Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
May 24 2010 2 24 /05 /May /2010 19:43

BibleStudy

 

Sauf précision, tous les passages tirés des Saintes Écritures sont extraits de la Version Ostervald révisée édition de 1996.

 

« Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature [ou né de nouveau] ; les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Corinthiens 5:17).

 

La nouvelle naissance comprend tous les changements nécessaires pour nous permettre de trouver notre place dans le Royaume de Dieu. Elle s’accomplit en deux étapes : Premièrement, un changement de cœur moral et spirituel qui s’effectue au travers de la repentance, de la confession, de la conversion (ou renoncement aux péchés), de la foi, du baptême par immersion, et du don du Saint Esprit; deuxièmement, un changement physique à la seconde venue de Christ, où nous serons alors, si nous sommes morts, ressuscités  à la vie éternelle et si nous sommes toujours en vie rendus immortels.

 

Nous ne sommes pas tant concernés par le changement physique qui adviendra à la seconde venue de Christ que nous le sommes par le changement de cœur que nous devons expérimenter dans cette vie présente. Dieu prendra soin du reste en temps voulu. « Le cœur est trompeur par-dessus tout, et désespérément malin ; qui le connaîtra? » (Jérémie 17:9). Si un cœur tortueux ne change pas, il n’y a aucune chance qu’il puisse accéder à la vie éternelle.

 

« Rejetez loin de vous toutes les transgressions dont vous vous êtes rendus coupables, et faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau; car pourquoi mourriez-vous, ô maison d’Israël? » (Ézéchiel 18:31)

 

La naissance biologique

 

Afin d’illustrer un point ou bien afin de communiquer un enseignement spirituel, Jésus utilisa souvent des exemples tirés de la vie courante. Il procéda de la même manière lorsqu’il s’efforça d’enseigner ce que cela signifiait que d’avoir sa vie régénérée. « Ce qui est né de la chair est chair [ou charnel], et ce qui est né de l’esprit est esprit [ou spirituel] » (Jean 3:6).

 

Avant qu’un enfant ne naisse dans ce monde, il est d’abord conçu ou engendré et se développe du stade embryonnaire jusqu’à la naissance. Après sa naissance, l’enfant grandit et devient mature. La même chose est vraie spirituellement. Une personne sera toute d’abord conçue ou engendrée de l’Esprit de Dieu après le baptême par immersion.

 

« Car, vous auriez dix mille maîtres en Christ, que vous n’auriez pas plusieurs pères; car c’est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ, par l’Évangile » (1 Corinthiens 4:15).

 

« Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de la vérité, afin que nous fussions comme les prémices de ses créatures » (Jacques 1:18).

 

Être engendré ou être conçu de la Parole ou de l’Esprit de Dieu, se soumettre et Lui obéir, cela constitue la première phase de la nouvelle naissance. « Ayant purifié vos âmes, en obéissant à la vérité, par l’Esprit, pour avoir un amour fraternel et sans hypocrisie, aimez-vous avec constance les uns les autres d’un cœur pur, Étant régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole de Dieu, qui vit et qui demeure éternellement » (1 Pierre 1:22-23).

 

Lorsqu’un enfant naît dans ce monde (d’une semence corruptible), il est un enfant et l’on attend de lui qu’il grandisse. De la même façon, lorsqu’une personne naît à l’issue du baptême par immersion et est engendré de l’Esprit, elle ne devient pas totalement mature immédiatement. Il est attendu d’elle, qu’elle grandisse en grâce et en connaissance (2 Pierre 3:18).

 

Si un enfant né physiquement dans ce monde grandit du lait qui le nourrit, il est cependant espéré qu’un jour il puisse se nourrir d’aliments plus consistants. Nous devrions également être spirituellement capables de changer de régime afin de nous nourrir de mets spirituels plus consistants. Si un enfant souffre de rachitisme, ses parents auraient bien raison de s’en inquiéter. Que penserait de nous notre Père spirituel, si nous nous nourrissions uniquement de lait spirituel et que nous ne grandissions jamais assez pour accéder à une nourriture solide? Voir 1 Pierre 2:1-3.

 

« En effet, tandis que vous devriez être maîtres depuis longtemps, vous avez encore besoin d’apprendre les premiers éléments des oracles de Dieu; et vous en êtes venus à avoir besoin de lait, et non de nourriture solide. Or, celui qui se nourrit de lait, ne comprend pas la parole de la justice; car il est un petit enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux qui, par l’habitude, ont le jugement exercé à discerner le bien et le mal » (Hébreux 5:12-14).

 

Fils et filles engendrées

 

« Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu, sont enfants de Dieu. Car vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba, Père. Car l’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit, que nous sommes enfants de Dieu. Et si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers; héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ; si toutefois nous souffrons avec lui, afin que nous soyons aussi glorifiés avec lui  » (Romains 8:14-17)

 

« C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et vous séparez, dit le Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur, et je vous recevrai; Et je serai votre Père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur tout-puissant » (2 Corinthiens 6:17-18)

 

Les étapes de l’engendrement par l’Esprit

 

La repentance

 

Lorsque Jésus eut atteint la trentaine, il commença son ministère. Le message introduisant et définissant son ministère fut le suivant : « Le temps est accompli, et le royaume de Dieu approche. Repentez-vous et croyez à l’Évangile » (Marc 1:15). Si l’on étudie le Nouveau Testament, on découvrira que Jésus, Jean le Baptiste, et les apôtres de Christ considéraient le message de repentance comme étant d’une importance capitale.

 

De nombreux prédicateurs contemporains ne parlent jamais de repentance; ils ne vont jamais assez loin dans leurs discours dans l’étude et l’analyse qu’il offre de la Parole de Dieu. Il est cependant avant tout nécessaire de se savoir coupable pour vouloir se repentir. Aussi longtemps qu’une personne ne reconnaîtra pas sa propre nature pécheresse, il est très peu probable qu’elle ressente le désir de se repentir. Et c’est en fait bien le problème que rencontre les personnes qui se considèrent moralement acceptables. Vous entendrez sûrement certaines personnes s’exclamer : « Pourquoi devrais-je me repentir? Ne suis-je pas une bonne personne? Qu’ai-je donc fait de si répréhensible? ». Aucune d’elle n’affirmera cependant n’avoir jamais péché.

 

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort; de même la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5:12).

 

« Si nous disons que nous n’avons point de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous » (1 Jean 1:8).

 

Par le terme repentance, on entend un regret et un chagrin profond causés par la pensée de péchés commis dans le passé. C’est ainsi que s’amorce en nous la volonté de se défaire de l’ancienne nature mauvaise de laquelle nous sommes prisonniers. Une repentance sincère signifie bien plus que de rejoindre une église par le biais d’une simple déclaration de foi. De nombreuses personnes se dupent elles-mêmes, croyant que la repentance consiste simplement à s’éloigner d’une fausse doctrine pour en accepter une autre doctrine qui serait la vérité. Ces personnes se détournent des ténèbres pour se tourner vers la lumière, mais ne se défont pas nécessairement de l’emprise de Satan sur leurs vies en se tournant réellement vers Dieu. Voir Actes 26:18. On peut accepter toute les doctrines, les prophéties et vérités de la Bible, et être pourtant toujours soumis à la puissance de Satan, et ceci aussi longtemps que notre cœur n’est pas régénéré. La raison seule n’est pas suffisante au salut d’un individu. Le cœur doit être également changé, et, dans la plupart des cas, la connaissance viendra suite à ce changement. La véritable adoration consiste à adorer Dieu le Père en esprit et en vérité. Lire Jean 4:23.

 

Il arrive fréquemment, lorsqu’un évangéliste se rend d’un endroit à un autre pour y tenir des réunions publiques prolongées, que certaines personnes qui assistent à ces réunions deviennent convaincues que cet évangéliste prêche la vérité. Elles réalisent alors facilement combien leurs anciennes croyances étaient erronées. Après avoir terminé de présenter les doctrines qu’il pense nécessaire pour ses nouvelles recrues, l’évangéliste appelle l’assistance à rejoindre son mouvement religieux ou bien à accepter le baptême. De nombreux membres de l’audience peuvent alors être persuadés qu’il s’agit de la vérité. Peut être ne désirent-ils alors rien d’autre que de rejoindre l’église de cet évangéliste. Tout ce que l’évangéliste leur demanda fut, dans de nombreux cas, d’accepter une nouvelle doctrine. Les nouveaux membres se sont ainsi simplement convertis d’une doctrine à une autre. Qu’en est-il cependant de la régénération du cœur? Qui faut-il blâmer si ces personnes se dupent elles-mêmes, pensant qu’elles peuvent simplement se tirer d’affaire par l’acquisition de nouveaux savoirs, alors qu’elles sont en fait toujours perdus puisqu’elles n’ont pas expérimenté le pardon pour leurs péchés? Le prêcheur qui leur enseigna les fondements de la vie chrétienne serait-il celui à qui l’on devrait imputer la faute? Avoir une relation personnelle avec notre Seigneur, savoir lorsque nos péchés nous sont pardonnés et sentir la puissance de Dieu dans nos vies, cela signifie bien plus que d’accepter un nouvel ensemble de doctrine ou que de suivre un quelconque évangéliste. Cela signifie plutôt que nous nous humilions nous-mêmes, nous mettant à genoux et priant sincèrement et avec ardeur telle qu’en parle le passage suivant des Écritures :

 

« Et maintenant encore, dit l’Éternel, convertissez-vous à moi de tout votre cœur, avec jeûne, avec larmes et avec lamentations. Déchirez vos cœurs, et non vos vêtements; et revenez à l’Éternel votre Dieu; car il est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et abondant en grâce, et il se repent d’avoir affligé » (Joël 2:12-13).

 

Des regrets sincères sont un premier pas vers la repentance. Lire 2 Corinthiens 7:9-10. Il y a deux genres de regret ou tristesse : la tristesse du monde et la tristesse selon Dieu. La première produit la mort, alors que la seconde mène à la vie. Prenons l’exemple suivant : Un homme vole un véhicule, il parvient à s’enfuir avec ce véhicule et se déplace librement avec lui pendant un certain laps de temps. Finalement, il se fait appréhender par la police. Cet homme peut amèrement regretter de s’être fait arrêter. Il se peut très bien alors qu’il ne regrette pas le péché commis, mais bien plutôt de s’être fait appréhendé. Un tel regret n’est d’aucune valeur devant Dieu. D’un autre côté, si le même homme n’a jamais été arrêté par la police, mais en est venu à réellement regretté le péché qu’il a commis, à tel point que, se repentant, il restitue le véhicule à son propriétaire, admet sa culpabilité et paye pour les dommages occasionnés, alors il s’agit d’un autre genre de regret. Un tel regret accompagné de repentir mène à la vie.

 

« Repentez-vous donc et vous convertissez, afin que vos péchés soient effacés » (Actes 3:19

 

Il est navrant de constater avec quelle légèreté la conversion se pratique de nos jours. La génération actuelle de ceux qui professent être chrétiens est bien loin de la bonne nouvelle qui fut originellement partagée par les apôtres, bonne nouvelle qui représentait et représente toujours la puissance de Dieu, pour le salut de tous ceux qui croient (Romains 1:16). Il y a peu d’authentiques repentances et d’authentiques conversions de nos jours. Rare sont ceux qui sont humbles et suffisamment pénitents pour se mettre à genoux et confesser les péchés qu’ils ont commis par le passé devant le Créateur afin que celui-ci veuille bien leur pardonner.

 

Dieu déclare dans sa Parole, la Bible, qu’il ne s’efforcera pas toujours de convaincre par son Esprit Saint les hommes de leurs péchés. Puisque les hommes ont si souvent rejeté l’appel de l’Esprit Saint, il n’est pas étonnant que pour cette raison il y ait si peu de personnes qui aient de réelles expériences spirituelles avec Dieu. Le Saint Esprit a également travaillé puissamment à une époque dans la vie du psalmiste David, et il ne connut pas la paix intérieure tant qu’il n’eut pas admis sa culpabilité.

 

« Maskil (cantique) de David. Heureux celui dont la transgression est pardonnée, et dont le péché est couvert! Heureux l’homme à qui l’Éternel n’impute pas l’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude! Quand je me suis tu, mes os se sont consumés, et je gémissais tout le jour. Car, jour et nuit, ta main s’appesantissait sur moi; ma vigueur se changeait en une sécheresse d’été. Sélah (pause). Je t’ai fait connaître mon péché, et je ne t’ai point caché mon iniquité. J’ai dit: Je confesserai mes transgressions à l’Éternel; et tu as ôté la peine de mon péché. (Sélah.) » (Psaume 32:1-5)

 

Après qu’une personne ait reconnu sa nature pécheresse et ait admis combien elle est perdue aux yeux de Dieu, il faudra alors qu’elle confesse ses péchés si elle désire réellement être sauvée. Non seulement il est nécessaire de confesser ses péchés à Dieu qui est fidèle, qui saura pardonner justement et nous purifier de toutes impuretés, mais la confession et la restitution est également importante à l’égard des autres individus que l’on a blessés et offensés. Comme le dit Jésus : « Si donc tu apportes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, Laisse là ton offrande devant l’autel, et va-t’en premièrement te réconcilier avec ton frère; et après cela viens, et présente ton offrande » (Matthieu 5:23-24

 

La nécessité d’accomplir cette restitution pour nos péchés passés afin de pouvoir être pardonné par Dieu est mise en évidence dans le passage suivant : « Lorsque je dis au méchant: "Tu mourras certainement! " si, se détournant de son péché, il fait ce qui est droit et juste, Si le méchant rend le gage, s’il restitue ce qu’il a ravi, s’il marche dans les préceptes qui donnent la vie, sans commettre ‘'iniquité, certainement il vivra et ne mourra point » (Ézéchiel 33:14-15). 

 

Vous connaissez peut-être l’histoire de Zachée, chefs des publicains, qui grimpa dans un sycomore pour voir passer Jésus. Lorsque Jésus le vit, il lui demanda de descendre de l’arbre. Jésus souhaitait demeurer pour un temps dans sa maison. Alors que Jésus se trouvait chez Zachée, ce dernier se confessa et promis de restituer tout ce qu’il avait pu voler. Parce que Zachée avait fait cette promesse, Jésus déclara : « Le salut est entré aujourd’hui dans cette maison » (Luc 19:1-9).

 

Certaines personnes essaient de cacher leurs péchés plutôt qu’elles ne s’efforcent de les confesser. Ce n’est cependant pas de cette façon que Dieu espère que l’on agisse. « Celui qui cache ses transgressions, ne prospérera point; mais celui qui les confesse et qui les abandonne, obtiendra miséricorde » (Proverbes 28:13). Le sang du Christ est le seul moyen par lequel nos péchés peuvent être couverts. Ceci passe par la confession des péchés. « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1:9).

 

Ceux qui essaieraient de cacher ou de couvrir leurs péchés d’une quelconque autre manière, ne parviendront jamais à être pleinement justifiés et pardonnés pour leurs fautes. Les feuilles de figuier ne suffirent pas à masquer le péché d’Adam et Ève (Genèse 3:6-7). Le sang de l’Agneau sans taches est nécessaire pour racheter nos péchés. Lire Genèse 3:21. Nous récolterons plus tard les conséquences pour les péchés desquels nous ne nous sommes pas convertis.

 

« Mais si vous n’agissez pas ainsi, voici, vous aurez péché contre l’Éternel, et sachez que votre péché vous trouvera » (Nombres 32:23).

 

« Car le lit sera trop court pour s’y étendre, et la couverture trop étroite, quand on voudra s’envelopper » (Ésaïe 28:20).

 

Il y a tellement d’hypocrisie parmi les soi-disant chrétiens. Pensez-y donc! Certains se vantent d’en avoir remontré à quelqu’un. D’autres vous diront comment ils comptent se venger de ceux qui les ont maltraités, etc. Nombreux sont ceux qui se dupent eux-mêmes. Les gens ne savent-ils donc pas qu’ils auront à paraître devant Dieu au jour du jugement dernier?

 

« Car Dieu fera venir toute œuvre en jugement, avec tout ce qui est caché, soit bien, soit mal » (Ecclésiaste 12:16).

 

La conversion - le pardon des péchés

 

« Et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez, et si vous ne devenez comme des enfants, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux » (Matthieu 18:3)  

 

« Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme injuste ses pensées; et qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, et à notre Dieu, car il pardonne abondamment » (Ésaïe 55:7)

 

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, c’est votre culte raisonnable. Et ne vous conformez point au présent siècle, mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous éprouviez que la volonté de Dieu est bonne, agréable et parfaite » (Romains 12:1-2)

 

« Faites donc mourir ce qui dans vos membres tient à la terre, la fornication, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et l’avarice, qui est une idolâtrie; Car c’est pour ces choses que la colère de Dieu vient sur les enfants de rébellion; Dans lesquelles vous aussi vous avez marché autrefois, lorsque vous viviez en elles. Mais maintenant vous aussi renoncez à toutes: à la colère, à l’animosité, à la méchanceté, à la médisance, aux paroles déshonnêtes; qu’il n’en sorte pas de votre bouche. Ne mentez point les uns aux autres; ayant dépouillé le vieil homme avec ses œuvres, Et ayant revêtu le nouvel homme, qui est renouvelé, dans la connaissance, à l’image de celui qui l’a créé » (Colossiens 3:5-10)

 

Une véritable transformation dans la vie d’un être humain est le fait de la puissance de Dieu, non pas le fait uniquement de notre propre volonté. De nombreuses personnes prennent de bonnes résolutions, mais un bon nombre d’entre elles échouent. Pour  qu’un changement soit effectif dans la vie d’une personne, cela nécessite la puissance de l’Esprit Saint de Dieu. Sans cet Esprit Saint, nul ne peut résister. Si seulement tout ceux qui professent être des chrétiens étaient parvenus à un réel changement spirituel dans leurs vies au lieu de s’efforcer d’être moralement bon par leurs propres moyens, combien cela serait mieux pour eux-mêmes et pour l’Église dans son ensemble!  

 

La foi

 

« Or, la foi est une ferme attente des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit point » (Hébreux 11:1).

 

« Or, il est impossible de lui être agréable sans la foi, car il faut que celui qui s’approche de Dieu, croie que Dieu est, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent » (Hébreux 11:6).

 

« Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu, par notre Seigneur Jésus-Christ » (Romains 5:1).

 

« Car vous êtes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi; et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » (Éphésiens 2:8).

 

« Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé; mais celui qui ne croira point sera condamné » (Marc 16:16).

 

Nous sommes sauvés par la foi. Les incroyants seront jetés dans le lac de feu. Lire Apocalypse 21:8. Nous ne sommes pas sauvés simplement parce que nous faisons pénitence, offrons des sacrifices ou parce que nous accomplissons de bonnes œuvres. Il va cependant de soi que les bonnes œuvres accompagnent la foi. La façon dont une personne témoigne de sa foi, c’est par ses œuvres. Voir Jacques 2:14-26. « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits » (Matthieu 7:16). En toutes choses, il y a des personnes extrêmes. Certains croient qu’ils seront justifiés seulement par leurs œuvres, d’autres pensent que c’est par la foi seule qu’ils obtiendront la justification. Il y a ceux qui vous diront qu’ils sont sauvés parce qu’ils suivent les Dix Commandements ou accomplissent de bonnes œuvres; d’autres feront référence à Actes 16:31 « […] Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé [] ». Ceux-ci pensent que c’est tout ce qui est nécessaire – qu’il n’y a rien que l’on ne doive faire, nulle repentance, nulle réparation à accomplir, tout ce qu’il suffirait de faire selon eux, c’est de croire. Cependant, s’il ne suffisait que de cela, alors les démons eux-mêmes seraient sauvés.

 

« Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils en tremblent. Mais, ô homme vain! veux-tu savoir que la foi sans les œuvres, est morte? » (Jacques 2: 19-20).

 

Le baptême par immersion

 

« Et Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour la rémission de ses péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit » (Actes 2:38).

 

Qu’il soit nécessaire d’être baptisé par immersion afin d’être sauvé, nous l’avons vu précédemment en Marc 16:16. Il s’agit de l’une des œuvres qui suit la foi et la repentance. Le baptême n’est pas la première étape de la vie chrétienne. Selon ce que disent les Saintes Écritures, de nombreuses autres étapes précèdent le baptême ; il s’agit de la repentance, de la confession des péchés, de la conversion et de la foi. Le vieil homme pécheur doit mourir aux péchés, afin que « le corps du péché soit détruit » (Romains 6:6) et que nous soyons « vivants à Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6:11). Par le baptême le corps du péché est enseveli afin que nous marchions « dans une vie nouvelle » (Romains 6:4). Nous n’enterrons pas les personnes afin de les tuer, mais parce qu’elles sont mortes. De la même façon, nul individu ne devrait se faire baptiser avec l’idée qu’une telle démarche va le changer. Laissons mourir le vieil homme du péché et ensuite enterrons-le. Voir le passage entier en Romains 6:1-11. Le baptême est la réponse à « l’engagement d’une bonne conscience devant Dieu » (1 Pierre 3:21). Qui peut se réclamer d’une bonne conscience envers Dieu, aussi longtemps que le vieil homme pécheur est vivant, aussi longtemps qu’il ne s’est pas repenti et n’a pas confessé ses péchés?

 

Lorsque Jean le Baptiste immergeait des membres du peuple d’Israël dans le Jourdain, et alors que ceux-ci confessaient leurs péchés, de nombreux Pharisiens et Saducéens vinrent à lui. Si Jean avait été comme les pasteurs d’aujourd’hui, il les aurait baptisé allègrement afin de pouvoir envoyer un rapport encourageant au quartier général de son église et afin que d’autres le perçoivent comme un bon ouvrier de la Parole de Dieu. Mais non, Jean le Baptiste n’était pas tant intéressé à la quantité qu’il ne l’était à la qualité. Il voulait être sûr que les candidats pour le baptême avaient expérimenté du fond de leur cœur la vérité qui est en Dieu avant d’imposer ses mains sur eux. Il devait d’abord, par leurs actions, témoigner qu’il s’était repenti de leurs péchés. Lire Matthieu 3:5-8.

 

Nous sommes baptisés d’eau, afin d’être lavé de NOS PÉCHÉS. Le péché est la désobéissance aux commandements de Dieu, qui sont compris dans les Dix Commandements. « Et quiconque a cette espérance en lui, se purifie lui-même, comme lui est pur. Quiconque pèche, transgresse aussi la loi; car le péché est une transgression de la loi » (1 Jean 3:3-4).

 

Le baptême est une opération de Dieu. Lire Colossiens 2:12. Cela permet à l’Esprit Saint de Dieu de croître et grandir dans la personne qui fut lavée et libérée de ses péchés. L’apôtre Paul affirme très clairement que nous ne pourrons demeurer libres du péché que par la présence en nous de l’Esprit Saint de Dieu. De nous-mêmes, nous ne pouvons garder les Dix Commandements de Dieu. C’est seulement avec l’aide de Dieu que nous pouvons cesser de pécher. « Que dirons-nous donc? Demeurerons-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Nullement! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore en lui? Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, nous avons été baptisés en sa mort? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous marchions, nous aussi, dans une vie nouvelle » (Romains 6:1-4)

 

Paul réagit vivement à l’idée selon laquelle la loi parfaite et libératrice de Dieu pourrait continuer à être brisée. Si nous énoncions ce que veut dire Paul en des termes plus communs, voici ce que cela donnerait: « Suggérez-vous que nous devrions briser la Loi de Dieu afin que le Saint Esprit puisse opérer? Dieu nous l’interdit! Nous ne devrions jamais laisser libre cours à une idée aussi ignoble. » Et pourtant, c’est bien ce que certains hommes font de nos jours. Le baptême est une ligne de démarcation dans la vie d’un être humain. Cette nouvelle créature entre dans une vie qui doit être mener sous la conduite de l’Esprit Saint de Dieu, elle doit se dépouiller de tout ce qui est de ce monde. Lorsqu’un être humain est immergé dans l’eau du baptême, c’est comme si il avait été mis au tombeau. Cet être pécheur est mort. Lorsqu’il est sorti de l’eau, il est une nouvelle créature en Christ. Il est né de l’Esprit, et ainsi il a « Christ en [lui], l’espérance de la gloire » (Colossiens 1:27). Il s’agit d’une œuvre rédemptrice accomplie par Dieu.

 

Engendré de l’Esprit

 

« Pendant qu’Apollos était à Corinthe, Paul, après avoir parcouru les hautes provinces de l’Asie, vint à Éphèse. Il y trouva quelques disciples et leur dit: Avez-vous reçu le Saint-Esprit, lorsque vous avez cru? Ils lui répondirent: Nous n’avons pas même entendu dire qu'il y ait un Saint-Esprit. Et il leur dit: Quel baptême avez-vous donc reçu? Ils répondirent: Le baptême de Jean. Alors Paul dit: Il est vrai que Jean a baptisé du baptême de la repentance, en disant au peuple de croire en Celui qui venait après lui, c’est-à-dire, au Christ Jésus. Ce qu’ayant entendu, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. Et après que Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit descendit sur eux, et ils parlaient diverses langues, et prophétisaient » (Actes 19:1-6). Vous pouvez également lire Romains 6:1-6 et Actes 8:14-17.

 

« Lorsqu’un esprit immonde est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n’en trouve point. Alors il dit: Je retournerai dans ma maison, d’où je suis sorti; et étant revenu, il la trouve vide, balayée et ornée. Alors il s’en va, et prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui, et étant entrés dans la maison, ils y habitent; et la dernière condition de cet homme est pire que la première. Il en arrivera ainsi à cette méchante race » (Matthieu 12:43-45)

 

Ainsi, on peut être lavé de ses péchés et devenir vierge au sens spirituel, et cependant on peut être perdu pour Dieu. C’est ce que nous apprenons de la parabole des dix vierges, telle que nous la lisons en Matthieu 25:1-13. Elles étaient toutes vierges (purifiées spirituellement) et avaient leurs lampes (la Parole de Dieu), mais elle n’avait pas d’huile (le Saint Esprit) pour leurs lampes. Même si elles étaient « vierges », elles ne furent pas sauvées parce que l’Esprit Saint de Dieu n’était pas présent dans leurs vies. L’injonction qui nous donnée Dieu est la suivante : « Ne vous enivrez point de vin, qui mène au dérèglement; mais soyez remplis de l’Esprit » (Éphésiens 5:18)

 

« Pour vous, vous n’êtes point dans la chair, mais dans l’esprit, s’il est vrai que l’Esprit de Dieu habite en vous. Or, si quelqu’un n’a point l’Esprit de Christ, celui-là n’est point à Lui » (Romains 8:9).

 

L’Esprit de Dieu ne doit pas seulement résider dans nos têtes (le siège du savoir), mais doit également avoir toute sa place dans nos cœurs (le siège des émotions). Le cœur doit être circoncis (Romains 2:28-29) et l’intelligence doit être renouvelée. Lire Romains 12:2. Un véritable adorateur de Dieu adorera le Père en esprit et en vérité (Jean 4:23). Il possédera un savoir et une connaissance de la vérité, mais aussi une foi sincère et qui vient du cœur.

 

« Or, celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu, Qui nous a aussi marqués de son sceau, et nous a donné dans nos cœurs les arrhes de son Esprit » (2 Corinthiens 1:21-22).

« Afin que, selon les richesses de sa gloire, il vous donne d’être puissamment fortifiés par son Esprit, dans l’homme intérieur, Afin que Christ habite dans vos cœurs par la foi » (Éphésiens 3:16-17)

 

L’Esprit de Dieu est nécessaire à la sanctification dans la vie d’une personne (2 Thessaloniciens 2:13), et pour nous convaincre de nos péchés (Jean 16:8). Le Saint Esprit est une puissance (Actes 1:8) qui nous conduit dans la vérité (Jean 16:13) et par laquelle nous sommes scellés pour le jour de la rédemption finale (Éphésiens 4:30). Lorsqu’une personne a pleinement soumis sa vie à Dieu comme étant un sacrifice sur l’autel du Dieu vivant, lorsqu’elle s’est repenti, a confessé et fait les restitutions nécessaires, lorsqu’elle sait que ses anciens péchés lui ont été pardonné et qu’elle s’est détachée de sa vie passée, lorsqu’elle a été baptisée et a reçu le don de l’Esprit Saint, si cette personne est un disciple de Jésus Christ, il peut alors être affirmé avec certitude que cette personne est réellement une nouvelle créature. Lire 2 Corinthiens 5:17.

 

« Jésus répondit: En vérité, en vérité je te dis, que si un homme ne naît d’eau [au baptême] et d’Esprit [à la résurrection], il ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3:5).

 

La troisième naissance - naître de l’Esprit

 

Il y a pour l’individu pécheur deux phases de rédemption. Nous avons premièrement été racheté, dans cette vie, par le sang de Christ (Colossiens 1:14; Hébreux 9:12). Il existe également une rédemption pour nos corps physiques (Éphésiens 4:30). Ceci fait référence à la résurrection ou au rachat du tombeau.

 

« Et non seulement elle, mais nous aussi qui avons les prémices de l’Esprit, nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps » (Romains 8:23)

 

La résurrection d’entre les morts est également désignée sous le terme de naissance. Le Messie « est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin qu’il tienne le premier rang en toutes choses » (Colossiens 1:18). D’autres ont été ramenés à la vie avant Christ, mais non pas pour la vie éternelle. Cependant, quand les justes seront relevés d’entre les morts au second retour de Christ, ils hériteront également de la vie éternelle (1 Corinthiens 15:50-55), et seront comme Christ. Voir 1 Jean 3:2.

 

L’apôtre parle ici de naître à l’espoir vivant qui est en Christ, tel qu’il est démontré par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts et tel qu’il est préfiguré par le baptême par immersion.

 

« Ne savez-vous pas que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, nous avons été baptisés en sa mort? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous marchions, nous aussi, dans une vie nouvelle » (Romains 6:3-4)

 

Lorsque nous sommes immergés dans le tombeau symbolique du baptême, nous manifestons notre foi en la résurrection au dernier jour et sommes né à l’espérance de Christ ou, autrement dit, nous sommes régénérés par une semence incorruptible.

 

« Étant régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole de Dieu, qui vit et qui demeure éternellement. Car toute chair est comme l’herbe, et toute la gloire de l’homme comme la fleur de l’herbe; l’herbe sèche, et sa fleur tombe; Mais la parole du Seigneur demeure éternellement; et c’est cette parole dont la bonne nouvelle vous a été annoncée » (1 Pierre 1:23-25).

 

C’est en Jésus Christ que la parole de Dieu peut être greffée en nous et est capable de sauver nos vies. Il a accompli son œuvre commune de salut par sa mort et sa souffrance au calvaire, mais il est maintenant né de la semence incorruptible. Il est vivant et présent pour toujours. Maintenant, l’Esprit de Dieu accomplit cet œuvre qui consiste à faire de nous des êtres incorruptibles.

 

« Et c’est lui qui est la tête du corps de l’Église; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin qu’il tienne le premier rang en toutes choses » (Colossiens 1:18).

 

« Mais si Christ est en vous, le corps est bien mort à cause du péché, mais l’esprit est vivant à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus des morts, habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. En effet, si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si, par l’Esprit, vous faites mourir les œuvres du corps, vous vivrez. Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu, sont enfants de Dieu » (Romains 8:10-14).

 

« Car nous sommes sauvés en espérance. Or, l’espérance que l’on voit n'est plus espérance; en effet, comment espérerait-on ce que l’on voit? Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, c’est que nous l’attendons avec patience » (Romains 8:24-25).

 

Cela démontre qu’après que nous soyons nés à l’espérance vivante par la résurrection de Jésus Christ, nous sommes maintenus par la puissance de Dieu au travers de la foi et pour le salut qui adviendra à la fin des temps : c’est-à-dire le salut éternel opposé à  la mort et à tout ce qui s’acharne contre les humains sur cette Terre. Il est parlé de la résurrection de Christ comme étant une naissance. Si notre résurrection doit être aussi puissance et que nous devons devenir comme Christ, alors notre résurrection sera la naissance à une nature incorruptible. Si nous sommes nés d’une semence incorruptible, nous sommes des êtres incorruptibles destinés à ne plus mourir.

 

« Voici, je vous dis un mystère: Nous ne mourrons pas tous, mais nous serons tous changés, En un moment, en un clin d’œil, à la dernière trompette; car la trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible soit revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel soit revêtu de l’immortalité. Or, quand ce corps corruptible aura été revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura été revêtu de l’immortalité, alors cette parole de l’Écriture sera accomplie: La mort est engloutie en victoire. O mort! où est ton aiguillon? O enfer! où est ta victoire? » (1 Corinthiens 15:51-55)

 

Il n’y aura plus ni tentation, ni péché, ni lamentations, mais nous vivrons réellement dans le Royaume éternel de Dieu, où la mort, la souffrance, les lamentations et les soupirs n’existeront plus, mais où nous serons éternellement dans l’agréable présence de Dieu.

 

The Church of God – Publishing House – Salem, West Viriginia

Share this post

Repost 0

comments