceticism.

 

The religious tendencies Paul here describes are “self-made” and based upon the “commandments and teachings of men.” They are “of no value against fleshly indulgence.” The dietary laws of the Bible, on the other hand, are God-given and based on the commandments and teachings of God. Regarding those laws, Paul says, “All scripture is given by inspiration of God, and is profitable for doctrine, for reproof, for correction, for instruction in righteousness” (2 Timothy 3:16).

 

Shadows of Messiah

 

In Colossians 2, Paul defends the biblical laws saying, “Therefore no one is to act as your judge in regard to food or drink or in respect to a festival or a new moon or a Sabbath day - things which are a shadow of what is to come; and the substance belongs to Messiah” (Colossians 2:16-17). Regarding the biblical laws, Paul says that we should pay no heed to those who would judge us regarding our observance of them because they foreshadow things to come - a shadow cast by the substance of Messiah Himself. Every shadow has a shadow-caster, and Paul says that the biblical laws are like the shadow of Messiah. They show the shape of Messiah. They are God’s laws and the substance of them belongs to Messiah.

 

Therefore, we may be certain that Paul is not speaking against the dietary laws in Colossians 2, but against a perverse religious system of asceticism that misapplies some observance of Torah. In Paul’s view, the Gnostic worldview that denigrates the physical world is at variance with the Bible. The Bible declares, “And God saw all that He had made, and behold, it was very good” (Genesis 1:31).

 

An excerpt from “HOLY COW!” by Hope Egan.

Repost 0
December 27 2011 3 27 /12 /December /2011 01:05

tora levitique

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

En Romains 14:14, Paul a-t-il affirmé que les règles diététiques bibliques étaient révoquées lorsqu'il a écrit : « Il n'y a rien de souillé en soi »? En contradiction avec des chapitres entiers des Écritures, enseigne-t-il que l'on peut manger ce qui nous plaît et ignorer les règles diététiques bibliques? Après tout, Paul est convaincu qu' « il n'y a rien de souillé en soi », et ceci à moins qu'une personne n'estime que ce soit souillé.

 

Qu’en serait-il donc si nous devions appliquer cette logique à d'autres commandements de Dieu? Supposons que nous affirmions que « rien n'est idolâtre en soi à moins que nous pensions que ce soit idolâtre », ou, « ce n'est pas de l'adultère à moins que vous pensiez que ce soit de l'adultère » ou « ce n'est pas un meurtre à moins que vous pensiez que ce soit un meurtre ». Ce sont des exemples de toute évidence ridicules. L'idée étant que pas un seul individu - et ceci inclut Paul - ne peut soudainement décider d'annuler ou de changer des commandements bibliques. Paul n'est pas partisan d'une morale subjective. Ainsi, comment peut-il dire qu'« il n'y a rien de souillé en soi »? La réponse à cette question nécessite que l'on s'interroge sur les lois et les scrupules moraux qui sont ceux de l'histoire fascinante du judaïsme du premier siècle.

 

Réprimande à l'encontre de Pierre

 

En examinant la vision de Pierre et de la nappe, en Actes 10, nous apprenons que l'une des mesures de rigueur du judaïsme du premier siècle, consistait en l'interdiction de manger avec des Gentils, que ce soit dans leur maisons ou bien de la nourriture que ceux-ci aurait préparé. Lors d'une étude précédente sur ce sujet, nous avons constaté qu’il n’existe dans la Torah nulle loi qui interdirait à des Juifs de se mêler à des Gentils ou de manger avec des Gentils. Bien qu'il existe des règles interdisant de manger des viandes sacrifiées à des idoles, Dieu n'a jamais interdit à des Juifs d'entrer dans la maison d'un Gentil ou de manger avec un Gentil. Ces règles et ces traditions semblent être le résultat de mesures rabbiniques destinées à protéger les Juifs du danger de la contamination rituelle et de l'assimilation.

 

Une inquiétude certaine existait quant à la possibilité que la nourriture préparée par les Gentils est pu avoir été offerte à une idole. Afin d'éviter cette possibilité, les Juifs traditionalistes ont découragé le partage de repas avec des Gentils, l'entrée dans leurs lieux d'habitation et la consommation de toutes nourritures que ceux-ci auraient pu préparer.

 

Nous avons vu que la vision de la nappe par Pierre avait pour objectif de mettre un terme à cet interdit. Il ne s'agissait pas d'abolir les règles diététiques bibliques, mais de corriger une mesure de rigueur concernant les Gentils. La vision de Pierre avait comme objectif d'aplanir tout obstacle qui aurait pu empêcher Pierre de voyager jusqu'à Césarée, d'entrer dans la maison de Corneille et d'y partager la Bonne Nouvelle.

 

Paul nous rapporte, qu'alors qu'il se trouvait à Antioche, Pierre n'était toujours pas complètement convaincu quant à savoir s'il était permis aux Juifs de manger ou non avec des Gentils. Le récit de cette confrontation de Paul avec Pierre nous est raconté en Galates 2:11-14.

 

« Or, quand Pierre vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu'il méritait d'être repris. Car, avant que quelques personnes fussent venues de la part de Jacques, il mangeait avec les Gentils; mais dès qu'elles furent arrivées, il s'en retira et s'en sépara, craignant ceux de la circoncision. Et avec lui les autres Juifs dissimulèrent aussi, de sorte que Barnabas même fut entraîné par leur dissimulation. Mais, quand je vis qu'ils ne marchaient pas droit, selon la vérité de l'Évangile, je dis à Pierre, en présence de tous: Si toi qui es Juif, tu vis comme les Gentils, et non comme les Juifs, pourquoi obliges-tu les Gentils à judaïser? » (Galates 2:11-14).

 

Les coutumes juives auxquels Paul fait référence lorsqu'il parle de vivre « comme les Juifs », sont les traditions rabbiniques interdisant aux Juifs de manger avec des Gentils. Dans le cadre des premières congrégations se réunissant au domicile de certains croyants et rompant de façon régulière le pain ensemble, de tels scrupules auraient signifié une complète séparation des disciples d'origine juive de ceux d'origine païenne. Pierre vivait « comme les Gentils » dans le sens où il se réunissait avec des Gentils et mangeait avec eux consécutivement à la vision de la nappe en Actes 10. Cependant, et sous l'influence de personnes « venues de la part de Jacques », Pierre reconsidéra apparemment sa position.

 

La question qui est soulevée en Romains 14 est similaire à celle que nous venons d'aborder ci-dessus. Celui qui est faible et qui ne mange que des herbes est très probablement le Juif traditionaliste qui ne mangera pas de viande, ni ne boira de vin (bien que tous deux soient bibliquement acceptable) lorsque ces aliments sont servis à la table d'un Gentil. Celui à la foi forte et qui mange de tout est le Juif qui aura accepté la décision des apôtres déclarant que toute nourriture bibliquement acceptable n'a pas été « souillée » (donc interdite) simplement parce qu'elle fut préparée par des Gentils ou parce qu'elle fut en possession de Gentils.

 

De nos jours encore, les Juifs orthodoxes traditionalistes considèrent que toute nourriture préparé par un Gentils sans supervision juive est impropre à la consommation, et ceci même si bibliquement cette nourriture est acceptable.

 

La nourriture rendue impure par des idoles

 

Il existe réellement une loi biblique qui interdit de consommer de la nourriture qui fut préalablement sacrifiée à une idole. En Exode 34:15 nous lisons : « Garde-toi de traiter alliance avec les habitants du pays, de peur que lorsqu'ils se prostitueront après leurs dieux, et sacrifieront à leurs dieux, quelqu'un ne t'invite, et que tu ne manges de son sacrifice ».

 

Bien que le contexte de cette loi soit clairement une injonction contre les pratiques idolâtres, pour le judaïsme du premier siècle ce verset était compris comme une interdiction de consommer quoique ce soit, nourriture ou boisson, qui ait été offerte à une idole ou souiller par des idoles. Qu'il soit acceptable ou non de manger de la viande qui aurait été au préalable sacrifié à une idole était une source de division pour les disciples au premier siècle. Paul écrit abondamment sur ce sujet dans ses lettres. La réponse est moins évidente que l'on pourrait le croire. Un examen attentif de la situation telle qu'elle se présentait au premier siècle avec appui de sources juives contemporaines, révèle un problème complexe que le lecteur moderne devine à peine et comprend difficilement. En conséquence de cette complexité, ce problème n'est ni très bien compris, ni souvent discuté. Lorsque nous achetons de la viande dans nos supermarchés modernes, nous ne nous posons jamais la question de savoir si la viande en question a été ou non sacrifié à une idole. Cependant du temps des apôtres, il s'agit d'un problème bien réel. La viande que l'on pouvait acheter à Corinthe, à Éphèse ou dans autre ville de résidence de la Diaspora était très probablement constitué des morceaux de premiers choix d'animaux sacrifiés aux idoles le matin même, ou encore des restes d'un rituel festif idolâtre qui avait eu lieu la nuit précédente. La première goutte de toute cuve de vin fait par un viticulteur païen était très certainement consacrée au dieu grec du vin. Selon les standards juifs conventionnel, cette première libation rendait le reste de la cuve impropre à la consommation puisqu’offerte à une idole.

 

Presque tous les débats ou toutes les questions suscités en lien avec la nourriture mangée et la boisson bue par des Gentils résulte de ce souci de se préserver de quoique ce soit qui est pu être sacrifié à des idoles. Puisque ce contexte n'est plus le nôtre aujourd'hui, il est compréhensible que le lecteur moderne interprète ces passages de manière erronée et croit comprendre qu’il s’agit d’un débat concernant les règles diététiques bibliques du pur et de l'impur.

 

Le judaïsme du premier siècle se préoccupait grandement de la question des nourritures sacrifiées aux idoles. Se nourrir d'aliments ou boire des boissons ayant été offertes à des dieux païens était formellement interdit. Même parmi les croyants cette pratique ne fut jamais considérée comme acceptable. Actes 15:20 conseille aux disciples d’origine païenne de s'abstenir des souillures des idoles. En Apocalypse, Jésus reprend deux congrégations pour compromettre la vérité et manger « des choses sacrifiés aux idoles ».

 

La différence entre commun et impur

 

Selon les standards juifs, toute nourriture consacrée à une idole ou faisant partie d'un rituel festif idolâtre était considérée comme « commune ». Le mot grec en est koinos, qui signifie commun, vulgaire ou profane. Cela n'a pas le même sens que de déclarer quelque chose de rituellement impur d'un point de vue biblique. Le mot grec définissant une nourriture comme rituellement et bibliquement impur est akathartos. Il est important de bien comprendre la différence et de savoir distinguer entre ces deux termes grecs.

 

KOINOS: Commun. Lorsque ce terme est utilisé en lien à la loi diététique juive traditionnelle, cela fait référence à des aliments qui seraient purs si l'être humain ou la tradition ne les avaient rendus impropres à la consommation.

 

AKATHARTOS: Impur. Lorsque ce terme est utilisé en lien à la loi diététique juive traditionnelle, cela fait référence aux aliments qui sont considérés comme impurs et sont interdits à la consommation par la Bible.

 

Le mot koinos (commun) ne fait pas référence à l'impureté telle qu'elle est définie dans la Torah. Le mot koinos est réservé à ce qui fut rendu impropre, que ce soit au contact de l'idolâtrie ou des Gentils. Ainsi, en grec’ la viande de porc serait considéré akathartos. Le vin dédié par des libations à une idole serait considéré koinos.

 

Aliments sacrifiés aux idoles

 

Les premiers croyants s'inquiétaient des aliments qui auraient pu être rendus koinos. Bien que certains parmi les croyants corinthiens ait pu penser que les viandes sacrifiés aux idoles pouvait leur être permises, Paul les met en garde contre le fait de manger en connaissance de cause de ces viandes sacrifiées aux idoles. Il les avertit que cela pourrait être une pierre d'achoppement pour des croyants plus faibles spirituellement. Il les met en garde et leur conseille de fuir l'idolâtrie (1 Corinthiens 10:14) et de refuser de se nourrir de tous aliments dont ils savent avec certitude qu'ils ont été offerts à des idoles.

 

D'un autre côté, Paul admet que l'on ne devrait pas être concerné à l'extrême et vouloir déterminer en permanence si la nourriture que l'on retrouve au marché a été sacrifié ou non à des idoles. Il écrit: « Mangez de tout ce qui se vend à la boucherie, sans vous enquérir de rien, à cause de la conscience; Car: La terre est au Seigneur, et tout ce qu'elle contient » (1 Corinthiens 10:25-26 citant Psaume 24:1). Ce que veut dire Paul, c'est que lorsqu'il mange il est essentiellement concerné par l'Éternel et non pas par les idoles. « Et si je mange avec actions de grâces, pourquoi serais-je blâmé pour une chose dont je rends grâces. Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, ou que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu » (1 Corinthiens 10:30-31). En d'autres mots, tant qu'il ne sait pas si ce fut sacrifié à une idole, il assume que ce n'est pas le cas. Au lieu de cela, il mange étant essentiellement concerné par l'Éternel. Il s'agit d'un principe similaire au principe du « Ne demandez pas, n'en parlez pas », une attitude bien différente de la rigidité que l'on retrouve en la matière dans le judaïsme traditionnel.

 

Paul ne va cependant pas jusqu'à autoriser l'ingestion volontaire de viandes sacrifiés aux idoles. Il déconseille aux Corinthiens de manger avec un idolâtre, de la même façon qu'il déconseille aux Éphésiens de prendre part à des pratiques idolâtres. Il rappelle aux Corinthiens que la table des idoles est aussi la table des démons.

 

« Non; mais que ce que les Gentils sacrifient, ils le sacrifient à des démons, et non à Dieu. Or, je ne veux pas que vous ayez communion avec les démons. Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons » (1 Corinthiens 10:20-21).

 

En définitif, l'attitude de Paul vis-à-vis des viandes sacrifiés aux idoles est une attitude de prudence. Il interdit aux croyants de manger intentionnellement des viandes sacrifiés aux idoles, mais il leur conseille de s'abstenir d'être suspicieux à l'extrême, ce qui pourrait les empêcher d'acheter des viandes au marché ou de manger à la table d'incroyants. Il nous rappelle: « un aliment ne nous rend pas agréables à Dieu; car si nous mangeons, nous n'avons rien de plus; et si nous ne mangeons pas, nous n'avons rien de moins » (1 Corinthiens 8:8).

 

Il n'y a rien de souillé en soi?


Paul n’est pas doctrinalement rigide concernant les aliments qui n'auraient que potentiellement été offerts à des idoles. Les éléments les plus conservateurs de la congrégation à Rome considéraient certainement les aliments préparés par les Gentils comme étant koinos (commun) car ces aliments avaient pu potentiellement être souillés par l'idolâtrie. Plutôt que de manger des viandes ou de boire du vin qui aurait pu avoir été associé à des pratiques idolâtres et ainsi rendu koinos, ces conservateurs avaient choisis de s'abstenir de viandes et de vin et de ne manger que des herbes comme le fit Daniel à Babylone. Paul considère que ceci est sujet à débat et laisse chacun en conscience prendre sa propre décision.

 

« L'un croit pouvoir manger de tout; et celui qui est faible, ne mange que des herbes. Que celui qui mange de tout, ne méprise pas celui qui ne mange pas de tout; et que celui qui ne mange pas de tout, ne condamne pas celui qui mange de tout; car Dieu l'a reçu. Qui es-tu, toi qui condamnes le serviteur d'autrui? S'il se tient ferme, ou s'il tombe, c'est à son maître de le juger; mais il sera affermi, car Dieu est puissant pour l'affermir » (Romains 14:2-4).

 

Bien qu'il conseille la tolérance à l'égard de ceux qui insistent à regarder ces viandes et ces boissons comme potentiellement souillées par des idoles et ainsi koinos, il est lui même convaincu que nul aliment n'est koinos. C'est bien ce qu'il dit en Romains 14:14.

 

« Je sais, et je suis persuadé par le Seigneur Jésus, qu'il n'y a rien de souillé [koinos] en soi; néanmoins celui qui croit qu'une chose est souillée [koinos], elle est souillée [koinos] pour lui » (Romains 14:14).

 

Malheureusement, ce passage est presque universellement appliqué et de manière incorrect aux règles concernant les animaux purs et impurs, comme si Paul avait écrit : « il n'y a rien de souillé [akathartos] en soi ». Ce qui n'est pas le cas. Il n'a pas utilisé l'équivalent grec pour impur, mais il a choisi d’utiliser l'équivalent grec pour « commun ». Il y a une différence énorme entre ces deux termes. Sa déclaration selon laquelle « il n'y a rien de souillé en soi » n'a aucun rapport avec les règles alimentaires sur les animaux purs et impurs. Il y est bien plutôt question de déterminer s’il est acceptable ou non de manger un aliment qui aurait potentiellement pu avoir été offert à une idole.

 

Comme il le fit pour Corinthe, il met en garde ses lecteurs de ne pas laisser une interprétation plus libérale concernant le sujet des nourritures potentiellement sacrifié à des idoles être une pierre d'achoppement pour d'autres.

 

« Ne détruis point l'œuvre de Dieu pour un aliment. Il est vrai que toutes choses sont pures, mais il y a du péché pour celui qui donne du scandale en mangeant. Il est convenable de ne point manger de chair, de ne point boire de vin, et de s'abstenir de tout ce qui peut faire broncher ton frère, ou le scandaliser, ou l'affaiblir » (Romains 14:20-21).

 

Notez bien que dans ce passage il mentionne le vin comme étant un aliment sujet à caution. Les règles diététiques bibliques ne parlent jamais de vin qui serait impur. Le vin est un problème koinos, non pas de pur et d'impur. Paul parle assurément du problème des aliments qui auraient été rendus koinos par le contact avec des Gentils ou avec des pratiques idolâtres. Malheureusement, quand des passages comme Romains 14 et 1 Corinthiens chapitre 8 à 10 sont lus hors leur contexte, c’est-à-dire celui du judaïsme du premier siècle, ils sont alors incompris et nombreux sont ceux qui croient y lire que la consommation d'aliments interdits par la Torah est désormais autorisée. Une fois encore, dans les écrits apostoliques, ce sont les traditions humaines et non pas les commandements de Dieu qui se trouvent remis en question.

 

Traduit d'après "HOLY COW!" par Hope Egan.    

Repost 0
December 27 2011 3 27 /12 /December /2011 00:59

holycow

 

Does Paul oust the biblical dietary laws in Romans 14:14 where he says that “nothing is unclean in itself”? In direct contradiction to whole chapters of the Bible, does he teach us that we can eat whatever we want and ignore the biblical dietary laws? After all, he is convinced that “nothing is unclean in itself,” unless a person thinks that it is unclean.

 

But what if we were to apply this logic to God’s other commandments? Suppose we were to say, “Nothing is idolatry unless we think it is idolatry,” or, “It’s not adultery unless you think its adultery or “It’s not murder unless you think it’s murder.” These are obviously ridiculous examples. The point is that no man - not even Paul - can suddenly nullify or alter Bible commands. Paul is not a proponent of subjective morality. So how can he say that “nothing is unclean in itself”? The answer requires us to take a fascinating journey into the laws and scruples of first-century Judaism.

 

Rebuking Peter

 

While examining Peter’s vision of the sheet, we learned that one of the stringencies of first-century Judaism was a prohibition on eating with Gentiles, whether in their homes or from food that was prepared by them. But we saw that the Torah contains no laws forbidding Jews from mingling with or eating with Gentiles. While there are prohibitions against eating of idol sacrifices, God never forbade Jews from entering a Gentile’s home or eating with a Gentile. Again, those laws and traditions seem to have arisen as rabbinic fences to protect Jews from the possibility of ritual contamination or assimilation.

 

One of the concerns stemmed from the likelihood that Gentile food had been offered, in part, to an idol. To avoid that possibility, traditionalist Jews discouraged eating with Gentiles, entering their homes, or eating their food.

 

We saw that Peter’s vision of the sheet was meant to squash these taboos. It was not meant to overturn the biblical dietary laws; it was a correction to the stringencies regarding Gentiles. The vision was meant to remove any reluctance that Peter might have harbored regarding traveling to Caesarea, entering the home of Cornelius, and presenting the Gospel.

 

Paul reports that, while in Antioch, Peter was still not completely settled on the issue of eating with Gentiles. The story of Paul’s confrontation with Peter in Antioch is retold in Galatians 2:11-14.

 

But when Cephas came to Antioch, I opposed him to his face, because he stood condemned. For prior to the coming of certain men from James, he used to eat with the Gentiles; but when they came, he began to withdraw and hold himself aloof, fearing the party of the circumcision. The rest of the Jews joined him in hypocrisy, with the result that even Barnabas was carried away by their hypocrisy. But when I saw that they were not straight forward about the truth of the gospel, I said to Cephas in the presence of all, “If you, being a Jew, live like the Gentiles [i.e., eating with Gentiles] and not like the Jews, how is it that you compel the Gentiles to live like Jews?” (Galatians 2:11-14).

 

The Jewish customs Paul referred to (when he referred to living “like Jews”) were the rabbinic traditions forbidding Jews to eat with Gentiles. In the home-setting of the early congregations, where the breaking of bread was a regular part of meeting and worshipping together, such scruples meant a complete separation between Jewish and Gentile believers. Peter “lived like a Gentile” in as much as he freely fellowshipped with and ate with Gentiles subsequent to his vision in Acts 10. Under the influence of “certain men from James,” however, Peter apparently reconsidered that decision.

 

A similar question of table-fellowship between Jewish and Gentile believers lies behind the vexing questions of Romans 14. The man of weak faith who eats only vegetables is most likely the traditionalist Jew who will not eat meat or wine (though it is biblically fit to eat) from a Gentile table. The man of strong faith who eats everything is the Jew who has accepted the Apostolic ruling that otherwise biblically fit foods are not made “common” (and therefore forbidden) simply because they have been prepared by Gentiles or because they were in the possession of Gentiles.

 

To this day, traditional Orthodox Judaism holds that food prepared by a Gentile without Jewish supervision is not to be regarded as fit for eating, even if it is otherwise biblically fit food.

 

Food Rendered Unclean by Idols

 

There is a real, biblical law that forbids us to partake of food that has been sacrificed to an idol. Exodus 34:15 says, “otherwise you might make a covenant with the inhabitants of the land and they would play the harlot with their gods and sacrifice to their gods, and someone might invite you to eat of his sacrifice.

 

While the context of this law was clearly an injunction against practicing idolatry, in first-century Judaism this verse was also understood as a prohibition on consuming anything, whether food or drink, that had been offered to an idol or “polluted by idols,” Whether or not it was permissible to eat meat that had been sacrificed to idols was a divisive issue among first-century believers. Paul devotes a considerable amount of discussion to this issue in his letters. But the question is less straightforward than we might imagine. A closer examination of the first-century situation, and a comparison with the contemporary Jewish sources, reveals layers of complexity that the modern reader could scarcely guess. This issue is neither well-understood nor often discussed, since it is largely a moot point. When we buy meat from the modern supermarket, we never concern ourselves with whether or not it has been sacrificed to an idol. Yet in the days of the Apostles, this was a real concern. Meat bought in the marketplace of Corinth or Ephesus or any Diaspora city was very likely the prime cuts from a temple sacrifice earlier that morning or leftovers from an idolatrous ritual feast enjoyed the previous night. The first drawing of each vat of wine made by Gentile wine makers was almost certainly poured out to the Greek god of wine. According to conventional Jewish norms, that first libation rendered the rest of the wine in the vat as “offered to an idol” and unfit for consumption.

 

Almost all of the arguments and questions over food and drink and eating with Gentiles arise from the concern around food sacrificed to idols. When removed from that context, the modern reader misinterprets these passages by assuming the argument was over the eating of clean or unclean animals.

 

In first-century Judaism, there was a deep concern with food sacrificed to idols. Partaking of food or drink that had been offered to a pagan god was expressly forbidden. Even among the believers, this was never sanctioned. Acts 15:20 forbids even the Gentile believers from eating things polluted by idols. In the book of Revelation, Jesus rebukes two congregations for compromising on this and eating food sacrificed to idols.

 

The Difference between Common and Unclean

 

In Jewish estimation, any food that had been offered to an idol or as part of an idolatrous feast was regarded as “common.” The Greek word is koinos. It means common, vulgar or profane. This is not the same as saying that it was ritually unclean in the biblical sense. The Greek word for biblically, ritually unclean is akathartos. The Septuagint, the Greek version of the Hebrew Scriptures, translates ritual uncleanness as akathartos. It is critical that we understand the difference between these two Greek words.

 

KOINOS: Common. When used in reference to traditional Jewish dietary law, it refers to otherwise biblically fit food that man or tradition has rendered unfit for consumption.

 

AKATHARTOS: Unclean. When used in reference to Jewish dietary law, it refers to the meats that the Bible has declared unclean and forbidden.

 

The word koinos (common) does not refer to impurity as defined by the Torah, The word koinos is reserved to apply to things made unfit through contact with idolatry or with Gentiles. Therefore, in Greek, pork would be akathartos. Wine poured out to an idol would be koinos.

 

Food Sacrificed to Idols

 

The believers did have concerns about food being rendered koinos. Though some among the Corinthian believers thought that meat sacrificed to idols should be permissible to them, Paul sternly warns them against knowingly eating food sacrificed to idols. He warns them that to do so would create a stumbling block for weaker brothers. He warns them to “flee from idolatry,” (1 Corinthians 10:14) and to refuse to eat any food that was certainly offered to an idol.

 

On the other hand, Paul concedes that one need not be overly concerned about whether food in the meat market was sacrificed to idols or not. He says, “Eat anything that is sold in the meat market without asking questions for conscience’ sake; ‘for the Earth is the LORD’s, and all it contains” (1 Corinthians 10:25-26 quoting Psalm 24: 1). Paul’s point is that he eats unto the Lord, not unto an idol. “If I partake with thankfulness, why am I slandered concerning that for which I give thanks? Whether, then, you eat or drink or whatever you do, do all to the glory of God” (1 Corinthians 10:30-31). In other words, as long as he does not know that it was offered to an idol, he assumes it was not. Instead he eats it unto the Lord. It is akin to a “Don’t ask, don’t tell” policy, quite the opposite of the stringent rigidity that traditional Judaism prescribed for the matter.

 

Yet Paul does not go so far as to sanction intentional eating of meat sacrificed to idols, He warns the Corinthians not to eat with an idolater, so too he warns the Ephesians not to partake with idolaters. He reminds the Corinthians that the table of idols is the table of demons.

 

No, but I say that the things which the Gentiles sacrifice, they sacrifice to demons and not to God; and I do not want you to become sharers in demons, You cannot drink the cup of the Lord and the cup of demons; you cannot partake of the table of the Lord and the table of demons” (1 Corinthians 10:20-21).

 

In the end, Paul’s attitude toward meat sacrificed to idols was one of caution. He forbade his congregants from intentionally partaking in food sacrificed to idols, but he steered them away from being overly suspicious, which would ban them from eating meat from the market or in the homes of unbelievers. He reminds us that “food will not commend us to God; we are neither the worse if we do not eat, nor the better if we do eat” (1 Corinthians 8:8).

 

Nothing Is Unclean?

 

Paul does not take a hard stand on the issue of foods that have only potentially been offered to an idol. The conservatives in Rome certainly considered foods prepared by Gentiles as koinos (common) because they were potentially defiled by idolatry. Rather than eat meat or drink wine that might have been associated with idolatry and thereby rendered koinos, those conservatives chose to refrain from meat and wine and ate only vegetables as Daniel did in Babylon. Paul regards this as a debatable matter and leaves it to the conscience of the individual.

 

One person has faith that he may eat all things, but he who is weak eats vegetables only. The one who eats is not to regard with contempt the one who does not eat, and the one who does not eat is not to judge the one who eats, for God has accepted him. Who are you to judge the servant of another? To his own master he stands or falls; and he will stand, for the Lord is able to make him stand” (Romans 14:2-4).

 

Though he advocates tolerance of those who insist on regarding meat and drink potentially defiled by idolatry as koinos, he himself is convinced that no food is koinos. He says as much in Romans 14:14:

 

I know and am convinced in the Lord Jesus that nothing is unclean (koinos) in itself; but to him who thinks anything to be unclean (koinos), to him it is unclean (koinos)” (Romans 14:14).

 

Unfortunately, this passage is almost universally misapplied to laws of clean and unclean animals as if Paul said that “nothing is unclean (akathartos) in itself.” He did not. He did not use the Greek equivalent for “unclean,” he used the equivalent for “common.” There is a huge difference between the two. His statement that “nothing is unclean in itself” is completely unrelated to the laws of clean and unclean animals. It is a question of whether or not food is permissible when it might potentially have been offered to an idol.

 

As in Corinthians, he warns his readers not to let their liberal interpretation of food sacrificed to idols become a stumbling block to others.

 

Do not tear down the work of God for the sake of food. All things indeed are clean, but they are evil for the man who eats and gives offense. It is good not to eat meat or to drink wine, or to do anything by which your brother stumbles” (Romans 14:20-21).

 

Notice that in this passage he mentions wine as one of the questionable foods. Biblical dietary laws never speak of unclean wine. Wine is a koinos issue, not a clean/unclean issue. Paul is definitely speaking about the issue of food potentially rendered koinos by contact with Gentiles and/or idolatry. Unfortunately, when passages like Romans 14 and 1 Corinthians 8-10 are taken out of their first-century Jewish matrix, we misunderstand them and assume that they are sanctioning the consumption of unclean meats forbidden by the Torah. Once again, it is man-made laws - not God’s laws - that are being addressed.

 

An excerpt from “HOLY COW!” by Hope Egan.

Repost 0
December 25 2011 1 25 /12 /December /2011 22:40

Hebrew Yahveh

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

Luc 1:35

« Et l'ange lui répondit: Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre; c'est pourquoi aussi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé le Fils de Dieu » (Version Ostervald).

 

Certains trinitaires insistent pour dire que le terme « Fils de Dieu » implique que Yeshua soit préexistent et qu'il soit Dieu. Lorsque la thèse de la préexistence du Messie commença d’être enseignée, il a fallu que se développe un ensemble de termes afin de supporter cette théorie. Ainsi un certain nombre d'expressions à caractère non biblique furent inventées, tel qu’« éternellement engendré » et « Fils éternel ». Non seulement ces expressions ne se retrouvent nulle part dans la Bible ou dans la littérature profane, mais elles n’ont de plus aucun sens. Par définition, un « Fils » a un commencement, et quant à « éternel », cela signifie « sans commencement ». Former une expression de ces deux termes contradictoires, alors qu'ils n'apparaissent pas ainsi dans la Bible ou dans la littérature profane, revient à créer une expression qui en elle-même est un non-sens. L'expression « Fils de Dieu » devrait plutôt être comprise de manière littérale. Dieu, le Père, par la puissance du Saint-Esprit, permit à Marie de devenir enceinte. Neuf mois plus tard Marie donna naissance à un fils, Yeshua. De cette manière, il peut être dit de Yeshua qu'il est « le Fils de Dieu ». « Or, la naissance de Jésus-Christ arriva ainsi », comme il est écrit en Matthieu 1:18. Cet évènement advint il y a de cela 2000 ans, non pas dans une « éternité passée ».  

 

Lorsque l'expression « Fils de Dieu » est étudiée et comparée à des expressions concernant le Père, un fait saisissant apparaît. L'expression « Fils de Dieu » se retrouve fréquemment dans le Nouveau Testament, tandis que l'expression « Dieu le Fils » n'y apparaît jamais. À l'inverse, des expressions telles que « Dieu le Père », « Dieu notre Père », « le Dieu et Père » se retrouvent à de nombreuses reprises. Devrions-nous croire que le Fils est en réalité Dieu comme l'est le Père, alors que le Père est clairement appelé « Dieu le Père » de façon répétée, tandis que le Fils n'est pas une seule fois appelé « Dieu le Fils » ? Il s'agit certainement d'une preuve que Yeshua n'est pas du tout « Dieu le Fils ». Tous ceux qui insistent à croire que quelqu'un est d'une certaine manière Dieu puisqu'il est appelé « Fils de Dieu » auront bien du mal à se tirer d'affaire lorsqu'il leur faudra expliquer tous les passages bibliques désignant d'autres créatures comme étant des « fils de Dieu ». L'expression « fils de Dieu » était communément utilisé pour désigner des anges dans l'Ancien Testament (voir Genèse 6:2; Job 1:6; 2:1 - l'expression est dans ces passages souvent traduite par « anges »), ou encore pour Israël (Exode 4:22; etc.). Dans le Nouveau Testament, cette terminologie est utilisée pour désigner les disciples du Messie (voir 1 Jean 3:1-2 - occasionnellement « fils » est traduit par « enfants » afin d'y inclure les deux genres, mais le langage d'origine est clair). Une étude approfondie des Écritures révèle clairement que « fils de Dieu » ne signifie en aucun cas « Dieu ».

 

En essayant de prouver la Trinité à partir d'expression telle que « Fils de Dieu », on en oublie parfois que tout cela est affaire de mots et de définitions. La Bible doit se lire dans le contexte dans lequel elle fut écrite. Le terme « fils » en est un bon exemple. Nous savons ce que ce mot signifie, et nous savons que s'il y a un père et un fils, le fils vient après le père. Dieu est clairement appelé Père et Yeshua est clairement appelé Fils. Ainsi, le sens de tout ceci devrait être simple et clair. Selon la doctrine trinitaire, le Père et le Fils sont cependant tous deux « éternels ». Cet enseignement contredit l'évidente définition de ces mots et soudainement leur donne un sens « mystérieux ». Il n'est affirmé nulle part dans les Écritures que la définition des mots décrivant le Fils ait changées et ait été chargées d'un sens « nouveau et particulier ». Afin de tenter d'expliquer le problème inhérent à la doctrine trinitaire, certains ont voulu affirmé que le Fils avait été « éternellement engendré ». Cette expression même pose deux problèmes. Tout d'abord, il s'agit d'une expression absente des Écritures et qui conduit à l’idée fausse selon laquelle la Bible ne contient pas le vocabulaire suffisant pour être clairement comprise. Ensuite, cette expression est en elle-même un non-sens, poussant à croire que la Bible est un livre « mystérieux » et qui ne peut être compris par le lecteur moyen. Après tout, comme nous l’avons déjà vu, « éternel » signifie « sans commencement » et « engendrer » signifie « naître » (et donc indique un commencement). Ces deux termes ont un sens opposé, et cette expression est donc un non-sens.

 

La doctrine trinitaire est à maintes reprises, voire en permanence, en porte-à-faux avec le vocabulaire nouveau testamentaire. Par exemple, en Hébreux 1:2 il est écrit que Yeshua fut établi héritier par Dieu. Par définition, nul ne peut être son propre héritier. Vouloir affirmer que le Messie est Dieu, et ensuite affirmer que Christ est l'héritier de Dieu, est tout à fait absurde. Il s'agit d'un abus éhonté du vocabulaire même que Dieu utilisa pour rendre Sa Parole accessible à ses fidèles les plus ordinaires et plausible aux yeux de ceux qui ne sont pas encore sauvés. En définitif, des vérités bibliques toutes simples deviennent soudainement entourées d'un halo de mystère que nul ne peut comprendre. 

 

Il y a de nombreuses expressions et de nombreuses anecdotes indiquant que Yeshua n'est pas l'égal du Père. Le Messie fut « fait Seigneur »; il fut « appointé » par Dieu; il « a obéi » à Dieu; il fit la volonté de Dieu, non pas la sienne; il pria à Dieu; il appela Dieu « mon Dieu », etc. La doctrine trinitaire, lorsqu'elle insiste à proclamer que la Père et le Fils sont co-égaux, est en contradiction avec les conclusions élémentaires que tout lecteur non endoctriné ferait à la lecture de la Bible. Les trinitaires enseignent que la nature humaine (et non pas la nature divine) du Messie était soumise au Père et que c'est la raison pour laquelle la Bible fut écrite de la manière dont elle est écrite. Cette doctrine tord et détourne les définitions évidentes de certains termes en usage dans les Écritures. Il n'y a pas un seul verset permettant d'affirmer que le Messie ait eut deux natures. Les historiens admettent que cette doctrine des deux natures de Christ fut « clarifié » tardivement. Six parmi sept conciles œcuméniques eurent pour sujet plus ou moins directement cette double nature de Christ. La seule raison pour laquelle cette doctrine des deux natures fut inventée, ce fut afin de supporter la doctrine trinitaire. Ce concept impose une lecture empreinte de « mystère » à des textes qui autrement affirment clairement la pleine humanité de Yeshua. Interpréter ces textes concernant Yeshua est de fait très simple. Le Messie est de la descendance de David et « devînt semblable en toutes choses à ses frères » (Hébreux 2:7). Il était « le dernier Adam » (1 Corinthiens 15:45) puisque comme Adam il était une création directe de Dieu. La Bible le décrit en permanence comme étant un être humain et l’appelle un « homme ». Des mots qui cependant manqueraient d'authenticité si Christ devait être à la fois 100% Dieu et 100% homme. Comment peut-on affirmer que Yeshua était à la fois pleinement humain et pleinement Dieu et cependant croire qu'il fut « semblable en toutes choses à ses frères » ? L'explication trinitaire habituelle est la suivante: « Il s'agit d'un mystère que nul ne peut comprendre »… Nul ne peut lire la Bible et croire tout simplement ce qui y est écrit en ayant une lecture trinitaire des Écritures. La doctrine trinitaire tord et déforme la simple définition de mots tels que « Père », « Fils », « héritier » et « homme » pour leur donner un sens nouveau soi-disant « mystérieux ».  

 

Luc 1:47

« Et mon esprit se réjouit en Dieu mon Sauveur » (Version Ostervald).

 

Certains trinitaires estiment que Yeshua doit être Dieu puisque tous deux sont qualifiés de « Sauveur ». Il y a en fait de nombreuses références faisant allusion à Dieu, le Père, comme étant « Sauveur ». Ceci est tout à fait justifié puisqu'Il est en effet l'auteur du plan de salut et qu'Il y travaille activement. Ainsi, par exemple, Dieu le Père, est appelé « Sauveur » en Ésaïe 43:11, 1 Timothée 1:1; 2:3; 4:10; Tite 1:3; 2:10; 3:4; Jude verset 25. Le Messie Yeshua est appelé « Sauveur » parce qu'il est l'agent par lequel Dieu exécute son plan et sans lequel ce plan ne pourrait s'accomplir. Le terme « sauveur » est utilisé dans la Bible pour désigner de nombreux individus. Il peut parfois être difficile de s'en apercevoir, puisque quand ce terme s'adresse à des êtres humains, les traducteurs français préfèrent utiliser le terme de « libérateur ». Ceci témoigne du parti pris trinitaire de certains traducteurs et ne reflète pas le sens du texte original. La seule raison pour laquelle ces traducteurs ont décidé de traduire ce même mot par « Sauveur » lorsqu'il s'agit de Dieu et du Messie, et par « libérateur » lorsqu'il s'agit d'êtres humains, c'est afin de tenter de démontrer que ce qualificatif ne s'applique qu'à Dieu et au Messie. Mais ce n'est en fait pas le cas. Il s'agit d'un exemple typique démontrant comment le sens exact de certains passages bibliques peut être distordu lorsque les traducteurs ne sont pas suffisamment diligents à accomplir leur tâche avec honnêteté. Que Dieu ait généreusement pourvu en « sauveurs » pour son peuple, ceci n'est plus perceptible lorsque le même mot est traduit par « Sauveur » pour Dieu et pour Christ, et par « libérateur » dans les autres cas de figure. Une partie du témoignage biblique confirmant l'œuvre de Dieu afin d'asseoir sa puissance est également perdu ou amoindri. Bien sûr, le fait qu'il y ait d'autres « sauveurs » ne diminue en rien la tâche qui fut accomplie par le Messie, le seul qui pouvait nous sauver, et nous sauva de nos péchés et de la mort éternel.

 

Si dans les versions françaises, tous ceux qui œuvrèrent comme « sauveurs » étaient ouvertement reconnus comme tels, la grâce et la clémence que Dieu manifeste lorsqu'Il agit pour Son peuple serait alors pleinement visible. De plus, personne ne pourrait ainsi confondre le seul vrai Dieu avec les agents qui travaillèrent pour Lui et participèrent à l'établissement de son Plan. En Néhémie, nous trouvons un bon exemple témoignant de l'œuvre de Dieu et de la capacité qui est la Sienne à désigner des « sauveurs » pour Son peuple. Dans ce passage où Israël confesse ses fautes et loue Dieu pour Ses bénédictions, nous lisons: « Toutefois, au temps de leur détresse, ils crièrent à toi; des cieux tu les exauças, et, selon tes grandes miséricordes, tu leur donnas des libérateurs [sauveurs], qui les délivrèrent de la main de leurs ennemis » (Néhémie 9:27). D'autres exemples d'êtres humains qualifiés de « sauveurs » peuvent être trouvés en 2 Rois 13:5; Ésaïe 19:20 et Abdias verset 21. Il est donc inexact de croire que puisque le Messie et Dieu sont appelés « Sauveur », alors ils sont un seul et même être, de la même façon qu’il serait inexact de croire que les « sauveurs » que Dieu désigna au travers de l’histoire sont tous le Messie Yeshua.

 

Luc 5:20-21

« Devant Jésus, qui, ayant vu leur foi, lui dit: O homme, tes péchés te sont pardonnés. Alors les scribes et les pharisiens commencèrent à raisonner et à dire: Qui est celui-ci, qui prononce des blasphèmes? Qui peut pardonner les péchés, que Dieu seul? » (Version Ostervald).

 

Nombreux sont ceux qui croient que seul Dieu peut pardonner les péchés, mais ceci n’est pas vrai. Pour une explication s’appliquant également à ces versets, se référer à Marc 2:7

 

Luc 7:16

« Et la crainte les saisit tous, et ils glorifièrent Dieu, en disant: Un grand prophète s'est élevé parmi nous, et Dieu a visité son peuple » (Version Ostervald).

 

De manière occasionnelle des trinitaires citeront ce verset comme étant une preuve de la divinité du Messie, puisqu’il y est écrit que Dieu « a visité son peuple ». Néanmoins, cette phrase n’est d’aucun support pour la doctrine trinitaire. Tout extrait biblique doit être interpréter en fonction de son contexte immédiat et/ou général. Dans ce cas, le contexte immédiat est extrêmement clair. En effet, le peuple y glorifie Dieu, qualifiant Yeshua de « grand prophète ». De toute évidence, nul ne pense donc que Yeshua soit Dieu.

 

Dieu « visite » Son peuple en lui envoyant certaines bénédictions. Des passages comme celui de Ruth 1:6 en témoigne clairement : « Alors elle [Naomi] se leva avec ses belles-filles, pour s'en retourner de la campagne de Moab; car elle y avait appris que l'Éternel avait visité son peuple, en lui donnant du pain ». Dans le livre de Ruth, Yéhovah (l’Éternel) visita Son peuple en lui donnant du pain, tandis que dans le récit des Évangiles, Dieu visita Son peuple en lui donnant un « grand prophète » qui ressuscita le fils unique d’une veuve. La leçon que nous devrions retenir de ces versets, ainsi que d’autres qui leur sont similaires, c’est que Dieu travaille parmi Son peuple. Lorsqu’Il le fait, la gloire Lui en revient, même si cette œuvre s’accomplit au travers d’individus qu’Il désigna à cette fin. Lorsque Dieu œuvre parmi Son peuple, les Écritures en témoigne de la manière suivante: « Dieu a visité son peuple » (Luc 7:16), ou encore, « les grandes choses que Dieu t'a faites » (Luc 8:39). De la manière, nous manifestons aujourd’hui notre reconnaissance à Dieu, même lorsqu’Il agit par le biais d’autres personnes. Ainsi, si, alors que nous sommes dépourvus ou dans le besoin, quelqu’un (un ami par exemple) nous fournit les biens matériels que nécessite notre situation, nous en remercierons Dieu, nous exclamant : « Dieu est bon », « L’Éternel a subvenu à nos besoins », etc. Personne ne croira que la personne nous ayant fournit les biens matériels dont nous avions tant besoin est en fait Dieu ou l’Éternel. Tout le monde comprend que nous remercions en fait Yéhovah pour ce qu’il a accompli pour nous au travers de cette personne.

 

Luc 8:39

« Retourne dans ta maison, et raconte les grandes choses que Dieu t'a faites. Il s'en alla donc, publiant par toute la ville tout ce que Jésus avait fait en sa faveur » (Version Ostervald).

 

Dieu accompli Ses miracles au travers de certains individus. Ainsi, lorsqu’un miracle est accompli, il est normal que celui qui, par la foi, fut l’instrument de ce miracle soit remercié, comme il est normal que Dieu qui en est l’auteur réel en soit remercié et que la gloire ultime Lui en revienne. À la lecture d’Hébreux 11, nous apprenons qu’il a toujours fallu qu’un individu marche par la foi afin que la puissance et l’œuvre de Dieu se révèle à nous. Ces individus en Hébreux 11 ont « obtenu un bon témoignage par leur foi ». De la même façon, lorsque Yeshua a accompli des miracles, il ne s’agissait pas seulement de lui, mais de l’œuvre de Dieu au travers lui. Dieu agit de la même manière au travers de Son peuple, l’Église, aujourd’hui. Par ailleurs Yeshua attribue toujours le mérite de ses actions au Père: « Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même, mais le Père qui demeure en moi, fait lui-même les œuvres que je fais » (Jean 14:10). Pour des informations supplémentaires concernant Luc 8:39, vous pouvez également vous référer aux explications données pour Matthieu 9:8 puisqu’elles s’appliquent également à ce verset.

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Trinité -Trinity
write a comment
November 29 2011 3 29 /11 /November /2011 22:04

Hebrew Yahveh

 

Unless otherwise noted, all scripture quotations are from the New King James Version

 

1. What is eternal life?

 

“And this is eternal life, that they may know You, the only true God, and Jesus Christ whom You have sent” (John 17:3).

 

2. Why?

 

Because the Messie Yeshua is the word [logos] made flesh (John 1:14).

 

3. What is the Word?

 

“The sower sows the word [logos]” (Mark 4:14).

 

“The seed is the word [logos] of God” (Luke 8:11).

 

4. What is the result?

 

“that the word [logos] of Isaiah the prophet might be fulfilled, which he spoke” (John 12:38).

 

5. What happened?

 

“Then the word [logos] of God spread, and the number of the disciples multiplied greatly in Jerusalem, and a great many of the priests were obedient to the faith” (Acts 6:7).

 

6. Can the word mean something else?

 

Through Yeshua, the promise, the word [logos] given to Abraham was fulfilled.

 

“For this is the word [logos] of promise: “At this time I will come and Sarah shall have a son”” (Romans 9:9).

 

7. Is the word [logos] of God what was given to Israel?

 

“But it is not that the word [logos] of God has taken no effect. For they are not all Israel who are of Israel, nor are they all children because they are the seed of Abraham; but, “In Isaac your seed shall be called.” That is, those who are the children of the flesh, these are not the children of God; but the children of the promise are counted as the seed” (Romans 9:6-8).

 

8. The word is God’s promise.

 

We learn that the “word” [logos] is not God but rather God’s promise made to humanity at the beginning of creation that came to fulfillment in Yeshua, the Messiah. That is why John could write: “In the beginning was the Word [logos], and the Word [logos] was with God, and the Word [logos] was God” (John 1:1). This promise was fulfilled when Yeshua was born, the Messiah of Israel (John 1:14).

 

9. What can you do?

 

Like the Bereans, they received “the word [logos] with all readiness, and searched the Scriptures daily to find out whether these things were so” (Acts 17:11).

Repost 0
Published by Sabbath Keeper - in Trinité -Trinity
write a comment